Que peut-on acheter avec un budget variant entre 1 et 1,5 million de dollars au Québec ? D’un marché à l’autre, les prix fluctuent. Nous avons fait l’exercice à Saint-Lambert, sur la Rive-Sud, et à Westmount, sur le mont Royal. Bonne visite… virtuelle !

Yvon Laprade Yvon Laprade
Collaboration spéciale

À Saint-Lambert

Maison située au 1555, avenue Kerr

Prix : 1 149 000 $

Année de construction : 1968 (piscine creusée et chauffée)

Emplacement sur le golf (Country Club de Montréal — départ du 7e trou !)

15 pièces (grand bureau à l’avant de la maison)

Superficie du terrain : 7500 pi2

Taxes : 9032 $ (municipales et scolaire)

(Note : sans garantie légale, aux risques et périls de l’acheteur)

Courtière : Karen Kurtz, RE/MAX

  • Vue du séjour avec foyer

    PHOTO FOURNIE PAR RE/MAX

    Vue du séjour avec foyer

  • La cuisine

    PHOTO FOURNIE PAR RE/MAX

    La cuisine

  • Une des chambres

    PHOTO FOURNIE PAR RE/MAX

    Une des chambres

  • Une salle de bains

    PHOTO FOURNIE PAR RE/MAX

    Une salle de bains

  • La cour donne sur le Country Club de Montréal.

    PHOTO FOURNIE PAR RE/MAX

    La cour donne sur le Country Club de Montréal.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avis de l’experte

Anne Marineau, Sotheby’s International 

« Signe que Saint-Lambert continue d’attirer des acheteurs, il y a des maisons inscrites à 1,5 million qui se vendent en moins d’une semaine et, parfois même, dès le premier jour ! Mais on observe une pénurie de produits [à vendre] depuis un an et demi. À ce prix, les propriétés clés en main ont davantage la cote que les maisons nécessitant des rénovations. Les acheteurs veulent débarquer avec leur valise ! Le Vieux-Saint-Lambert, à l’est de la rue Victoria, est très recherché. Il y a là des maisons qui se vendent très cher en raison de leur emplacement. Dans le Haut-Saint-Lambert, les maisons sont plus récentes ; leur construction remonte au début des années 1990. La clientèle d’acheteurs est composée, dans une bonne proportion, de jeunes couples montréalais qui souhaitent traverser le pont pour venir vivre dans cette ville, qu’on compare souvent à “un petit Westmount” de la Rive-Sud, avec sa rue Victoria, ses boutiques. D’ailleurs, on voit beaucoup de gens de Montréal qui veulent s’en venir vivre ici, avec la possibilité du télétravail. »

À Westmount

PHOTO YANNIS GUILLON, FOURNIE PAR GROUPE SUTTON

Maison de Westmount

Maison à étage, en rangée, située au 256, avenue Prince-Albert

Prix : 1 390 000 $

Année de construction : 1900 (au cœur du village Victoria)

Superficie habitable : 2007 pi2

Boiseries d’origine et murs de briques exposées

Superficie du terrain : 1935 pi2

Taxes : 7728 $ (municipales et scolaire)

Courtière : Marie Sicotte, Groupe Sutton — Centre-Ouest

  • Vue du séjour

    PHOTO YANNIS GUILLON, FOURNIE PAR GROUPE SUTTON

    Vue du séjour

  • La salle à manger

    PHOTO YANNIS GUILLON, FOURNIE PAR GROUPE SUTTON

    La salle à manger

  • La cuisine

    PHOTO YANNIS GUILLON, FOURNIE PAR GROUPE SUTTON

    La cuisine

  • Bureau à l’étage

    PHOTO YANNIS GUILLON, FOURNIE PAR GROUPE SUTTON

    Bureau à l’étage

  • Petit coin détente dans la cour

    PHOTO YANNIS GUILLON, FOURNIE PAR GROUPE SUTTON

    Petit coin détente dans la cour

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avis de l’experte

Sylvie Lafrenière, RE/MAX

« Si on veut payer entre 1 et 1,5 million, on va trouver une maison en rangée, ou une jumelée, avec un espace de stationnement. À ce prix, il n’est pas question de maisons unifamiliales avec garage. Ce sont des propriétés des années 1875, 1900, 1920 construites sur des terrains d’un peu plus de 2000 pi2. Les acheteurs qui viennent à Westmount s’attendent donc à effectuer des travaux de rénovation. Il s’agit d’un marché très actif [en dépit de la pandémie], et les transactions se concrétisent dans un contexte de surenchère. Fait à souligner, le profit des acheteurs n’est plus tout à fait le même depuis le début de la crise sanitaire. En raison de la COVID-19, les acheteurs étrangers ne sont plus présents. Il n’y a plus de transferts inter-villes au pays d’employés [cadres] ni d’investisseurs immobiliers. On voit de plus en plus de premiers acheteurs qui bénéficient, dans bien des cas, de l’aide financière de la famille pour la mise de fonds. »