Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Christiane Desjardins Christiane Desjardins
Collaboration spéciale

Que l’on soit dehors sur le terrain ou à peu près n’importe où dans cette maison, on peut voir la rivière suivre son cours. Avoir la rivière des Prairies comme voisine d’en arrière, c’est le choix que François Verdy a fait, il y a près de 30 ans, en s’établissant à Laval-sur-le-Lac avec sa famille.

La rivière, un beau terrain, beaucoup de verdure, un grand lac navigable pas loin (des Deux Montagnes), le traversier juste à côté (qui mène à L’Île-Bizard), un terrain de golf réputé à proximité, tout cela à quelques minutes des grands centres urbains, n’est-ce pas le meilleur des deux mondes ? « C’est une bien belle place », opine le propriétaire, qui se souvient avoir cherché longtemps avant de trouver cet endroit en 1991. Il demeurait à l’époque à Sainte-Dorothée et travaillait à Montréal comme concessionnaire automobile.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

La cuisine, avec son coin dînette, est devenue la pièce préférée de M. Verdy. Une porte, qui n’apparaît pas sur la photo, mène à la salle à manger, juste à côté, à droite.

Ce que M. Verdy a acheté, à l’époque, c’est une maison située sur un terrain de quasiment 75 000 pi2 dans la rue les Érables. Il a fait démolir la maison, qui était plutôt un « vieux chalet rafistolé pas de cave », pour bâtir une maison confortable pour sa femme, lui ainsi que leurs deux enfants, qui filaient vers l’adolescence.

Avec style

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Vue de l’arrière de la maison

Il a été décidé d’établir la nouvelle maison plus haut sur le terrain, donc plus en retrait de la rivière que ne l’était le vieux chalet. La conception de la maison a été confiée à l’architecte Gabriel Chiniara, aguerri dans le domaine des maisons de prestige. M. Verdy et sa femme ne voulaient pas d’un bâtiment trop moderne, qui se démoderait. L’architecte a proposé un style plutôt classique agrémenté de deux tourelles, qui a plu aux propriétaires.

Ces derniers avaient deux autres exigences principales : une grande cuisine fonctionnelle et une grande salle de bains. Ce qui n’était pas un problème en raison du vaste espace. La cuisine, qui dispose d’un coin dînette situé dans une des tourelles, est même devenue la pièce préférée de M. Verdy.

PHOTO FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER

Un élégant escalier mène à l’étage des chambres. À noter le parquet dont une partie est en chevrons.

Je l’aime parce que c’est toujours éclairé, parce qu’on voit la rivière et qu’on voit aussi un peu en avant.

François Verdy, propriétaire de la demeure

Les niveaux et leurs fonctions

La propriété est grande, et chacun de ses trois niveaux a sa fonction : le rez-de-chaussée pour les pièces à vivre, le haut pour les chambres et le sous-sol complètement aménagé qui fut, lui, le sanctuaire des enfants du couple.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

La chambre principale est elle aussi largement fenêtrée et est dotée d’un foyer au bois.

Commençons par le rez-de-chaussée. En entrant par la porte principale, une fois passé le vestibule, on se retrouve devant un grand salon chic avec foyer, qui donne une vue imprenable sur le terrain arrière et la rivière. Le mobilier et la décoration, dans les teintes claires, sont rafraîchissants et reposants. Un beau plafond en caissons accentue la noblesse de la pièce. Les caissons sont en plâtre et ont été installés par un artisan de Saint-Léonard, indique le propriétaire.

Les parquets aussi retiennent l’attention. « Ils sont en acajou partout dans la maison, indique M. Verdy, hormis dans la cuisine, les salles de bains, la buanderie et le garage. » On arrive maintenant à la salle à manger qui jouxte la cuisine tout en étant séparée. Une porte permet de passer de l’une à l’autre. On peut ainsi laisser le branle-bas de combat du repas hors de la vue, dans la cuisine, pour manger et papoter tranquille avec les invités dans la salle à manger. Toujours au même niveau, on retrouve une grande salle familiale avec foyer, une buanderie et deux salles de bains partielles.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

La grande salle de bains jouxte la chambre des maîtres.

On monte à l’étage des chambres par un élégant escalier qui longe un mur et tourne vers le haut. On arrive ainsi devant la chambre principale, vaste espace feutré, clair et aéré, qui dispose aussi d’un foyer. À côté, voici la grande salle de bains qui avait été réclamée. Elle est en marbre. Au même étage se trouvent également un grand walk-in, une salle de maquillage largement fenêtrée puisqu’elle est dans une des tourelles, deux autres chambres, dont une sert de bureau, et une autre salle de bains.

Maintenant, direction le sous-sol, qui a sa propre porte donnant à l’extérieur. Hormis la cave à vin à atmosphère contrôlée, le sous-sol était consacré aux enfants, qui avaient chacun leur chambre. On trouve aussi un bureau commun pour étudier, un grand salon avec foyer puis une salle de bains avec douche et toilettes séparées. On se doute qu’il y a eu bien de la vie ici.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Une salle de maquillage bien éclairée par la lumière naturelle a trouvé place dans une des tourelles, à l’étage des chambres.

Lumière sur le terrain

Quand on lui demande ce qu’il aime le plus de cette maison, M. Verdy répond sans hésiter : « Le plaisir ici, c’est le terrain ! » On imagine facilement les belles journées d’été passées autour de la piscine, les barbecues et les fêtes. Le soir venu, les lumières éclosent un peu partout sur la propriété, pour mettre en valeur des végétaux et des points d’intérêt. Le propriétaire concède qu’il est un grand amateur d’éclairage et de fleurs. L’été, la propriété est fleurie d’un bout à l’autre.

Un bord de l’eau, c’est beau, mais il y a de ces printemps qui laissent de mauvais souvenirs. Tout le monde a en tête les images des inondations de 2017 et 2019, qui ont sévi à différents endroits. M. Verdy indique que, pour sa part, sa propriété n’a jamais été inondée.

PHOTO FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER

Ici, l’été, c’est tout vert, comme le démontre cette photo aérienne de la propriété, située dans la rue les Érables. Les rues dans ce secteur portent d’ailleurs des noms d’arbres.

C’est une bien belle propriété, manifestement entretenue avec soin, mais elle est maintenant bien grande pour M. Verdy, seul depuis la mort de sa femme, il y a sept ans. Le septuagénaire estime que le temps est venu pour lui d’aller vivre en condo.

La propriété en bref

• Prix demandé : 2 350 000 $

PHOTO FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER

La façade de la maison, l’été

• Évaluation municipale : 2 421 300 $

• Année de construction : 1991

• Superficie du bâtiment : 5000 pi2 habitables (environ 464 m2)

PHOTO FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER

« Ici, le plaisir, c’est le terrain », confie le propriétaire. On le croit sans mal.

• Superficie du terrain : 74 529 pi2 (près de 6924 m2), soit 222 pi (67,67 m) en façade sur 390 pi (118,91 m) de profondeur

• Inclusions : Quatre foyers au bois, cinq salles de bains, dont trois complètes

• Impôt foncier : 18 550 $ par an

PHOTO FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER

La propriété dispose d’une piscine creusée chauffée.

• Courtières : Diane et Suzanne Stelmashuk, Profusion Immobilier, 514 935-3337

> Consultez la fiche de la propriété