Alfred (que ses amis appellent Fred) Corriveau aime les grands espaces de vie. La maison de ville qu'il occupe avec sa femme Marie-Claude dans le secteur Bois-Francs de l'arrondissement Saint-Laurent, est assez grande, merci: 5500 pieds carrés répartis sur quatre paliers. Et ça exclut les deux garages doubles. Disons que les maisons de ville de cette taille, c'est plutôt rare. «Mon épouse voulait une grande cuisine», tente-t-il d'expliquer. Dans les faits, le couple Corriveau habitait d'abord une maison qui faisait 3200 pieds carrés. Une jolie propriété située dans l'île de la Brunante, un grand secteur qui a vu le jour au début des années 90. M. Corriveau était alors président de Bombardier Immobilier, société qui s'est occupée de transformer ce vaste terrain commercial en secteur résidentiel. «J'avais réservé une unité de coin dans l'île dès le début, sans vraiment savoir ce que l'avenir apporterait.»

Publié le 14 juill. 2012
Marie-Andrée Amiot LA PRESSE

En 2000, il emménage dans cette maison. En 2006, il lance à la blague qu'il serait «intéressant» d'acheter la maison voisine pour agrandir la leur. «Notre cuisine était grande, mais mon épouse, qui aime beaucoup cuisiner, aime aussi les grands espaces.» Coup de chance, madame entend un jour le bruit familier d'un camion de déménagement chez le voisin... qui quitte sa maison. «Je suis allé le voir, je lui ai fait une offre et l'entente a été conclue sur-le-champ. J'avais fait une boutade, mais je me suis fait prendre à mon jeu», dit le sexagénaire en souriant.

Le couple entreprend donc de vastes travaux pour transformer deux maisons en une sans que cela paraisse.

«Il s'agissait d'abattre des murs, d'en élever d'autres, de déplacer des foyers, de reconfigurer les chambres, bref, un vaste chantier qui a pris quatre mois», se rappelle M. Corriveau.

Le résultat est impressionnant. Les deux maisons ne forment maintenant qu'une grande propriété aux espaces aérés où chacun peut avoir son espace privé. En prime, et ce n'est pas rien, l'escalier de la seconde maison a cédé sa place à un ascenseur qui mène résidants et visiteurs à un des quatre paliers. Le grand luxe.

Cuisine longuement songée

La cuisine, pièce qui a tout déclenché, est maintenant un grand espace rectangulaire qui comprend les aspirations de la cuisinière: un office avec réfrigérateur (butler's pantry), un îlot aux rangements multiples (dont des éléments verticaux pour loger plats et tôles), un coin livre de recettes (avec ordinateur, un impératif!), un coin café (avec petit évier), une grande cuisinière au gaz AGA, un frigo Thermador et un cellier pouvant contenir 400 bouteilles (la cave à vin du sous-sol, avec son espace pour 1500 bouteilles, ne suffisait pas).

Les comptoirs sont en granit et les armoires de type Shaker, en bois blanc.

«La transformation a permis de créer une grande salle à manger, pouvant accueillir 12 personnes confortablement», note la femme de M. Corriveau, qui aime recevoir.

La chambre principale, tout en haut, occupe tout l'espace ou presque. Monsieur et madame ont chacun leur penderie de type walk-in. Il y a une grande salle de bains. Comme le reste de la maison, la décoration est d'un style classique qui traversera le temps. Les éléments décoratifs sont à la fois contemporains et sans âge. L'étage entre le rez-de-chaussée et celui de la chambre principale sert à la télé, à la lecture, et comprend deux autres chambres.

Puisque la maison occupe un coin, il y a des fenêtres sur trois façades. La lumière du matin et celle de l'après-midi éclairent toutes les pièces. Les vitraux du haut des fenêtres, conçus par Marie-Claude et exécutés par des artisans, reflètent la lumière différemment selon l'heure. L'île est en fait une péninsule presque entièrement entourée d'eau. De toutes les pièces de la maison, on remarque l'eau, le parc, une fontaine et un petit pont. C'est presque bucolique et on a peine à croire qu'on est en ville. «Cet espace d'eau est un bassin de rétention qui alimente le collecteur Leduc de Saint-Laurent, explique M. Corriveau. Il devait y avoir ici, dans cette île, deux tours de 50 propriétés chacune. À la place, on a construit 20 maisons de ville, dont celle-ci.»

Du rangement, du rangement et encore du rangement!

Il y a tellement de placards dans cette maison qu'à un certain moment, on a cessé de compter. Des penderies en cèdre, des espaces réservés uniquement aux chaussures, d'autres pour les décorations de Noël ou les accessoires de bricolage... C'est sans compter les bureaux de chacun et les espaces de lecture ou devant les fenêtres (ou un des quatre foyers au bois) pour la contemplation et les deux garages. Bref, c'est ce qui arrive quand on jumelle deux grandes maisons. Qui intéressera sans doute des familles qui veulent vivre avec des grands-parents ou des adolescents, ou les deux!

Le couple, vous l'aurez deviné, quitte sa grande maison pour un univers plus petit. Qui fera quand même 3500 pieds carrés. Quand on aime les grands espaces...

La propriété en bref



Prix demandé: 1 295 000$

Année de construction: 2001

Évaluation municipale (bâtiment et terrain): 1 203 800$

Nombre de pièces: 12, dont

3 chambres, 4 salles de bains

et 2 salles d'eau

Impôt foncier (2011): 10 703$

Taxe scolaire (2011): 2321$

Située dans l'île de la Brunante.Comprend système domotique, ascenseur, cave à vin, deux garages doubles, vue sur l'eau.

Courtière: Karen Kazandjian,

Re/Max 3000, 514-333-3000.