Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Emmanuelle Mozayan-Verschaeve Emmanuelle Mozayan-Verschaeve
Collaboration spéciale

Fruit de la patience, du savoir-faire artisanal et du goût pour l’intemporalité de ses propriétaires, cette résidence semble intégrée à ce majestueux paysage naturel depuis des siècles. Pourtant, la belle n’a même pas 20 ans…

Quand leur chalet situé dans Lanaudière a été détruit par le feu, Josée Dumontier et Alain Brûlé ont construit une maison intergénérationnelle avec les parents de Josée ; puis ils ont décidé de changer de région. « On est partis une journée dans les Cantons-de-l’Est, on s’est arrêté au village de Sutton et on a vu une photo de cette terre bordée d’une rivière qui était à vendre à Bolton-Est », raconte Alain Brûlé. Une vieille habitation au bas du terrain deviendrait bientôt leur port d’attache, le temps que leur projet de construction se concrétise, en haut de la colline. C’est la photo de couverture d’une revue qui les a inspirés. « Elle représente une maison de 1883 dont le style est très répandu à Nantucket », poursuit-il.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Josée Dumontier et Alain Brûlé ont conçu ce grand couloir vitré dans le but de relier la maison à la grange. Il fait office d’entrée principale, mais chacun des deux bâtiments bénéficie d’un accès indépendant.

Le couple confie alors la planification à l’architecte Richard Proulx, fait faire la fondation de béton, les murs de pierres et les escaliers à l’intérieur. « Tout le reste a été fait par Alain et un de ses amis », dit Josée, qui a aussi participé activement à la conception de cette incroyable maison. « On a commencé la construction en 2004 et fini en 2010. Chaque détail comptait ; on a trempé chaque bardeau de l’extérieur pour lui donner un aspect vieilli et on les a posés un à un », explique M. Brûlé.

Ce goût du travail soigné est aussi évident à l’intérieur, où tous les murs et plafonds sont recouverts de lambris peint en blanc éclatant. « Les planches ont été passées une par une au gun avant d’être posées pour que la couleur bois ne ressorte pas dans les interstices après l’installation », dit-il. De même, ce passionné a travaillé chacune des nombreuses poutres structurelles et ornementales indépendamment. Les différents volumes de plafond, les jeux de lignes, les impostes et autres œils-de-bœuf ainsi que le choix de matériaux nobles forment une coquille d’une élégance intemporelle, à la fois chaleureuse et lumineuse. Ainsi, l’architecture suffit à habiller l’espace.

Au sol, de grandes dalles d’ardoise recouvrent les zones de passage, tandis que du frêne huilé couleur moka revêt les autres espaces. Les armoires intégrées des chambres, celles de la cuisine, des salles de bains et les bibliothèques de la maison ont d’ailleurs été réalisées dans ce même bois, mais il est laqué en blanc.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Une vieille grange originaire de la Beauce a été déconstruite puis remontée pour faire l’agrandissement. Son style et ses proportions s’équilibrent sans fausse note avec la maison principale.

L’effet du plafond cathédrale percé d’un puits de lumière est spectaculaire quand on gravit l’escalier qui mène à trois chambres et une grande salle de bains. Alain Brûlé et son ami menuisier Claude n’ont pas hésité à créer des arrondis, des angles complexes : « Ça aurait été trop simple sinon ! » confie ironiquement le propriétaire.

On a fait énormément de recherche pour trouver chaque chose, jusqu’aux grilles d’aération de style ancien.

Josée Dumontier

Trop grand

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

L’arrière de la maison donne sur une piscine d’eau salée qui s’imprime très naturellement dans le paysage.

Le sous-sol très clair comprend également des espaces pour dormir, une vaste salle de bains et un séjour équipé d’un foyer donnant sur un coin billard. L’espace a été entièrement pensé dans le but de créer au besoin un logement indépendant. Toutes les sorties sont donc prévues pour faire une cuisine et même pour créer un cellier. « Mon ancien atelier pour le bois était ici avant. Maintenant, il est dans l’agrandissement, érigé dans le but d’ajouter un atelier de motos ; il comprend aussi un espace incluant une salle de bains facilement transformable en un autre appartement », précise M. Brûlé. Cet ajout est relié à la maison d’origine par un couloir entièrement vitré qui fait office d’entrée principale, mais chaque bâtiment bénéficie d’une entrée indépendante.

D’autres projets ont mûri ces derniers temps, notamment avec leur fils, dont un atelier de motos. « On n’aura donc plus besoin de celui-ci. On a mis beaucoup d’amour dans cette construction, mais c’est devenu trop grand. Alors, on veut vendre pour faire une maison plus petite », dit le couple, qui est également animé par le plaisir de voyager.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Les armoires de cuisine, ainsi que celles des chambres et des salles de bains, et les bibliothèques sont toutes de style Shaker et sont réalisées en bois de frêne par Treebone Design. Le granit poli des comptoirs renforce le côté chic et naturel de la maison. La banquette, qui épouse l’arrondi de la fenêtre, est l’un des endroits favoris du couple.

La propriété en bref

Prix demandé : 2 949 000 $

Année de construction : 2004

Superficie habitable : 2359 pi2

Superficie du garage : 1152 pi2

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Le salon prolonge l’espace salle à manger, dont il se distingue par son haut plafond. Beaucoup de meubles et d’objets viennent d’Angleterre et de Restoration Hardware. L’œil-de-bœuf percé en haut de la cheminée est reproduit à l’identique dans le treillage extérieur que l’on entrevoit sur la gauche.

Taille du lot : 27 acres

Impôt foncier : 3930 $

Taxe scolaire : 1496 $

Courtières : Johanne Meunier et Marie-Piers Barsalou, Sotheby’s

Consultez la fiche de la propriété : http://barsaloumeunier.com/fr/details-de-la-propriete/bolton-est-quebec/626/