Source ID:; App Source:

Mont-Saint-Hilaire: air provençal sur la montagne

  • La toiture terracotta donne un air vieille Europe à la maison. C'est en fait du métal enduit de particules d'acrylique, pour résister aux rigueurs de l'hiver. (PHOTO VALÉRIE VÉZINA, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    La toiture terracotta donne un air vieille Europe à la maison. C'est en fait du métal enduit de particules d'acrylique, pour résister aux rigueurs de l'hiver.

    PHOTO VALÉRIE VÉZINA, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 1 / 5
  • Des finis artisanaux (aux murs) personnalisent la salle de bains principale. Tous les planchers de la maison sont radiants. (PHOTO VALÉRIE VÉZINA, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    Des finis artisanaux (aux murs) personnalisent la salle de bains principale. Tous les planchers de la maison sont radiants.

    PHOTO VALÉRIE VÉZINA, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 2 / 5
  • Un luxueux vaisselier est intégré entre la salle à mangeret la salle de musique exposée au sud-ouest. (PHOTO VALÉRIE VÉZINA, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    Un luxueux vaisselier est intégré entre la salle à mangeret la salle de musique exposée au sud-ouest.

    PHOTO VALÉRIE VÉZINA, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 3 / 5
  • Abritée, la terrasse flanque le séjour. Un abri de jardin est construit en amont, près du tilleuil. (PHOTO VALÉRIE VÉZINA, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    Abritée, la terrasse flanque le séjour. Un abri de jardin est construit en amont, près du tilleuil.

    PHOTO VALÉRIE VÉZINA, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 4 / 5
  • L’espace très clair créé est caractérisé par deux lanterneauxet de nombreuses autres ouvertures. (PHOTO VALÉRIE VÉZINA, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    L’espace très clair créé est caractérisé par deux lanterneauxet de nombreuses autres ouvertures.

    PHOTO VALÉRIE VÉZINA, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 5 / 5
Valérie Vézina

Collaboration spéciale

La Presse

C'est l'histoire d'un Québécois parti travailler à Berlin et qui s'est fait bâtir un bunker dans son sous-sol à son retour au Québec.

Les murs, le plancher et le plafond de ce local particulier font presque un pied d'épaisseur et ils sont en béton. Une porte coupe-feu isole la pièce. «Je me suis déjà embarré à l'intérieur. Ça m'avait pris une heure pour en sortir», glisse André Simoneau.

Étrange, dites-vous? Pas tant que ça, quand on sait que M. Simoneau a été tellement impressionné par le chauffage radiant à l'eau chaude dont il avait fait l'essai dans son habitation berlinoise qu'il a voulu reproduire ce type de chauffage chez lui, à Mont-Saint-Hilaire. Un réservoir de grand format trône dans ledit «bunker» avec, à ses côtés, le système de filtration de la piscine creusée et une chaudière biénergie (huile et électricité). De multiples contrôles individuels tapissent un mur: ils servent à régler automatiquement la température de chacune des 14 pièces.

«C'est notre 12e maison», indique l'homme à la retraite.

Trois ans de réflexion

Sa conjointe, Danielle Mathieu, et lui travaillaient pour une grande entreprise québécoise quand celle-ci les a délocalisés en Allemagne. Le piano à queue a fait le voyage par bateau et le couple, en avion, non sans avoir auparavant acquis un terrain près de la propriété qu'il venait de quitter.

Inspirés par les maisons du quartier français de Berlin où ils ont séjourné pendant trois ans et par leurs escapades sur le pourtour méditerranéen, M. Simoneau et sa conjointe ont demandé à un architecte de Saint-Hyacinthe de leur créer - à distance - une maison colorée qu'ils habiteraient à leur retour au Québec. Le résultat, complété en 2000, est une résidence saumon et terracotta avec moult colonnes, arcs et impostes vitrées.

La finition intérieure a été conçue par une designer (Sonya Van Der Beken), y compris les motifs du manteau de foyer en pierre et la rambarde ouvragée de l'escalier principal. Là-haut, il y a deux chambres, chacune avec salle de bains attenante.

Les armoires de couleur chaude de la cuisine ainsi que la céramique jaune et bleu au sol et le bloc de boucher assorti sont l'oeuvre d'un cuisiniste de Sainte-Julie.

Les plafonds s'élèvent à neuf pieds au rez-de-chaussée et, chose inusitée, il y a une «cave» à vin à ce niveau, c'est-à-dire une pièce réfrigérée, bâtie à côté de la salle de lessive.

Autre caractère de luxe: les portes sont pleines, en bois. La porte de l'entrée principale est encadrée de vitraux et surmontée d'un arc en plein cintre qui font entrer la lumière naturelle dans le hall d'entrée. «Je n'ai pas vu ça ici [en Amérique], des contremarches en céramique», souligne Mme Mathieu devant l'escalier intérieur, dont les marches en bois sont assorties à la main courante.

Cour pour recevoir

Le terrain totalise 18 500 pi2, d'après les vendeurs. Une vaste propriété, donc, offerte depuis l'an dernier à 898 000$.

C'est un endroit propice aux grandes réceptions, particulièrement dans la cour monumentale.

On y découvre en effet, bien cachés par la façade de la maison, une fontaine, une piscine creusée et une «cinquantaine d'arbres» plantés par les propriétaires, en plus d'un grand tilleul indigène. Des pavés (Techo-Bloc) recouvrent une grande partie de la cour, notamment la partie abritée pour faire bombance dehors.

La cour est aménagée en terrasses puisque nous sommes sur la «montagne». Mme Mathieu aime se réfugier sous la gloriette érigée dans la partie la plus haute, particulièrement en fin d'après-midi. L'éclairage du couchant embellit alors l'endroit, fait valoir son conjoint, visiblement fier de cette propriété qu'ils veulent quitter parce qu'elle «est devenue trop d'entretien» pour leurs besoins... mais pas trop énergivore, paraît-il. La facture énergétique s'élèverait à 2978$ annuellement pour cette résidence d'un peu plus de 2000 pi2. Comme quoi le parti pris de M. Simoneau pour le chauffage intégré aux planchers était une bonne idée.

La propriété en bref

Prix demandé: 898 000$

Année de construction: 2000

Nombre de pièces: 10, dont 2+1 chambres + 3 salles de bains + 1 salle d'eau.

Comprend installations permanentes d'éclairage, stores, rideaux, électroménagers de la cuisine, aspirateur central et accessoires, système d'alarme, piscine creusée et accessoires, chauffe-eau au gaz.

Évaluation municipale (2013): 819 500$

Impôt foncier (2013): 6537$

Taxe scolaire (2013): 1656$

Courtières: Julie Lacroix, 514 704-1109, et Suzanne Lefebvre, 514 239-3071, Profusion immobilier




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer