Propriétaires et promoteurs nous ouvrent les portes de demeures d’exception, offertes sur le marché de la revente.

Danielle Bonneau
Danielle Bonneau La Presse

Après des années d’incertitude, l’ancienne maison mère des Sœurs des Saints-Noms-de-Jésus-et-de-Marie subit une transformation extrême. Le terrain à l’avant du 1420, boulevard du Mont-Royal est éventré pour intégrer du stationnement souterrain. La dalle de l’établissement a été démolie pour abaisser le rez-de-chaussée et rehausser les plafonds, à ce niveau. L’intérieur a été minutieusement dégarni. Les copropriétaires devraient emménager à compter de l’automne 2020.

Le promoteur Daniel Revah a converti d’autres bâtiments existants en copropriétés, comme le 10 Saint-Jacques, dans le Vieux-Montréal, et le Redfern, dans Westmount. Ce qu’il a entrepris, cette fois-ci, est d’une tout autre amplitude. « Je suis un peu rêveur, avoue-t-il. Il faut aussi avoir une vision. »

Trois éléments ont retenu son attention, l’amenant à se lancer dans pareille aventure : la hauteur des plafonds (qui atteignent de 11 à 16 pieds), les vues, que ce soit sur l’horizon, le paysage urbain ou le mont Royal, et la vaste superficie de la toiture (60 000 pi2), qui permet d’aménager des terrasses dont pourront profiter un grand nombre de propriétaires. Il y aura aussi des jardins privés dans la cour intérieure.

L’élément déclencheur a toutefois été la visite de la chapelle.

« Je l’ai trouvée tellement belle. Pourtant, je ne suis pas catholique, je ne suis pas religieux. J’ai été frappé par l’architecture et j’ai vu le potentiel. Je suis aussi arrivé à un certain temps dans ma vie où je veux relever un plus grand défi. Ce sera une fierté quand ce sera fini. Ce sera spécial à Montréal. »

Comme c’était le cas avec tous ses projets précédents, M. Revah a confié la conception à l’architecte Karl Fischer. Ce dernier est décédé le 12 mars dernier. Au départ, l’établissement construit sur le flanc de la montagne en 1925 devait compter 239 appartements en copropriété. Plusieurs d’entre eux ayant été jumelés, ce nombre est maintenant réduit à 152. Environ 45 % d’entre eux ont été réservés, dont le penthouse de 6400 pi2, avec une vue de 360 degrés sur les alentours. Son prix ? 11 millions.

« Les acheteurs proviennent des environs, indique le président de Corev Immobilier. Dans le Tom, la tour de 40 étages au centre-ville de Montréal, que j’ai fini avant de m’engager à faire le 1420 Boulevard Mont-Royal, il y avait 30 % d’investisseurs et 10 % d’acheteurs étrangers. Ici, tous ont acheté pour y habiter. Les gens demandent quelle sera la politique de location. Ils recherchent la quiétude. Un appartement non meublé ne pourra être loué qu’une fois par année et un appartement meublé, deux fois par année. Il n’y aura pas d’Airbnb. »

Son but ? Faciliter la création d’une véritable communauté, par le truchement d’une piscine intérieure et d’une piscine extérieure, d’un court de squash, d’une salle d’entraînement et de la chapelle, qui deviendra un chic salon ou une salle de réception au gré des envies des copropriétaires. Ces derniers contribueront mensuellement au bon fonctionnement du restaurant, qui sera aménagé au même niveau que le hall d’entrée.

« Ce sera un bistro haut de gamme, qui sera ouvert le matin, le midi et le soir, où les voisins pourront se côtoyer, précise M. Revah. On s’assure qu’il ait un minimum de 400 000 $ par année pour survivre. Ce devrait être facile de faire bien davantage. »

Les appartements disponibles, sur un ou deux niveaux, peuvent encore être aménagés sur mesure. Mais le temps presse sur certains étages avant que les divisions ne soient établies. Les condos ont une superficie moyenne de 2000 pi2. Les moins spacieux mesurent 650 pi2. Comme dans un grand hôtel, un voiturier, un gardien et un concierge seront attentifs aux désirs des résidants. Ces derniers profiteront aussi des fruits de la culture verticale hydroponique, qui sera réalisée dans les catacombes. Un organisme extérieur s’en chargera pour approvisionner le restaurant et fournir des paniers bio aux copropriétaires.

Les travaux se font avec un souci de préservation. « Il y a un respect du plus grand que soi, révèle Sabine Karsenti, courtière immobilier et directrice des ventes. Plusieurs éléments architecturaux, comme les centaines de portes de bois et les fenêtres d’origine, ont été préservés ou remis à des organismes à but non lucratif, dont Habitat pour l’humanité et Architectes de l’urgence et de la coopération. »

La propriété en bref

Adresse : 1420, boulevard du Mont-Royal

Prix demandé : de 650 $ à 1100 $ le pi2 (taxes en sus), selon l’étage

Charges mensuelles de copropriété : 0,52 $ + 0,12 $ (restaurant) le pied carré

Année de construction : 1925

Superficie habitable : de 650 à 7000 pi2

Description : environ 150 appartements en copropriété. Un peu plus de 50 % d’entre eux sont toujours en vente. Le stationnement souterrain comptera 300 places.

Courtière : Sabine Karsenti

Consultez la fiche de la propriété : https://www.centris.ca/fr/condo~a-vendre~outremont-montreal/24146221