Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Valérie Simard Valérie Simard
La Presse

Construite sur le roc en haut d’une falaise, sur un terrain déjà occupé par un bungalow, cette maison signée Pierre Thibault ne s’est pas construite en un jour. Il a plutôt fallu à ses propriétaires plusieurs années, beaucoup de patience et un budget considérable pour faire de leur rêve une réalité.

Jadis propriétaires d’une maison dans l’île d’Orléans, Marthe Lefebvre et Marcel LeBlanc souhaitaient faire un retour en ville sans toutefois renoncer au fleuve. Ils ont cherché un terrain à Québec pendant plusieurs années, pour finalement acheter cette parcelle de plus de 16 000 pi2 qui surplombe la falaise de Sillery. Bien que la transaction se soit conclue en octobre 2011, ce n’est qu’en décembre 2013 qu’ils ont pu emménager dans leur nouvelle maison.

Il leur a d’abord fallu démolir le bungalow des années 60 qui était bâti sur la propriété. Puis attendre près d’un an avant d’obtenir le permis de construction. « Chaque fois qu’on répondait à une des objections, ils nous sortaient un autre règlement qui nous empêchait d’avancer, se souvient Marthe Lefebvre, propriétaire de la maison. La réglementation sur l’aménagement des escarpements est très sévère. Pour avoir le droit de reconstruire, on devait garder les anciennes fondations de la maison. Si bien que pour agrandir, il fallait trouver une façon de le faire sans creuser, sans remblayer, pas de pilotis. »

Ainsi, les deux sections de la résidence qui ne reposent pas sur les fondations d’origine ont été érigées en porte-à-faux sur des poutres d’acier. Le garage a pour sa part pu être creusé dans le roc, à coups de marteau-piqueur. Des grues ont été appelées sur le chantier pour transporter des matériaux. Tout un lot de défis pour l’entrepreneur en construction qui a accepté de mener le projet, chose que d’autres avaient refusée avant lui.

Mais le jeu en valait la chandelle.

PHOTO
MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

L’avant de la maison s’intègre bien au paysage.

« C’est la campagne en ville. On est à 20 minutes à pied de l’université, des centres commerciaux. C’est vraiment un site exceptionnel. Le cap ajoute à la beauté des lieux. On a une vue à 180 degrés. »

Pour les propriétaires, il était important que leur maison s’intègre bien à cet environnement. C’est l’une des raisons pour lesquelles ils ont fait appel à l’architecte Pierre Thibault, l’intégration des bâtiments au paysage étant au cœur de sa démarche. La résidence a été dessinée en fonction du terrain. Un revêtement de bois a été choisi à l’extérieur pour éviter un côté trop tape-à-l’œil. À l’intérieur, tout a été pensé pour mettre le paysage en valeur. « Chaque point de vue est comme un tableau sur l’extérieur. Dans chaque fenêtre, c’est comme si on regardait un tableau du paysage. C’est tout ce qui donne l’âme à la maison. »

Pour l’amour du fleuve

« C’est apaisant de vivre ici, poursuit Marthe Lefebvre. Le paysage n’est jamais le même. Le fleuve, c’est vivant. Il y a toutes sortes d’émotions qui passent par le fleuve. Dans leur livre, François Cardinal et Pierre Thibault disent que la belle architecture, ça a un impact sur notre bien-être, nos humeurs, nos émotions. C’est vrai. Je le sens ici. Cette maison-là fait du bien à l’âme. »

Pour créer un décor qui lui ressemble, le couple a fait appel au designer Sylvain Côté. « Pierre Thibault est très minimaliste dans ses aménagements intérieurs, observe Mme Lefebvre. Nous ne sommes pas allés aussi loin que ce qu’il fait habituellement. Je voulais que l’intérieur de la maison nous ressemble. Pour nous, c’était important que quand nos amis et nos enfants arrivent chez nous, ils sentent qu’ils arrivent chez Marthe et Marcel. Pas dans une maison de revue. L’aménagement intérieur, on se l’est approprié. »

La propriété en bref 

PHOTO
MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le rez-de-chaussée est une vaste aire ouverte sur le paysage. Les colonnes de soutien en acier ont été laissées apparentes. 

Prix demandé: 3 500 000 $ 

Année de construction: 2013

Superficie du bâtiment: 344,5 m2 (3708 pi2)

Superficie du terrain: 1544 m2 (16 626 pi2)

Description: Vaste maison sur deux niveaux conçue par l’architecte Pierre Thibault, érigée sur un promontoire de roc en haut de la falaise de Sillery. Trois chambres, deux salles de bains, planchers de béton radiants, grande terrasse extérieure et garage double. 

Évaluation municipale (2018): 1 275 000 $

Impôt foncier (2018): 11 003 $

Taxe scolaire (2018): 1718 $ 

Courtiers: Anne Turcotte et Alexandre Boutet, Engel & Volkers Québec

> Consultez la fiche de la propriété: https://quebec.evcanada.com/fr/listing/cms/mls-25025318-1659-rue-de-bruyeres-sainte-foysillerycap-rouge-quebec-quebec-g1w3g9/