Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Emmanuelle Mozayan-Verschaeve Emmanuelle Mozayan-Verschaeve
Collaboration spéciale

Cette maison se dresse au cœur d’un écrin de verdure sur un immense terrain situé à Shefford. Contemporaine, elle se distingue par des détails architecturaux originaux et une fenestration impressionnante qui invite la nature à l’intérieur.

PHOTO FÉLIX AUDETTE, STUDIO POINT DE VUE FOURNIE PAR LE COURTIER

La vue sur l’extérieur est dégagée dès que l’on pénètre dans la maison. Partout, les matériaux de qualité sont de mise, comme en témoignent les portes d’armoire et la quincaillerie en acier.

Josée Arcouette et Pierre Doucet ont opté pour des locations pendant plusieurs années dans la région de Bromont afin de profiter avec leurs enfants de la saison de ski les fins de semaine. « Mon mari a une entreprise de portes et fenêtres à Saint-Jean-sur-Richelieu, où on habitait. Quand nos enfants sont partis étudier à l’Université de Sherbrooke, ils venaient rarement nous voir, à cause de la distance. On a décidé de se rapprocher d’eux, tout en gardant un accès rapide pour Saint-Jean puisque Pierre s’y rend tous les jours pour travailler », explique Mme Arcouette, désormais à la retraite. 

PHOTO FÉLIX AUDETTE, STUDIO POINT DE VUE FOURNIE PAR LE COURTIER

Nul besoin de nombreux meubles et objets dans cet espace, car les volumes architecturaux et le trio noir-blanc-noyer suffisent à l’habiller.

Le couple découvre alors le secteur La Seigneurie à Shefford, où les terrains sont immenses. « C’était moins commercial que Bromont, très boisé, montagneux ; on a trouvé cet endroit magnifique. On a donc décidé de faire le saut, ce qui a bien fonctionné puisque les enfants venaient chaque week-end et invitaient des amis », poursuit-elle. 

Certes, la nouvelle localisation des parents favorisait la venue de leur progéniture, mais le concept de la résidence était également un atout de taille.

PHOTO FÉLIX AUDETTE, STUDIO POINT DE VUE FOURNIE PAR LE COURTIER

La salle à manger intérieure est assez vaste pour recevoir de nombreux convives qui bénéficient d’une vue imprenable sur le bois. Aux beaux jours, les immenses baies vitrées s’ouvrent sur un balcon meublé idéal pour prendre les repas.

Découpage bien pensé

Les propriétaires ont entièrement dessiné la maison, érigée sur trois niveaux baignés de lumière grâce à une abondante fenestration et une toile de fond immaculée. De l’entrée principale, on comprend déjà que tout a été conçu dans le but de créer une atmosphère rassembleuse où le blanc mène la danse, ponctué d’éléments noirs et de bois de noyer. « On voit le foyer dès qu’on entre dans la maison. Je voulais qu’il ait trois faces pour en profiter de partout au rez-de-chaussée », dit la propriétaire. 

PHOTO FÉLIX AUDETTE, STUDIO POINT DE VUE FOURNIE PAR LE COURTIER

Le cellier renforce la convivialité du lieu et fait le lien entre la cuisine et la salle à manger. Serti de noyer, il est tapissé d’un revêtement imitant la pierre (Mur Design) assorti à celui qui pare le mur derrière la télévision du salon.

Le plancher de porcelaine marbré et brillant contraste avec l’acier ébène qui structure notamment l’escalier et les cadres des fenêtres. Monumentales et omniprésentes, ces dernières maximisent la vue sur le paysage extérieur doté d’arbres majestueux.

« Le but était que la nature crée le décor. L’été, c’est vert, à l’automne, c’est un mélange de rouge et de jaune parce qu’il y a de nombreux érables et l’hiver, c’est féerique tout en blanc », s’enthousiasme la maîtresse des lieux en ajoutant que les câbles électriques ont d’ailleurs été enterrés pour ne pas gâcher le panorama.

PHOTO FÉLIX AUDETTE, STUDIO POINT DE VUE FOURNIE PAR LE COURTIER

« Je voulais beaucoup d’espace autour du comptoir-lunch pour que l’on s’y réunisse sans se déranger, même pendant la préparation des repas », précise Josée Arcouette. Un bandeau vitré derrière la section évier donne un effet de tableau naturel.

