Les professionnels de l’immobilier constatent un changement assez radical de la part des acquéreurs depuis la pandémie. Si certaines constantes, comme l’îlot de cuisine, les séduisent toujours autant, de nouveaux éléments sont très demandés, car la maison devient un lieu de vie intégrant le travail et les loisirs.

Emmanuelle Mozayan-Verschaeve
Emmanuelle Mozayan-Verschaeve Collaboration spéciale

La campagne ou la vie de quartier

PHOTO GETTY IMAGES

Les gens qui ont longtemps souhaité une maison de campagne n’hésitent pas à s’éloigner.

Marc Lefrançois, courtier immobilier chez Royal LePage, remarque deux changements majeurs par rapport à l’emplacement : « Les besoins immobiliers en ville sont moins importants. Les gens qui ont longtemps souhaité une maison de campagne n’hésitent pas à s’éloigner pour vivre leur rêve à l’année. Ils recherchent une propriété plus vaste où ils auront assez d’espace pour travailler à distance, même s’ils doivent se rendre une ou deux fois par semaine à Montréal. »

Ceux qui restent en ville sont attirés par des quartiers vivants à distance de marche des petits commerces. « Éviter de se déplacer en voiture et créer des liens avec les commerçants sont devenus des points très importants », poursuit-il.

Beaucoup de lumière et un espace rassembleur

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Les grandes fenêtres sont très appréciées.

Les fenêtres des vieilles bâtisses à Montréal sont souvent petites, ce qui produit un environnement peu attrayant. « Les gens préfèrent acheter un petit condo très lumineux qu’une maison sombre. Par contre, de grandes fenêtres peuvent faire pencher la balance pour une maison, même si son intérieur n’est pas très beau », affirme Marc Lefrançois.

Les aires ouvertes maximisent également la lumière et le courtier immobilier informe que le rez-de-chaussée est devenu le centre névralgique de la famille dans une maison. « Idéalement, la cuisine est centrale et la salle familiale à proximité pour que tout le monde soit ensemble », note Joseph Montanaro, courtier immobilier chez RE/MAX.

Un intérieur clés en main

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Les milléniaux préfèrent acheter un condo contemporain qu’une maison plus vieille qui a besoin de travaux.

Les rénovations n’auraient apparemment plus la cote. « En général, les maisons rénovées clés en main plaisent beaucoup. Aujourd’hui, on a des vies très occupées et s’installer dans une propriété où il n’y a rien à faire peut provoquer un coup de cœur », constate le courtier immobilier de RE/MAX.

Il ajoute que les milléniaux préfèrent acheter un condo contemporain qu’une maison plus vieille qui a besoin de travaux. « Rénover demande une vision, du temps, de l’argent et des connaissances ; tout le monde n’est pas prêt pour ça. »

Des plafonds hauts et des teintes claires

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Les murs peints dans des tons neutres et pâles sont prisés parce qu’ils renforcent la clarté et s’accordent avec tout.

Marc Lefrançois indique que les plafonds de 9 pi étaient légion avant les années 40 et qu’ils ont été réduits à 8 pi 2 po après cette date. « Je ne pensais pas que ça aurait fait une différence, mais aujourd’hui, les plafonds hauts sont très demandés, surtout dans les petites constructions, parce que ça donne une impression d’espace, même si on n’y gagne pas en volume. »

Les murs peints dans des tons neutres et pâles sont prisés parce qu’ils renforcent la clarté et s’accordent avec tout. « Les teintes claires sont aussi très en vogue au niveau des planchers de bois, versus le foncé il y a une dizaine d’années », dit M. Montanaro. « Le plancher occupe une place prépondérante, puisqu’il s’agit d’une des premières choses que l’on voit quand on entre dans une maison, et les bois francs et d’ingénierie sont très appréciés parce qu’ils apportent de la chaleur », informe M. Lefrançois.

Un bureau confortable

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Un bureau organisé dans une pièce indépendante est devenu prisé.

Un bureau organisé dans une pièce indépendante est devenu un atout prépondérant dans l’achat d’une propriété.

« Avant, surtout pour les jeunes, c’était métro-boulot-dodo. Ils allaient souvent au restaurant et leur intérieur n’était qu’un lieu de passage. Les besoins ont considérablement changé avec la COVID-19 à ce niveau-là », dit Marc Lefrançois.

Une cuisine épurée, mais chaleureuse

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

La cuisine et son incontournable îlot sont devenus la pièce charnière.

La cuisine et son incontournable îlot sont devenus la pièce charnière, puisqu’en plus d’y préparer les repas, on s’y rassemble entre amis et les enfants y font leurs devoirs. Côté look, le contemporain séduit et le blanc est toujours de mise, notamment pour les comptoirs.

Le courtier de Royal LePage note toutefois le début d’une nouvelle tendance : « Oui, les gens aiment le blanc et le look épuré, mais ils le préfèrent avec un peu de bois, ou avec des touches de noir pour apporter une touche chaleureuse. »

Une grande douche vitrée et deux lavabos

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Une grande douche vitrée est bien appréciée.

Nul besoin d’une salle de bains surdimensionnée pour les acheteurs d’aujourd’hui. En revanche, ils aiment avoir une grande douche vitrée plutôt qu’une baignoire ainsi que deux lavabos pour se préparer en duo sans se gêner.

« S’il y a deux salles de bains, c’est important de conserver une baignoire pour répondre aux besoins des acheteurs avec de jeunes enfants », conseille Marc Lefrançois.

Un beau jardin et une piscine

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Les acheteurs recherchent de plus en plus une maison avec une piscine.

Une belle cour bien aménagée, un coin pour cultiver des légumes et une terrasse confortable sont autant d’éléments devenus déterminants pour de nombreux acquéreurs. « Les gens qui cherchent un condo veulent aussi une grande terrasse », dit Joseph Montanaro.

Autre engouement en grande partie relié aux vacances passées chez soi : la piscine. Les deux courtiers constatent une croissance fulgurante des propriétés offrant un bassin. « Avant, 25 % des gens ne voulaient absolument pas de piscine, 25 % en voulaient absolument une et 50 % n’y accordaient pas d’importance. Depuis la COVID, on est passé à plus de 40 % de gens qui en veulent une », dit M. Lefrançois.