Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Emmanuelle Mozayan-Verschaeve Emmanuelle Mozayan-Verschaeve
Collaboration spéciale

Nathalie Dubois et André Cadot ont fait construire cette propriété sur un immense terrain, au cœur d’un petit bois escarpé traversé par un plateau qui a dicté l’architecture de la maison. Nichée parmi les arbres, loin du bruit de la route, la villa bénéficie pourtant d’un accès rapide et pratique à tous les services et aux loisirs de plein air.

Il s’agit de la septième demeure de Mme Dubois et de M. Cadot, qui ont longtemps vécu sur la Rive-Sud. « On est de grands amoureux de la nature et des maisons de tous les styles ; c’est notre première contemporaine. On était déjà à Shefford avant d’acheter ce terrain, dans une maison plus modeste, mais aussi avec beaucoup de forêt autour. C’est André qui a vu le terrain et il n’y en a pas beaucoup de cette taille ici », raconte Nathalie Dubois.

Le couple a eu un coup de foudre pour cet espace de 8,3 acres et n’a donc pas hésité à l’acheter. « On avait besoin d’un architecte et, en regardant des magazines, on a remarqué les projets de Mario Adornetto, qui est concepteur architectural. Il a marché sur le terrain pendant environ une heure. On ne lui a donné aucune directive, on l’a laissé aller à toute sa créativité », poursuit la maîtresse des lieux. Le plateau du terrain était déjà là, prêt à accueillir la construction. Adornetto a donc imaginé une maison horizontale et vitrée au maximum afin de faire entrer le paysage de tous les côtés. « On est allés s’asseoir au restaurant et il a dessiné la maison à main levée sur un papier. On n’a rien changé, tout était parfait ! », se souvient Nathalie Dubois.

La seule demande du couple à la designer d’intérieur Jessica Boily a été de concevoir un univers intemporel, neutre, tout en harmonie entre l’intérieur et l’extérieur. La pérennité est assurée grâce à l’utilisation majeure de matériaux nobles identiques partout, à savoir le verre, la pierre et le bois de chêne blanc. Ce dernier habille notamment le plancher, certains plafonds et les armoires de cuisine. « Il y a beaucoup de beaux détails, comme les corniches à l’extérieur qui sont dans la continuité du bois du plafond », remarque André Cadot. Tout a été pensé pour durer, valoriser la vue et créer une atmosphère enveloppante et chaleureuse, malgré l’immense hauteur sous plafond et les murs de vitre.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

André Cadot et Nathalie Dubois adorent leur maison, mais ils sont toujours animés par de nouveaux projets.

Toutes les saisons sont belles ; ce sont elles qui changent le décor, et le principe est d’avoir l’impression d’être dehors tout le temps.

André Cadot, copropriétaire

Il émane de la demeure une grande douceur visuelle, mais aussi une douceur de vivre grâce à la fluidité de circulation et à la configuration architecturale. Les pièces communes, les espaces privés des propriétaires, ainsi qu’une deuxième chambre, une deuxième salle de bains, une grande salle de lavage et même l’accès au triple garage s’organisent sur un même niveau. « C’est très confortable et pratique », soutient Nathalie Dubois. Le rez-de-jardin, auquel on peut accéder par une entrée indépendante, comprend quant à lui un grand bureau, une salle de réunion, un séjour, deux autres chambres, une salle de bains et une salle d’eau. De vastes rangements éclairés sont aménagés partout dans la maison.

L’emplacement et la résidence répondent à 100 % aux souhaits des propriétaires, alors pourquoi veulent-ils déménager ? « L’élément déclencheur est venu d’un couple qui a sonné à notre porte en disant qu’il serait intéressé si la maison était à vendre un jour quand sa propre maison serait vendue. On y a pensé et, comme on a beaucoup aimé l’expérience, on s’est dit que ce serait le fun de le refaire. Aussi, notre fille aînée travaille avec nous, on est toujours ensemble et comme on est grands-parents de deux petits-fils de 5 et 2 ans, on a un éventuel projet de bigénération », conclut Nathalie Dubois, qui a déjà une idée du style de la future maison !

La propriété en bref

Prix demandé

2 675 000 $

Année de construction

2016

Superficie habitable du rez-de-chaussée

2359 pi2

Superficie du terrain

365 641,55 pi2

Taxe municipale

6830 $

Taxe scolaire

1362 $

Courtières

Johanne Meunier et Marie-Piers Barsalou, Sotheby’s