Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Emmanuelle Mozayan-Verschaeve Emmanuelle Mozayan-Verschaeve
Collaboration spéciale

Cette maison récente imaginée et bâtie par ses propriétaires bénéficie des attraits à la fois de la nature et de la cité. Érigée sur un vaste terrain boisé au cœur de Magog, elle jouit d’un ruisseau en contrebas, d’une vue sur la montagne et d’un accès à la plage.

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER, ÉQUIPE LACROIX

Une porte-fenêtre donne sur une large terrasse surélevée, d’où le panorama est imprenable.

Jeremy Lacroix et Cynthia Boily ont visité plusieurs demeures avant de décider d’acheter un terrain pour en construire une qui répondrait parfaitement à leurs besoins. « On a tripé sur ce terrain pour plusieurs raisons : on pouvait bâtir loin du chemin, ce qui crée une intimité assez exceptionnelle pour une propriété située en ville, c’est très lumineux toute la journée et il y a un accès au lac Memphrémagog », raconte le propriétaire. L’emplacement idéal, le principe de créer une résidence sur mesure… Tout semblait réuni pour réaliser une maison de rêve, et si le résultat est assurément probant, l’aventure ne s’est pas déroulée sans embûches.

L’excavation, un enjeu majeur

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER, ÉQUIPE LACROIX

Le propriétaire travaille beaucoup de chez lui. Son bureau s’organise derrière les deux grandes portes habillées de bois qui donnent sur l’entrée. La porte blanche dans le prolongement des bancs dissimule un walk-in ultra-pratique.

« Ce n’était pas ma première expérience dans le domaine de la construction et j’avais beaucoup de contacts pour m’aider dans le projet. J’ai vu cette opportunité-là dans l’idée de sauver un peu d’argent et d’apprendre à construire de A à Z tout en faisant la gestion moi-même », poursuit Jeremy Lacroix. Le couple a dû faire face à un problème de taille, puisqu’avant même de poser la première pierre, il a fallu tout faire exploser !

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER, ÉQUIPE LACROIX

Fonctionnel, un grand walk-in donne d’un côté sur l’entrée et de l’autre sur le garage. Un rangement conçu dans le même esprit est intégré entre l’entrée et la cuisine et sert de garde-manger.

Ce qu’on ne savait pas quand on a acheté le terrain, c’est que c’était un cap de roche à 100 %. L’excavation a duré plus d’un mois et ça a coûté une vraie fortune. Il aurait fallu faire venir un excavateur avant d’acheter pour qu’il essaie de creuser, mais on voulait limiter les coûts ; ça aurait pourtant été pas mal moins cher que de payer environ 20 000 $ pour dynamiter.

Jeremy Lacroix, copropriétaire de la demeure

Investissement personnel

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER, ÉQUIPE LACROIX

Dans le salon, le manteau de cheminée s’étire sur toute la hauteur de la pièce. Pas besoin de sortir chercher le bois quand on veut faire un feu grâce à la niche verticale jouxtant le foyer.

Le bâtiment a ensuite pris forme, dans un style intemporel à l’instar de l’aménagement intérieur. Tout a été pensé pour que ce soit pratique, clair et aéré. « L’espace de vie est calculé pour qu’on circule bien autour de l’îlot dans la cuisine et les plafonds sont très hauts », précise Jeremy Lacroix, en ajoutant que la structure des plafonds a été renforcée dans le but de maximiser l’insonorisation et l’isolation.

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER, ÉQUIPE LACROIX

La salle à manger relie le salon à la cuisine. Les poutres réalisées en frêne, comme le plancher, animent les volumes architecturaux. L’omniprésence du bois assure une atmosphère chaleureuse à cet espace ouvert.

À l’étage supérieur se trouvent trois chambres et deux salles de bains, ainsi qu’une salle de lavage. Le sous-sol, quant à lui, est situé en rez-de-jardin et il jouit d’une hauteur sous plafond de 10 pi. « Il sert d’aire de jeu et inclut une chambre et une salle de bains d’invités. Initialement, on n’était pas supposés de le finir tout de suite. On a aussi installé du plancher chauffant partout, y compris dans le garage, alors qu’on prévoyait d’en mettre uniquement au sous-sol. On s’est laissé emporter par la construction avec des “tant qu’à y être”, mais on envisageait de rester là 50 ans », confie le maître des lieux.

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER, ÉQUIPE LACROIX

À l’origine, seul le salon devait jouir d’un plafond cathédrale, mais les propriétaires ont finalement décidé de l’étendre jusqu’à la zone salle à manger. Des encastrés illuminent l’espace dès qu’il fait sombre.

Selon lui, les dépassements de coûts sont fréquents en autoconstruction : « Je suis content de l’avoir fait pour ce que j’ai appris, mais le temps investi est grandement supérieur au gain, et les coûts reliés aux changements ont été faramineux [environ 200 000 $]. » Il précise que la banque ne refinance pas en cours de projet et qu’il faut donc s’assurer d’avoir des liquidités suffisantes pour assumer les surcoûts si on veut changer ses plans. Par contre, gérer la construction permet de faire des modifications en cours de route, ce qui n’est pas nécessairement possible si on ne s’en occupe pas soi-même.

Changement de cap

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER, ÉQUIPE LACROIX

Les comptoirs de quartz et les armoires de cuisine au design simple déclinés en gris et blanc passeront les années sans prendre une ride. Bon point : les traces de doigt ne paraissent pas sur les façades en polyéthylène des rangements.

Le fils de Cynthia Boily et Jeremy Lacroix est né quelque temps après la fin des travaux, et comme la famille ne sera pas aussi grande que prévu, le couple a décidé de vendre pour voyager pendant plusieurs mois. « On choisira par la suite une maison beaucoup plus petite, proportionnelle à nous trois », dit M. Lacroix, qui offre ici une propriété familiale clés en main !

La propriété en bref

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER, ÉQUIPE LACROIX

Le palier de l’étage dessert trois chambres, deux salles de bains et la salle de lavage. La volumétrie est magnifiée par la poutraison qui épouse harmonieusement le plafond des deux niveaux.

Prix demandé : 780 000 $

Année de construction : 2017

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER, ÉQUIPE LACROIX

Toutes les chambres de dimensions généreuses sont équipées d’immenses placards.

Superficie habitable (sous-sol exclu) : 221,48 m2

Superficie du terrain : 2555 m2

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER, ÉQUIPE LACROIX

Le noir insuffle une élégance sobre et indémodable à la salle de bains des maîtres.

Évaluation municipale : 640 000 $

Taxes municipales : 7093 $

PHOTO FOURNIE PAR LE COURTIER, ÉQUIPE LACROIX

Difficile de croire que tous les services de la ville se trouvent tout près quand on regarde le paysage autour de la propriété.

Taxe scolaire : 909 $

Courtier : Mikael Lacroix, Équipe Lacroix-Barnes International

> Consultez la fiche de la propriété