Source ID:ead50b4c-1dab-47a4-b07f-25d1583fa78d; App Source:alfamedia

Conjuguer le passé avec le présent à Montréal-Nord

La Maison Laurent-Guilbault présente une façade en pierres... (Photo fournie par Proprio Direct)

Agrandir

La Maison Laurent-Guilbault présente une façade en pierres de taille.

Photo fournie par Proprio Direct

Accorder le passé avec le présent aboutit généralement à une faute de français, mais en matière de construction, ça devient un art. Il en va ainsi de la Maison Laurent-Guilbault, à Montréal-Nord, qui conjugue un bagage génétique de plus de 175 ans avec les commodités d'aujourd'hui.

Construite aux alentours de 1835, la maison de pierres s'élève toujours fièrement sur le boulevard Gouin. Une affichette nous apprend d'ailleurs que la belle fait partie du Parcours Gouin. Ce dernier, élaboré par la Société d'histoire et de généalogie de Montréal-Nord, recense 14 anciennes maisons de ferme de l'arrondissement.

Son allure, la Maison Laurent-Guilbault la doit bien sûr aux Guilbault, ses propriétaires d'origine, de même qu'à ses propriétaires subséquents. Mais c'est surtout le dernier en liste, Laurent Sicot, qui l'a bichonnée. Depuis qu'il a acquis la maison, il y a quelque 25 ans, M. Sicot s'est employé à lui redonner son lustre d'antan, et même plus, tout en intégrant commodités et fonctionnalités d'aujourd'hui.

Cela ne s'est pas fait d'un coup, mais ça a commencé par un grand coup. La maison avait subi des transformations plus ou moins heureuses au cours des décennies précédentes, et les derniers propriétaires, qui prenaient de l'âge, avaient laissé aller les choses. «Un mur s'effondrait, la toiture coulait, il y avait des endroits pourris, les plafonds n'avaient pas la même hauteur, tout était subdivisé, et il n'y avait rien de pareil, se souvient M. Sicot. C'était un gros chantier, je suis sorti de la maison pendant un an pour faire les travaux.»

Ces travaux impliquaient un grand curetage de la maison pour retrouver l'empreinte d'origine. Et pour rebâtir, M. Sicot s'est efforcé d'utiliser des matériaux comme à l'origine. Il a refait les planchers et les plafonds en bois, a utilisé de la chaux hydraulique et de la perlite pour les murs, ce qui leur confère des vertus isolantes.

Au rez-de-chaussée, la cuisine, la salle à manger... (Photo fournie par Proprio Direct) - image 2.0

Agrandir

Au rez-de-chaussée, la cuisine, la salle à manger et le vivoir sont à aires ouvertes.

Photo fournie par Proprio Direct

Il a fait refaire les fenêtres à battant à crémone par la Menuiserie Bachand. Le mobilier statique, comme le grand îlot, un escalier et les armoires qui servent au rangement, est l'oeuvre de l'ébéniste Pierre Chevalier. Il faut avoir beaucoup de doigté et de connaissances pour donner une aussi belle patine à du tout neuf. L'illusion est réussie. On est surpris d'apprendre que tout a été refait, hormis les poutres, qui sont d'origine. 

Chambres et pièces de vie

Les trois chambres et d'autres pièces à vivre sont à l'étage, et pour y accéder, on dispose de deux escaliers distincts. M. Sicot admet que c'était bien pratique quand ses deux enfants étaient adolescents et qu'ils recevaient leurs amis.

M. Sicot a quitté sa région natale du Perche, en France, quand il avait 17 ans, pour voir du pays. Ses aventures l'ont mené au Québec, où il a fondé une famille et est devenu entrepreneur en réfrigération. L'intérêt pour les maisons anciennes fait un peu partie de son ADN, puisque dans le Perche, il n'y a «que ça», des vieilles maisons, rigole-t-il. Et puis il a vu aller son père, qui était entrepreneur en construction. La pomme ne tombe jamais bien loin de l'arbre. «Je suis entrepreneur, donnez-moi des projets et je les fais. On nage au milieu du courant, on rencontre des choses [des écueils] et on le fait», illustre-t-il.

De fait, M. Sicot a beaucoup fait dans la maison, qui a bourdonné d'activités pendant des années. Mais maintenant, les enfants sont grands et volent de leurs propres ailes. La maison est trop grande, et il est temps de passer à une autre étape. M. Sicot veut passer le flambeau à un autre. L'homme est toutefois bien conscient de la valeur de la maison, et de l'âme qu'il laissera derrière. «Je sais que je ne retrouverai jamais une maison comme ça», dit-il. 

Note: une offre d'achat vient tout juste d'être déposée pour la propriété.

Deux grands îlots trônent dans la cuisine, et... (Photo fournie par Proprio Direct) - image 3.0

Agrandir

Deux grands îlots trônent dans la cuisine, et servent aussi de rangement.

Photo fournie par Proprio Direct

La maison en bref

Prix demandé: 549 000 $

Année de construction: plus ou moins 1835-1860

Pièces: 8 pièces, garage attaché chauffé, chauffage radiant et à l'eau, aires ouvertes au rez-de-chaussée

Superficie du terrain: 7881 pi2

Évaluation municipale: 486 900 $

Impôt foncier: 4498 $

Taxe scolaire: 421 $

Courtier: Roland Fortier, Proprio Direct

> Consultez la fiche de la propriété




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer