En matière d’habitat, la chanson est bien connue. Quand les enfants quittent le nid, les parents cherchent plus petit. Mais pas toujours. Apparemment, Marissa et Joseph Nuss ne connaissent pas la ritournelle. Quand leurs deux fils aînés ont quitté la maison familiale, les parents ont cherché plus grand !

Marie-Andrée Amiot Marie-Andrée Amiot
La Presse

« Notre cadet demeurait encore avec nous. Il nous a semblé normal d’acheter une maison spacieuse. En plus, il nous fallait un endroit pour accueillir la famille qui s’agrandirait », explique Marissa le plus sérieusement du monde.

Car voyez-vous, la propriété qu’ils ont dénichée il y a 21 ans fait plus de 6000 pi2. Oui, vous avez bien lu. Sept chambres, cinq salles de bains, trois salons, une immense salle à manger et un sous-sol qui, autrefois, logeait les sept membres du personnel lors de sa construction, au début du XXe siècle. Tout ça réparti sur quatre niveaux. Pourquoi si grand ? « On ne pensait pas qu’elle le serait autant, avoue Joseph. Surtout qu’elle est un peu plus vaste que la précédente où on a élevé nos trois fils. Mais on s’en est très bien accommodés. Nous occupons tous les espaces. »

Et puis, la maison venait avec plein de promesses. « Good bones », explique Marissa, qui apprécie les cachets anciens. On pourrait traduire par une maison solide, avec du potentiel, mais qui n’a pas besoin d’être transformée. Effectivement, de chaque côté du seuil, on a l’impression de se laisser transporter dans le temps.

Mais d’abord, il faut la trouver.

Le charme discret de la bourgeoisie

  • L’entrée donne le ton à la maison. On y a conservé les éléments architecturaux d’origine tout en ajoutant des atouts plus modernes.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    L’entrée donne le ton à la maison. On y a conservé les éléments architecturaux d’origine tout en ajoutant des atouts plus modernes.

  • Le boudoir est une des pièces préférées du couple. À l’arrière se trouve un mur complet de livres. Chaque objet, ici comme ailleurs, a son histoire.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Le boudoir est une des pièces préférées du couple. À l’arrière se trouve un mur complet de livres. Chaque objet, ici comme ailleurs, a son histoire.

  • Anciennement, la salle à manger était d’un blanc… désespérant, selon la propriétaire. Elle a entrepris de lui donner du caractère et de l’effet avec des couleurs riches et chaudes.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Anciennement, la salle à manger était d’un blanc… désespérant, selon la propriétaire. Elle a entrepris de lui donner du caractère et de l’effet avec des couleurs riches et chaudes.

  • La cuisine a été complètement rénovée. Elle comprend une multitude de rangements, deux fours, un frigo performant, une plaque chauffante, etc. L’espace repas sert surtout aux petits déjeuners du couple.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    La cuisine a été complètement rénovée. Elle comprend une multitude de rangements, deux fours, un frigo performant, une plaque chauffante, etc. L’espace repas sert surtout aux petits déjeuners du couple.

  • Il y a quatre escaliers, plus celui menant au sous-sol. Ce hall est celui du premier étage. On y trouve le salon, la chambre principale, les trois pièces-penderies et deux salles de bains.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Il y a quatre escaliers, plus celui menant au sous-sol. Ce hall est celui du premier étage. On y trouve le salon, la chambre principale, les trois pièces-penderies et deux salles de bains.

  • La chambre des propriétaires est rattachée aux pièces-penderies (trois) et à deux salles de bains. Il y a un foyer dans cette pièce. Chaque élément décoratif a une signification pour le couple, qui y attache beaucoup d’importance, comme cette tête de lit peinte à la main par une amie et remise lors de leur mariage il y a 51 ans.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    La chambre des propriétaires est rattachée aux pièces-penderies (trois) et à deux salles de bains. Il y a un foyer dans cette pièce. Chaque élément décoratif a une signification pour le couple, qui y attache beaucoup d’importance, comme cette tête de lit peinte à la main par une amie et remise lors de leur mariage il y a 51 ans.

  • Grande pièce à l’étage qui va de l’avant à l’arrière de la maison. Elle sert de salon.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Grande pièce à l’étage qui va de l’avant à l’arrière de la maison. Elle sert de salon.

  • L’arrière du salon. Le couple a condamné une ouverture qui menait à la salle de bains en la transformant en mini-bar.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    L’arrière du salon. Le couple a condamné une ouverture qui menait à la salle de bains en la transformant en mini-bar.

  • La propriété compte sept chambres, dont une au sous-sol. Celle-ci sert aux invités et s’ouvre sur la cour intérieure. Le bureau du propriétaire est au troisième niveau.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    La propriété compte sept chambres, dont une au sous-sol. Celle-ci sert aux invités et s’ouvre sur la cour intérieure. Le bureau du propriétaire est au troisième niveau.

  • C’est le point de rassemblement du rez-de-chaussée. À mi-chemin entre le boudoir, les escaliers, la cuisine et la salle à manger.

