Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d'exception, offerte sur le marché de la revente.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

On connaît tous des maisons de rêve « bling-bling », bâties sans direction claire à grand renfort de feux d’artifice architecturaux, au style ampoulé et à la façade surchargée. La maison de rêve de Jean-François Tremblay et Marie-France Côté, elle, en est l’exact opposé. Aménagée avec goût, soin et amour sur les rives de l’Achignan, elle fait écho aux fascinations de jeunesse de M. Tremblay.

« Je ne viens pas d’une famille très riche, et nous avions déménagé plus de 21 fois. C’était très difficile à vivre », explique celui qui est devenu entrepreneur, puis coach d’affaires. À 10 ans, il avait découvert et fréquenté, ébahi, la demeure de son meilleur ami, une résidence cossue munie d’un vaste terrain et d’une patinoire de hockey en sous-sol. Adulte, il a saisi au vol l’émergence de ces souvenirs, et le couple a orienté les plans de son propre logis dans l’optique d’émerveiller ses trois enfants. En 2011, avec la collaboration de l’architecte Mario Adornetto, a surgi de terre cette remarquable demeure à Saint-Roch-de-l’Achigan, alliant l’élégance d’une habitation moderne à des aménagements ludiques susceptibles de faire briller les yeux des jeunes comme des moins jeunes.

Sobriété et matériaux

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

De la pierre, du bois et du métal : la mise en valeur des matériaux a été l'un des principaux axes de construction et d'aménagement. 

Ce qui frappe le visiteur de cette propriété de quatre chambres, hormis le vertigineux séjour aussi spacieux que lumineux, c’est l’harmonie générale des lieux, reposant aussi bien sur les rappels des formes que sur le recours aux matériaux. « Nous avons absolument voulu que tout soit véritable et naturel, en recourant à la pierre taillée, au bois et au métal, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur », confient Jean-François Tremblay et Marie-France Côté. Cela se concrétise par des colonnes de pierres traversant la demeure depuis le rez-de-jardin, ou encore par les planchers, poutres et mains courantes en bois teinté du plus bel effet. On retrouve le métal sur les rampes, dehors comme dedans, jusqu’aux tringles à rideaux en corde d’acier.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Marie-France Côté et Jean-François Tremblay, propriétaires de la maison

Courbes et rondeurs y sont aussi à l’honneur, avec des œils-de-bœuf disséminés çà et là, notamment dans la chambre principale où la rosace a été inspirée d’une visite à Disney World.

Les poutres apparentes du séjour ont même été conçues sur mesure pour épouser la ligne des fenêtres et celles de la pergola extérieure.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le chambre principale, avec une rosace faite sur mesure et des angles improbables. Notez la forme de la porte du garde-robe, à droite !

Des pièces qui respirent

Parlons du salon, dont le volume frappe d’entrée, mis en valeur par une impressionnante fenestration courant jusqu’au plafond, orientée sud et offrant une vue sur le terrain et les environs naturels. La hauteur (20 pieds) est telle que des prises d’escalade ont pu être vissées le long de la façade empierrée partant de l’âtre ! Bref, tout ceci respire de lumière et d’espace ; le couple souligne qu’il a apporté une attention particulière à la hauteur des pièces, y compris pour le rez-de-jardin qui s’élève à 8 pieds.

La cuisine adjacente au salon, aux accents modernes, est une véritable invitation à réunir la famille autour du comptoir de granit.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

La cuisine adjacente au salon, aux accents modernes, est une véritable invitation à réunir la famille autour du comptoir de granit.

À l’étage, trois chambres permettront de rêver littéralement, dont l’une secrètement, puisqu’un escalier aboutit à une petite mezzanine aménagée en salle de loisirs.

Les enfants d’abord

Les loisirs, voilà l’une des âmes de la résidence.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le terrain, bordé par l'Achigan, est équipé de toutes sortes de modules de jeu : terrain de soccer synthétique, patinoire, piscine creusée avec tremplin, cabane perchée et poulailler.

« C’est au cours de la construction du projet que différentes idées de rêve sont apparues », se souvient M. Tremblay, qui énumère les nombreux aménagements ludiques des lieux : à l’extérieur, un terrain de soccer synthétique, une patinoire (un petit garage sert de vestiaire avec banc des joueurs), une piscine creusée avec tremplin, une cabane perchée, un poulailler, le tout disposé sur plus 45 000 pieds carrés, pour courir ou s’amuser le long de la rivière.

« On a organisé des camps de jour pendant plusieurs années avec les enfants du quartier ! », indique Mme Côté.

À l’intérieur, outre le mur d’escalade, l’espace du rez-de-jardin est assez vaste pour accueillir des tables de jeu (ping-pong), un coin détente avec télévision, et même des balançoires.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le rez-de-jardin, bien éclairé également, donne directement sur le terrain extérieur. Il est assez vaste pour accueillir une table de ping-pong et même des balançoires.  

Le détail résume l’esprit de la maison : un « passage secret » a été aménagé entre les deux chambres d’enfants, faisant communiquer leurs placards respectifs.

Des pièces et de l’espace

On en oublierait presque les autres pièces, où les pièces-penderies (walk-ins) pullulent. La demeure compte une salle d’eau et une salle de bains, qui a déjà tapé dans l’œil de magazines d’habitation, grâce à sa grande baignoire et ses espaces élégants de céramique. La chambre maîtresse vaut aussi le détour, avec ses angles déroutants et son mur de briques blanches puisées dans le Vieux-Montréal. En bas, un bureau et une chambre d’amis complètent l’étage, tandis qu’un garage double occupe l’aile est de la propriété.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Une grande baignoire et une grande cabine de douche équipent la salle de bains. Sans oublier le côté pratique, puisqu'une chute à linge permet de faire passer les vêtements directement dans la buanderie voisine.  

Dehors, une terrasse double et, plus loin, un coin cosy avec foyer sont calibrés pour la réception d’un grand nombre d’invités. Par ailleurs, les parties extérieures ont été conçues par un architecte paysagiste, et encore une fois, les matières (blocs de pierres provenant de la même carrière que celles employées pour les murs et colonnes) et les formes (sentier sinueux) répondent à l’harmonie générale.

Moins de 1 million

Les maisons de rêve ont un prix, souvent hors d’atteinte pour la plupart des bourses. Mais celle-ci place, de façon surprenante, la barre en dessous du million de dollars. « On aimerait rendre ce rêve-là accessible à une jeune famille qui, comme nous l’avons fait, pourrait se l’offrir très tôt dans sa vie », envisagent Marie-France Côté et Jean-François Tremblay, qui mettent en vente leur bien afin de se rapprocher de l’école de leurs enfants et des autres membres de leur famille élargie.

La propriété en bref

Prix demandé : 849 000 $
Évaluation : 660 100 $
Taxes municipales (2019) : 6048 $
Taxe scolaire : 1352 $
Chambres : 4
Année de construction : 2011
Superficie du terrain : 4250,5 m2 (45 752 pi2)
Courtières : Manon Lafortune et Sophie Paquin, Sutton

Consultez la fiche de la propriété