Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

En 2012, Nathalie Veillette et David Quinn ont eu un coup de cœur pour cette maison jumelée, à Boucherville. Ils s’y sont installés en croyant qu’ils y vivraient de nombreuses années. Ils en ont pris soin et ont effectué des rénovations en pensant à long terme. Or une autre propriété située en pleine nature dans les Cantons-de-l’Est, d’abord acquise en tant que maison de campagne, a pris de plus en plus de place dans leur vie.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

La cuisine a été rénovée en 2017. Aucun espace n’est perdu.

« Nous avons trouvé ici un havre de paix non loin de la ville, explique Nathalie Veillette. Mais maintenant que nous avons un coin de campagne, cela n’a plus beaucoup de sens d’avoir une deuxième oasis de verdure. Cette belle propriété n’a plus toute l’attention qu’elle mérite. Il est temps que d’autres en profitent. »

En entrant dans la maison, lors de sa première visite, le couple avait été charmé par la vue des arbres dans la cour. « C’était l’automne, se rappelle Mme Veillette. Mon mari, élevé dans un presbytère avec un père pasteur anglican, a également aimé la cimaise en haut de la porte d’entrée et le style classique de la maison, qui lui rappelait son enfance. Comme il mesure plus de 6 pi, il a aussi apprécié les hauts plafonds au rez-de-chaussée et à l’étage. »

La demeure est particulière, fait-elle remarquer. Elle a été construite en 1997 et 1998, nécessitant beaucoup de temps avant d’être terminée à cause du soin apporté aux détails.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Le rez-de-chaussée est très éclairé. Une grande fenêtre borde le salon.

C’est une maison sur mesure, à l’image du premier propriétaire, qui était dans l’industrie du vêtement. Chaque chambre a une penderie de style walk-in, très bien aménagée, et sa propre salle de bains.

Nathalie Veillette, copropriétaire

« La penderie près de l’entrée, aussi de style walk-in, comprend beaucoup de tiroirs pour les mitaines, les chapeaux. Tout a été bien pensé », précise Mme Veillette

La maison était à leur goût. Ils ont tout de même rénové la cuisine, en 2017, pour l’actualiser. « Il n’y a pas un coin de perdu, souligne Mme Veillette. Tout est très pratique. »

Deux chambres (et deux salles de bains), un boudoir et une salle de lavage se trouvent à l’étage. À noter : la spacieuse chambre principale est ouverte sur la salle de bains adjacente.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Nathalie Veillette se trouve dans sa pièce préférée, aménagée dans le grenier. Elle s’y réfugie pour lire ou faire des corrections.

« Il faut être un couple très uni et complice, convient la propriétaire. C’est comme une chambre d’hôtel. Nous sommes très à l’aise avec notre intimité. Pour nous, ce n’est pas un enjeu. »

Du vaste espace ainsi créé se dégage une impression de luxe, qu’elle a eu un peu de difficulté à apprivoiser. « Je trouvais cela décadent, a-t-elle avoué. Mais je me suis vite habituée. Nous n’avons pas changé la peinture ni le papier peint. Nos meubles ont contribué à changer l’atmosphère. »

Les deux propriétaires ont un faible pour la même pièce : le grenier en haut de leur chambre. Pour y accéder plus aisément (et de façon sécuritaire), ils ont demandé à un artisan de confectionner un escalier en colimaçon et un garde-corps, là-haut.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

La cuisine donne sur la salle à manger et a une vue directe sur le vaste jardin, à l’arrière.

« C’est devenu un refuge, révèle Mme Veillette, qui est professeure agrégée à l’Université de Montréal. J’y vais pour faire des corrections ou pour lire. Il y a une belle vue sur notre très grand jardin. Au printemps, les arbres sont en fleurs, j’ouvre la fenêtre et cela sent bon ! C’est aussi une salle de pratique inspirante pour David, qui joue du violon alto dans l’Orchestre symphonique de Montréal. Nous avons amélioré le système de chauffage et de climatisation, qui couvre trois zones distinctes, pour être confortables partout dans la maison, y compris dans le grenier. »

Elle aime la sensation d’espace. « Il peut y avoir plein de monde dans la maison, nous ne nous pilons pas sur les pieds, dit-elle. Chacun peut vaquer à ses occupations. David peut pratiquer en haut pendant que je travaille dans mon bureau, à l’étage. Le soleil est là toute la journée. La luminosité est incroyable. »

Avec sa troisième chambre (et sa troisième salle de bains) dans le sous-sol, la configuration de la maison pourrait plaire à une famille avec un enfant à l’adolescence, croit-elle. L’espace de rangement au sous-sol, par ailleurs, a aussi été planifié avec soin. « C’est fou combien il y a du rangement !, s’exclame-t-elle. Il y en a sous l’escalier et sous le garage. Quelqu’un qui le désire peut avoir accès au dessous de son auto. »

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Le grenier est une salle de répétition inspirante pour David Quinn, qui joue du violon alto dans l’Orchestre symphonique de Montréal.

En 2017, en plus de rénover la cuisine, le couple a changé les fenêtres et la porte-fenêtre. En modifiant le système de chauffage et de climatisation, la facture annuelle d’électricité a été considérablement réduite, pour se situer à 1638 $ (136,50 $ par mois).

« Nous avons fait les travaux en pensant rester ici longtemps », indique Mme Veillette.

Son cœur et celui de son mari en ont décidé autrement.

La propriété en bref

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

De leur chambre, très spacieuse, les propriétaires ont accès au grenier. L’escalier en colimaçon a été réalisé par un artisan.

Prix demandé : 609 900 $

Année de construction : 1997-1998

Superficie de la maison : 1592 pi2

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

La chambre principale est ouverte sur la salle de bains adjacente. Aucune porte ne les sépare.

Superficie du terrain : 8979,25 pi2

Évaluation municipale : 513 000 $

Impôt foncier : 4255,46 $

Taxe scolaire : 841,31 $

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Du vaste espace créé en ne cloisonnant pas la salle de bains se dégage une impression de luxe.

Description : La maison de deux étages, située au 969, rue Achille-Fortier, à Boucherville, a été soigneusement entretenue. Un vaste hall d’entrée, une cuisine ouverte sur une salle à manger, un salon avec foyer au bois et une salle d’eau se trouvent au rez-de-chaussée. Deux chambres et deux salles de bains, un boudoir et une salle de lavage occupent l’étage. De la chambre principale, les propriétaires ont accès au grenier, où se trouve leur pièce préférée. Une chambre, une salle familiale équipée d’un cinéma maison, un bureau, une salle de bains et beaucoup de rangement ont été aménagés dans le sous-sol.

> Consultez la fiche de la propriété : https://duproprio.com/fr/monteregie-rive-sud-montreal/boucherville/maison-a-vendre/hab-969-rue-achille-fortier-877573