    PHOTO FOURNIE PAR SOTHEBY'S INTERNATIONAL REALTY QUÉBEC LK

    C’est le point de rassemblement du rez-de-chaussée. À mi-chemin entre le boudoir, les escaliers, la cuisine et la salle à manger.

  • La petite salle d’eau du vestibule a été peinte à la main. Une toile qui représente un paysage.

    PHOTO FOURNIE PAR SOTHEBY'S INTERNATIONAL REALTY QUÉBEC LK

    La petite salle d’eau du vestibule a été peinte à la main. Une toile qui représente un paysage.

  • Les cinq salles de bains ont été rénovées. Les murs de celle-ci sont couverts de travertins.

    PHOTO FOURNIE PAR SOTHEBY'S INTERNATIONAL REALTY QUÉBEC LK

    Les cinq salles de bains ont été rénovées. Les murs de celle-ci sont couverts de travertins.

  • Il y a un petit balcon qui surplombe une jolie ruelle boisée à l’arrière. Selon les propriétaires, il y a peu de bruit même si on est à deux jets de pierre de la rue Sherbrooke.

    PHOTO FOURNIE PAR SOTHEBY'S INTERNATIONAL REALTY QUÉBEC LK

    Il y a un petit balcon qui surplombe une jolie ruelle boisée à l’arrière. Selon les propriétaires, il y a peu de bruit même si on est à deux jets de pierre de la rue Sherbrooke.

1/13
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La maison du couple est assise dans une cour intérieure du centre-ville qui comprend 17 maisons de ville. Ce quartier avoisinant le Musée des beaux-arts de Montréal compte quelques-unes de ces cours discrètes. De petites oasis à l’abri du monde garantissant la quiétude alors qu’on est à moins de 100 mètres de la rue Sherbrooke.

Le quartier lui-même est au cœur du Mille carré doré, où logent de luxueuses propriétés urbaines bâties au tournant du XXsiècle, nommé ainsi en raison de ses propriétaires et de sa surface qui fait environ un mille carré. À cette époque, il regroupait les plus grandes fortunes du Canada. On raconte que durant l’âge d’or du quartier, entre 1870 et 1900, 70 % de la richesse du pays était détenue par une cinquantaine de familles : des propriétaires de chemins de fer, de transporteurs maritimes, de mines, de l’industrie de la fourrure ou de la finance.

La plupart des propriétés aux allures britanniques ont été construites entre 1850 et 1930. Celle qui nous intéresse a été érigée en 1923. C’est la plus vaste du complexe. Son charme d’époque a séduit la famille Nuss.

Charme et souvenirs

« On n’aime pas beaucoup les constructions modernes, confirme l’énergique septuagénaire. Ici, on se sent bien. » Pour appuyer ses propos, Marissa nous décrit ses meubles et objets qui lui sont chers. Au fil du temps, le couple marié depuis 51 ans a rempli son univers avec des pièces ayant appartenu à la famille. Des porcelaines et de jolies pièces héritées ou dénichées dans des brocantes ou lors de voyages, et des éléments personnels telles les photos de famille. Les pièces de la maison leur servent de vitrines. Des espaces qui ont leur histoire.

Les gens rénovent les maisons en retirant les cloisons et en uniformisant les pièces. Je préfère que chaque pièce ait sa vocation, son utilité qui lui est propre.

Marissa Nuss, propriétaire

Le couple a choisi de conserver des éléments d’origine. Ainsi, dans chacune des trois pièces-penderies (dressings) rattachées à la chambre principale se trouvent encore les tiroirs et les armoires intégrés du début. La salle à manger est séparée de la cuisine et est accessible par une porte battante, comme autrefois. Le couple a conservé les quatre foyers au bois de la maison, qui pourraient être convertis au gaz ou à l’électricité. Toutes les portes sont d’origine.

Seules les salles de bains (il y a aussi une très intéressante salle d’eau dans le vestibule) et la cuisine ont connu un lifting complet. « J’aimais bien l’ancienne cuisine, confie Joseph, qui a fini par céder aux insistances de sa femme. On l’a finalement rénovée, il y a deux ans. » Mais pas question de lui donner des airs de laboratoire stérile (Marissa n’aime pas beaucoup les cuisines blanches), les armoires de la cuisine ont des façades gris foncé, presque anthracite. Le compromis : les surfaces de travail en quartz et en marbre sont blanches.

Cette maison et son environnement ont comblé le couple, mais avec ses 55 marches, du sous-sol au troisième, il est temps de passer à un milieu de vie sur un seul niveau. Où iront les Nuss ? Le plus près possible de leur chère maison, dans un condo, idéalement avec « une intégrité architecturale ». Lire, avec du charme.

> Consultez la fiche de la propriété

La propriété en bref

Prix demandé : 4 495 000 $
Année de construction : 1923
Pièces : 13 pièces, 7 chambres, 5 salles de bains, 1 salle d’eau, 4 foyers. Cuisine et SDB entièrement rénovées.
Superficie de l’appartement : 6000 pi2
Évaluation municipale : 2 529 000 $
Impôt foncier : 16 791 $
Taxe scolaire : 2198 $
Courtière : Alfee Kaufman, Sotheby’s International Realty Québec LK