On aura tout vu: les Baby Boomers perdent du terrain devant l'assaut des jeunes familles sur le marché des maisons de campagne.

Mis à jour le 18 févr. 2010
Marie-France Léger LA PRESSE

En quelques années, le pourcentage de visiteurs du Salon Chalets et maisons de campagne de moins de 45 ans a bondi de 15%. «L'an dernier, le pourcentage de visiteurs plus jeunes étaient de 40%. Il y a cinq ans, il était de 25%», nous indique Robert Yelle le président du Salon Chalets et maisons de campagne qui se poursuit jusqu'à dimanche soir au Stade olympique. Des chalets hybrides

Si d'année en année la clientèle rajeunit, l'industrie aussi prend un coup de jeune. Parmi les exposants, des constructeurs de maisons de bois rond émergent avec des jeunes à leur tête. De entreprises comme la Maison ChicShack conçoivent et fabriquent des maisons de bois massif avec un côté innovant. La compagnie présente en effet ce week-end un nouveau concept hybride de maison modèle pièces sur pièces à queue d'aronde avec charpente de toit à tenons et mortaises. «On mijotait cette idée de combiné. On a fait l'expérience à Mont-Vallin avec des condos et on a décidé de mousser le concept» signale Patrick Jutras de Charpenterie Coupland. Il s'est associé à ChicShack pour concevoir cette structure de toit sur une maison pièces sur pièces afin de se démarquer de la concurrence. «Tout le monde parle de bois massif, Ça amène plus de compétition. On s'est dit qu'il fallait penser différemment» raconte-t-il.

Comme Jacques Villeneuve

Une entreprise familiale, Bois rond Arkins, propose du billot usiné offrant des lignes plus droites et sans aspérité, convenant plus à un design modernisé que le billot traditionnel travaillé à la main. Ils ont fourni le bois du chalet scandinave à poteaux de Jacques Villeneuve, dans la région de Tremblant, bâti par VP Construction. Il est possible de le visiter au salon. «C'est assez récent le mélange du bois rond avec le bois carré. On mélange le rustique du bois traditionnel avec le look plus moderne de la ligne plus raffinée» commente le vice-président David Arkins,

Rappelons que Montréal subit une perte annuelle d'environ 60 000 personnes. Ces personnes choisissent de s'établir en banlieue immédiate ou à la campagne dont environ 20 000 en Montérégie, 13 000 à Laval, 9 000 dans Lanaudière, 7 000 Laurentides. Les données migratoires sont disponibles sur le site de la ville de Montréal (ville.montreal.qc.ca)

Salon Chalets et maison de campagne

18 au 21 février au Stade olympique