Source ID:515677; App Source:cedromItem

Quand refaire sa toiture en bardeau d'asphalte?

Avant d'arrêter son choix sur un spécialiste, il... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Avant d'arrêter son choix sur un spécialiste, il est essentiel d'obtenir au moins deux soumissions détaillées et de prendre le temps de bien les comparer. Au-delà du prix, la méthode de travail doit être précisée.

Photo Digital/Thinkstock

Charles-Édouard Carrier

Collaboration spéciale

La Presse

La toiture en bardeau d'asphalte est un élément essentiel à inspecter après le passage de la saison froide. Est-ce que l'on refait le toit cette année? Un bardeau ondulé, friable ou fissuré a fait son temps. On doit penser à le remplacer.

«Au-delà des feuilles de bardeau, on doit aussi vérifier les autres éléments de la toiture: les pourtours des accessoires comme l'évent de plomberie et les ventilateurs et s'assurer que le scellant n'est ni craqué ni séché», recommande Michel Paré, de l'Association des maîtres couvreurs du Québec (AMCQ).

Comment choisir son couvreur?

«Les fabricants de bardeaux peuvent proposer des travailleurs qui ont été formés spécifiquement pour installer leurs produits selon leurs règles», explique M. Paré.

Des consommateurs qui préfèrent choisir un spécialiste plus objectif peuvent se tourner vers un entrepreneur membre de l'AMCQ. Avant d'arrêter son choix, il est essentiel d'obtenir au moins deux soumissions détaillées et de prendre le temps de bien les comparer. Au-delà du prix, la méthode de travail doit être précisée.

Un exemple? La préparation des lieux avant le début des travaux est une priorité pour Michel Levasseur. Et ce ne sont pas tous les installateurs de bardeau qui s'en préoccupent. «Mes équipes mettent des toiles partout autour de la maison. On protège les rampes, les balcons, le pavé uni, les aménagements paysagers, etc. C'est plus long, mais c'est pour éviter d'abîmer la propriété», explique celui qui a fondé Les Toitures Michel Levasseur il y a 12 ans.

Et si j'étais capable?

Que ce soit pour des réparations mineures ou pour une réfection complète, certains n'hésitent pas à prendre en charge une partie ou la totalité des travaux en s'imaginant économiser beaucoup. Il est vrai que les fabricants offrent des instructions claires sur la préparation du toit et l'installation du bardeau, mais plusieurs détails pourraient échapper aux aventuriers peu préparés.

Les professionnels s'entendent. «Les solins, les lucarnes, le contour des accessoires comme la cheminée, l'évent ou le mât électrique demandent une attention particulière pour que l'on puisse assurer qu'il n'y aura pas d'infiltration d'eau», précise Michel Levasseur. Mais il n'y a pas que ça. La garantie ne tient pas toujours en cas de travaux maison. «C'est un gros risque à prendre, surtout pour la garantie qui ne sera peut-être pas honorée par le fabricant», indique M. Paré, de l'AMCQ.

Le casse-tête de la garantie

Selon le spécialiste de l'AMCQ, il n'est malheureusement pas rare que des installateurs disparaissent après une ou deux saisons passées à installer du bardeau à moindre coût. «En cas de problème, le client doit alors se tourner vers le fabricant. Mais comme il s'agit souvent de vices d'installation, l'entreprise se dégage de toute responsabilité. Au final, c'est au client de payer la facture.»

Pour mieux protéger les consommateurs, l'AMCQ propose aussi sa propre garantie, comme l'explique M. Paré: «Après la pose, un de nos inspecteurs se rend sur les lieux et s'assure que l'installation respecte les normes. Il demande à l'entrepreneur de corriger les déficiences, si nécessaire, et produit un rapport de conformité. L'association est alors en mesure d'offrir une garantie complète de 10 ans sur l'installation. Puis nous avons des ententes de responsabilité de qualité avec les fabricants. Ça accélère et facilite le processus lorsque le client doit faire une réclamation auprès de la firme qui produit le bardeau.»

Quant aux garanties à vie que proposent certains installateurs, il faut s'en méfier, puisque «c'est une garantie à vie, pour la durée de vie escomptée du produit», précise M. Paré. Un bardeau qui a une durée de vie de 20 ans est donc garanti pour un maximum de deux décennies.

Il faut bien s'informer sur les modalités de ladite garantie, d'autant plus que d'innombrables conditions s'appliquent et qu'un facteur de dépréciation peut être précisé par le fabricant. Habituellement non transférable d'un propriétaire à l'autre, elle s'annule donc en général lorsque la propriété est vendue.

Pour un projet que l'on réalise une fois tous les 20 ans, il importe de privilégier un entrepreneur établi et bien au fait des règles de garantie des produits qu'il installe.




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer