Katia Ostiguy avait repéré le terrain depuis un bon moment. À 2,5 km de l'autoroute 10, le terrain à flanc de colline lui apparaissait idéal pour construire la maison de ses rêves.

Valérie Vézina, collaboration spéciale LA PRESSE

La native de Shefford raconte avoir tenté en vain de convaincre la propriétaire de lui vendre ce lot offrant une vue sur la «montagne» de Bromont. Puis en novembre 2011, la femme a finalement accepté. Bonne nouvelle pour Mme Ostiguy et son conjoint Marco Paquette. Ils se sont immédiatement mis à la tâche pour concevoir et construire leur prochaine maison.

C'est une bien belle et bien grande maison. Il y a trois salles de bains dernier cri et cinq chambres pour les six membres du foyer. En tout, 5500 pieds carrés de surface habitable, excluant les quatre garages. «On est une famille recomposée, dit Katia Ostiguy. On voulait notre nid à nous».

Qui plus est, la demeure est adaptée aux besoins des personnes en fauteuil roulant parce que Raphaël, le fils de 13 ans de Marco, est atteint d'une maladie dégénérative qui lui fait perdre l'équilibre. Ils l'ont su quand le garçon avait 10 ans. Par conséquent un appareil élévateur pour personnes handicapées relie les trois niveaux à aire ouverte à partir du garage principal. Les baies de toutes les portes intérieures mesurent au moins 800 mm de large, en conformité avec la Régie du bâtiment du Québec. Toutes les chambres, pas seulement celle de Raphaël, sont de taille surdimensionnée par rapport à ce que l'on voit d'habitude sur le marché.

Réseau social en renfort

Katia Ostiguy est bien entourée. Son père est spécialiste en excavation dans la région. Son conjoint? Un entrepreneur général formé en charpenterie et en menuiserie. Leur réseau social a facilité la recherche de main-d'oeuvre et de matériaux: pierre, ciment, fibrociment, fer forgé, céramique, granit et bois. Également, du chêne tranché sur le quartier que l'on retrouve dans la cuisine à aire ouverte.

Là, beaucoup d'espace libre facilite la circulation autour de l'îlot, et la déco joue de contrastes. Des armoires laquées blanches côtoient d'autres plaquées de chêne; une partie des comptoirs en quartz est blanche, l'autre, gris foncé; les dosserets sont tantôt marron, tantôt assortis au cadre noir des fenêtres.

L'intérieur blanc du garage principal - il y en a quatre - luit comme un sou neuf. Ce sont des panneaux lisses en fibre de verre. Un revêtement que M. Paquette a installé chez certains de ses clients. Le produit s'appelle Agrocor.

Autre élément très moderne que l'on remarque à l'intérieur de cette maison: la musique s'entend en sourdine dans chaque pièce grâce à des enceintes acoustiques intégrées aux plafonds. Une tablette électronique permet à chaque résidant de choisir sa liste de lecture parmi celles emmagasinées sur un disque dur local ou parmi les milliers de postes de radio internet avec l'application NuVo.

Le jour de notre visite, l'écran tactile installé à l'entrée de la salle d'entraînement signalait une station californienne. Vive la technologie. L'étage supérieur abrite aussi un cinéma maison qui emploie le même système audio. On y trouve aussi la chambre et la salle de bains principales aménagées de plain-pied, avec douche à l'italienne.

Le couple de trentenaires profite de cet aménagement depuis quelques mois seulement, la construction n'ayant été complétée «qu'en mai». Un projet marqué par le retard de livraison des vitrages de l'immense ouverture de la façade principale côté sud. Les châssis, traverses et montants en acier couverts d'aluminium que l'on voit sur ce côté ressemblent à celles popularisées par les émules de Frank Lloyd Wright. Ici, la forme est arrondie en haut et non rectangulaire. «On a hésité longtemps sur la forme», révèle Katia Ostiguy. C'est que son compagnon n'aimait pas beaucoup le contemporain... Leur cuisine, leur salle à manger et leur salon, ainsi exposés plein sud, sont inondés de soleil, jusqu'à la mezzanine au garde-corps transparent.

Extérieur aménagé

La terrasse, la véranda et le balcon n'échappent pas non plus aux rayons. On y accède par la salle familiale en rez-de-jardin.

Bertrand Ostiguy, le père de Katia, a posé les murets de grosses pierres en amont, derrière la maison, près du garage principal. Un autre garage abrite le bois de chauffage. Un troisième sert à entreposer du mobilier de jardin; la porte de garage s'ouvre logiquement près de la piscine creusée. Un quatrième garage, détaché, sert d'atelier à l'homme de la maison. Il inclut un abri à voiture ou à bateau.

En somme une maison spacieuse, aérée, hyper lumineuse. Le plan a été conçu avec l'aide d'une technicienne en architecture, la nièce de Katia Ostiguy. Décidément.

Les Ostiguy-Paquette vendent leur maison pour financer un projet immobilier de 85 copropriétés à Granby.

En bref

Prix demandé: 1 595 000$.

Année de construction: 2011.

Nombre de pièces: 20 dont 2+3 chambres + 3 salles de bains.

Comprend luminaires, plaque à induction, fours, réfrigérateur, lave-vaisselle, toiles solaires, rideaux, stores, système audio multipièce avec enceintes encastrées, fauteuils du cinéma, ouvre-portes du garage principal, système de caméras de surveillance et d'alarme, pavillon de jardin, système éclairage extérieur avec minuterie et télécommande, génératrice, adoucisseur d'eau.

Évaluation municipale (2012)*: 48 600$.

Impôt foncier (2012)*: 498$.

Taxe scolaire (2012)*: 161$.

Courtières: Lisa Rozon et Marie-Piers Barsalou, Sotheby's International Realty Québec, 514-287-7434.

* pour le terrain non aménagé seulement, la construction étant trop récente.