Du positionnement des ouvertures à l’organisation des pièces, la planification intérieure a demandé des mois de réflexion, mais le jeu en valait la chandelle. « Je voulais donner du relief à la maison tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, en créant par exemple plusieurs niveaux de plafond. C’était aussi très important de prévoir de grands espaces de circulation pour qu’on puisse être nombreux sans se gêner », explique Josée Arcouette. 

PHOTO FÉLIX AUDETTE, STUDIO POINT DE VUE FOURNIE PAR LE COURTIER

Les escaliers massifs en noyer apportent beaucoup de chaleur, mais n’alourdissent pas l’espace grâce à l’absence de contremarches.

En fait, le défi était d’imaginer un lieu où les hôtes pourraient profiter au maximum les uns des autres tout en préservant l’intimité des parents et celle des enfants devenus adultes dans leur zone privée. Les espaces communs sont donc très ouverts, y compris la mezzanine protégée d’une rambarde vitrée. Elle dessert le quartier des maîtres en retrait, une chambre et une autre salle de bains. Un troisième espace de vie privé est aménagé en rez-de-jardin, près du lounge et de la zone billard.

Bébé en vue !

PHOTO FÉLIX AUDETTE, STUDIO POINT DE VUE FOURNIE PAR LE COURTIER

La mezzanine donne une vue plongeante impressionnante sur le salon et la salle à manger.

Aujourd’hui, les jeunes filles de la maison ont terminé leurs études. L’une vit au centre de Montréal et la seconde et son conjoint ont déménagé dans la région de Saint-Jérôme pour des raisons professionnelles. « Elle est enceinte et je suis trop loin pour pouvoir aider quand le bébé sera né et qu’elle aura repris le travail. J’ai fait donc un deal avec mon mari pour bâtir plus petit dans la montagne proche de ma fille et prendre un pied à terre à Saint-Jean pour y vivre durant la semaine quand Pierre est à l’entreprise », confie Mme Arcouette, en ajoutant que rien ne presse puisque le bébé n’est pas encore né. 

PHOTO FÉLIX AUDETTE, STUDIO POINT DE VUE FOURNIE PAR LE COURTIER

Le mobilier de la chambre, à l’instar de la plupart des meubles de la résidence, a été réalisé sur mesure pour correspondre parfaitement à l’espace. On accède de part et d’autre du très grand lit à un walk-in bien agencé.

En attendant, le couple compte bien profiter pleinement de sa demeure. « C’est très rare d’avoir une fenestration comme celle-ci ; les gens font “wow !” quand ils rentrent ici et grâce à l’environnement boisé, on se sent tout le temps en vacances », dit-elle.

La propriété en bref

Prix demandé : 1 175 000 $

PHOTO FÉLIX AUDETTE, STUDIO POINT DE VUE FOURNIE PAR LE COURTIER

La salle de bains principale jouit d’une baignoire autoportante et d’une douche italienne recouverte de pâte de verre.

Année de construction : 2018

Superficie habitable : 3600 pi2

Superficie du terrain : 1,48 acre

PHOTO FÉLIX AUDETTE, STUDIO POINT DE VUE FOURNIE PAR LE COURTIER

Les propriétaires aiment s’installer dans le salon de l’espace loisirs, situé au rez-de-jardin, parce qu’il donne sur la piscine. Ici comme ailleurs, les grandes portes-fenêtres (Entreprises Doco) laissent entrer la lumière à foison.

Évaluation municipale : 764 500 $

Impôt foncier : 5698 $

Taxe scolaire : 1300 $

PHOTO FÉLIX AUDETTE, STUDIO POINT DE VUE FOURNIE PAR LE COURTIER

Orientée en plein soleil, la piscine en béton (Trévi) est soulignée de pierre assortie à celle de la façade. La toiture en espalier et les différents reliefs du bâtiment procurent beaucoup de charme à cette maison moderne.

Courtiers immobiliers : Luce Deslauriers et Alexandre Fortin, Engel & Völkers Bromont

Description : Cette maison située au 288, rue des Cimes à Shefford allie fonctionnalité et originalité. Claire, vaste et dotée de nombreux équipements et rangements intégrés, incluant les appareils électroménagers dans la cuisine, elle répond aux besoins des citadins aussi bien qu’aux amoureux de plein air. Elle comprend d’ailleurs un mudroom au plancher antidérapant où tout est prévu pour ranger les kits de ski.

> Consultez la fiche de la propriété