Il y a de ces propriétés qu'on ne voit que très rarement sur le marché de la revente. Celle que nous vous présentons aujourd'hui entre dans la catégorie des ultras rares. Forest Manor, qui surplombe un terrain de 27 acres à Hudson Heights (aujourd'hui Saint-Lazare), est un produit architectural typique des grandes résidences du siècle dernier. Plus important, le manoir a été soigneusement entretenu et méticuleusement restauré depuis que le quatrième propriétaire en a fait l'acquisition il y a 23 ans.

Marie-Andrée Amiot LA PRESSE

La propriété a été conçue par les architectes Edward et W.S. Maxwell, des vedettes du début du 20e siècle auprès de la bourgeoisie montréalaise. Parmi leurs réalisations les plus notoires, le Château Frontenac, la gare Windsor, une cinquantaine de maisons du Golden Square Mile à Westmount... Leurs clients pouvaient s'offrir des résidences ornées d'oeuvres d'artisans et d'artistes de renom, dont des sculpteurs, des ébénistes et des vitraillistes qui utilisaient des matériaux venant de partout dans le monde.

Le propriétaire actuel, un homme d'affaires de Montréal, a acheté le domaine en 1988. Le manoir n'avait connu que trois occupants. En 1916, il avait d'abord été construit selon les plans des frères Maxwell pour Eugène Lafleur, bâtonnier de Montréal. Puis, la famille de David Law l'a habitée pendant plus de 50 ans. Enfin, une troisième famille l'a achetée pour la diviser en deux parties, modifiant son aspect considérablement. Le propriétaire actuel souhaitait lui redonner son aspect d'origine, et surtout, sa splendeur. Il a donc entrepris d'importantes rénovations et restaurations qui ont duré plus de 18 mois. Grâce à Michael Moore, un designer réputé et homme de confiance du propriétaire, Forest Manor est redevenu le manoir qu'il était en 1916. Et quel manoir!

De style chic Adirondack (certains parlent de réplique de castel écossais), la demeure avait d'abord été conçue pour servir de résidence secondaire à la famille Lafleur. C'est elle qui a choisi l'emplacement de la maison, soit à un kilomètre du chemin, loin des passants et derrière les grilles qui annoncent la propriété. Ces détails ont resurgi quand le propriétaire actuel et Michael Moore ont retrouvé les plans d'origine conservés à la faculté d'architecture de l'Université McGill.

Comme c'était la coutume, le hall d'entrée (appelé ici le Grand Hall) servait de lieu de rencontre pour les invités qui visitaient la famille. Pour le remettre dans le même était, les panneaux en noyer cendré sous la cimaise ont été décapés par un artisan de Hudson qui les a teints et patinés. Un travail de plusieurs mois. Ce n'est qu'une des nombreuses tâches entreprises par les spécialistes engagés pour la restauration.

«Chaque élément a été remis dans son état d'origine, par des artisans, explique Michael Moore qui nous a fait visiter le domaine, le propriétaire étant à l'extérieur du pays. Nous avons gardé tous les éléments d'origine comme les planchers en bois, les seuils en marbre et les colonnes en laiton autour des foyers, par exemple. Nous avons refait la cuisine en la modernisant, mais en gardant l'esprit. Pour la pertinence, nous avons importé des tuiles du Mexique à leur état naturel et les avons fait teindre ici par un artisan.» Les cabinets sont en érable foncé et les comptoirs, en granit beige pâle moucheté. Les accessoires datent des années 1980 et sont impeccables. La salle à manger peut recevoir 10 convives et plus, selon les besoins. Un coin dînette pour six est campé entre la cuisine et la salle à manger. Pour les grandes réceptions, une autre cuisine est au sous-sol pour faciliter le travail des traiteurs.

Le salon est une pièce spectaculaire de 600 p.c. À l'étage, au-dessus, la chambre principale a la même dimension! Chacune a son foyer. Les salles de bains ont fait l'objet d'une recherche intensive. Les matériaux sont de haute qualité: marbre, laiton, cuivre, porcelaine fine.

Vu la recherche d'authenticité, on ne s'étonnera pas de la présence de papier peint fleuri aux tons soutenus dans plusieurs pièces. La propriétaire avait donné beaucoup de liberté au designer, mais une seule interdiction. «Je n'avais pas le droit de mettre du vert dans la maison, elle détestait cette couleur!» En 1988, le vert était très à la mode. Qu'importe. «J'ai décoré la propriété afin qu'elle soit indémodable», soutient le designer qui, on le sent, a beaucoup d'affection pour la maison.

Le propriétaire vend parce qu'il habite maintenant outre-mer. À regret, nous a-t-il confirmé par téléphone.

Il nous est impossible de décrire tous les détails qui constituent cette propriété exceptionnelle. Nous vous invitons donc à visiter notre site où une galerie photo vous attend. Bonne visite!

La propriété en bref

Prix demandé: 4 200 000$

Superficie habitable: 8000 p.c.

Superficie du terrain: 27 acres

15 pièces dont 6 chambres, 6 salles de bains et 2 salles d'eau

Deux vérandas, deux cuisines, terrain zoné pour l'équitation

Agent: Peter Alovisi, Sotheby's International Realty Québec. 514-287-7434