Une petite entreprise québécoise s'est lancée dans la fabrication de roulottes gitanes. Les maisonnettes sont toutes uniques, selon les goûts du client.

Publié le 3 nov. 2011
Carole Thibaudeau LA PRESSE

Quand elle était petite fille, à Munich, Sibylla adorait se promener chez les romanichels qui campaient aux extrémités de la ville. «Leur feu de camp m'attirait, relate-t-elle. Leur musique et leurs danses étaient extraordinaires. Ils étaient peu liants, mais les enfants pouvaient les approcher.»

Aussi, n'est-ce pas étonnant que Sibylla, elle-même petite-fille de gitane - «par ma grand-mère hongroise» - ait craqué pour les roulottes Falbala, ces décoratives maisonnettes sur roues fabriquées à Dunham. Falbala offre quatre modèles, robustes, colorés et romantiques, richement décorés de lanternes, de tissus éclatants, de coussins, de broderies, de dentelles et autres... falbalas. Elles peuvent servir de chambre d'invités, de cabane pour enfants, de pavillon de jardin ou de cabinet de travail. Deux des quatre modèles, isolés et munis de fenêtres à double vitrage, sont conçus pour qu'on y dorme à l'aise, même par -10°C. On peut y installer une petite chaufferette électrique ou au gaz.

La roulotte de Sibylla met une touche de fantaisie sur son vaste terrain. «Tout le monde veut la visiter, rapporte-t-elle. J'y vais régulièrement avec une amie, et on parle du passé. On y trouve une atmosphère de charme et de détente.»

Fête tzigane

Avec la complicité du propriétaire de Falbala, Gilles Richard, Sibylla a organisé chez elle une grande fête gitane, recréant un campement bohémien avec quatre ou cinq roulottes. Quatre musiciens tziganes - du groupe Singapool -, une cartomancienne, et quelques amuseurs ont animé l'événement. «Les enfants n'oublieront jamais ça», dit Sibylla, devant une photo d'un jeune invité s'exerçant au diabolo.

Les roulottes de M. Richard ont été décorées par Élise Vachon, qui court les marchés aux puces et agence les accessoires d'une romantique ambiance gitane  un foulard indien pour habiller une fenêtre, des boucles d'oreilles pour fixer un voile, des petits cadres vieillots, des coussins, une frange-rideau, un capteur de rêve, un carillon, un roman de voyage, etc. «C'est un lieu pour la beauté», dit-elle.

Combien?

Une roulotte mesurant 13 pieds de long à l'intérieur (plus 2 pieds de balcon), se vend 20 000$ toute équipée (lit et décoration) ou 18 000$ «nue» (avec sa finition, la base de lit et la table). La variante plus spacieuse, de 15 pieds de long à l'intérieur (plus deux pieds de balcon) possède une fenêtre supplémentaire, octogonale, au-dessus du lit : 25 000$ toute équipée ou 22 500$ non décorée (avec finition, lit et table). Une version pour enfants, de 12 pieds de long, incluant le balcon, non isolée, dotée de lits superposés et d'une minibibliothèque, se vend 15 000$.  Un quatrième modèle, enfin, sans vitres ni lit, fait 18 pieds de long et se détaille 15 000$. On s'en sert comme petit salon extérieur, salle à manger d'été, coin de lecture au jardin...

Falbala a, à ce jour, vendu trois roulottes. «C'est un produit de luxe», convient M. Richard, qui jongle avec l'idée d'un parc de 15 à 20 roulottes greffé à un camping ou à un bed & breakfest.

En attendant, quiconque veut jouer au gitan peut dormir dans une des deux roulottes Falbala du Rond coin, un site d'hébergement en Mauricie.

Info: www.falbala.ca ou www.lerondcoin.com

.