Benoît Lavigueur, entrepreneur en maisons écologiques, et sa compagne, Catherine Saint-Jacques Thériault, seront les premiers au Canada à recevoir un cadeau fiscal relatif à une certification LEED for Homes. La municipalité de Sainte-Martine, sur la Rive-Sud près de Châteauguay, a adopté à l'unanimité du conseil, le 7 octobre dernier, une résolution donnant au propriétaire d'une nouvelle maison LEED une subvention équivalente à un an de taxes.

Carole Thibaudeau
Carole Thibaudeau LA PRESSE

Benoît Lavigueur, entrepreneur en maisons écologiques, et sa compagne, Catherine Saint-Jacques Thériault, seront les premiers au Canada à recevoir un cadeau fiscal relatif à une certification LEED for Homes. La municipalité de Sainte-Martine, sur la Rive-Sud près de Châteauguay, a adopté à l'unanimité du conseil, le 7 octobre dernier, une résolution donnant au propriétaire d'une nouvelle maison LEED une subvention équivalente à un an de taxes.

Pour Benoît et Catherine, la construction durable va de soi. «Au même titre que la beauté de la maison, son confort - je suis frileuse -, la qualité de l'air et un rythme d'entretien raisonnable, dit Catherine. La maison doit aussi avoir la capacité de loger nos futurs enfants.»

Certes, la construction écologique implique une foule de petits détails demandant plus de temps qu'une construction ordinaire. «Trouver et préparer les matériaux recyclés demande plus de temps que les acheter à la quincaillerie, explique Benoît. On doit avoir envie de prendre son bain dans le bain de fonte que j'ai recyclé! Il faut voir aussi à ce que les sous-traitants travaillent avec le souci du détail.»

M. Lavigueur veut qualifier sa maison pour la certification LEED for Homes platine, la plus exigeante des quatre catégories, pour laquelle il doit cumuler au moins 90 points sur un total possible de 136.

Chauffage peu coûteux

Le cottage de Catherine et Benoît cumule 1560 pieds carrés habitables au rez-de-chaussée et à l'étage, auxquels s'ajoute un sous-sol de 780 pieds carrés. Le sous-sol hébergera le bureau de travail de Benoît ainsi qu'un salon de démonstration pour éléments de construction écologique, murs avec ballots de paille, chanvre ou autre.

De conception solaire passive, la maison sera dotée de planchers radiants au sous-sol et au rez-de-chaussée, avec quelques plinthes électriques d'appoint. L'eau circulant dans la tubulure des planchers sera chauffée par une fournaise électrique située au sous-sol. Le plancher du rez-de- chaussée sera en béton, «une masse thermique nécessaire pour le chauffage solaire passif», souligne M. Lavigueur.

Un panneau solaire fournira l'eau chaude pour la douche. «Avec une facture de chauffage de 400$ par année, ça ne vaut pas la peine d'investir dans la géothermie», fait valoir M. Lavigueur.

Évolutive et gardienne du passé

Le grenier pourra éventuellement être habitable. «C'est le principe de la maison évolutive, explique Benoît. Ma blonde et moi voulons quatre enfants.» Non seulement évolutive, pour satisfaire aux besoins futurs, mais aussi branchée sur les racines familiales, la maison. Car le muret de brique, qui séparera le salon de l'entrée et qui servira de masse thermique, proviendra de la maison des arrière-grands-parents de Benoît, dont la famille est établie sur une terre d'un village voisin, Ste-Clotilde, depuis cinq générations. Les poutres de la charpente sont également faites du bois de la région.

Projet de couple, projet de société, la maison est tout ça, pour Benoît Lavigueur. «La toilette au compost, par exemple, c'est un geste politique, explique-t-il. Je ne veux pas envoyer chaque année 40 000 litres d'eau potable à l'égout.» Pour que la salle de bains du rez-de-chaussée reste jolie, le réservoir composteur de la toilette sera au sous-sol, endroit où se fera l'entretien, ajout de bran de scie ou autre. À l'étage, la toilette sera à consommation d'eau très faible, eau recyclée de la douche, qui plus est.

Compte tenu de la surface de son toit, la maison doit pouvoir recueillir 1200 litres d'eau de pluie pour obtenir le maximum de points LEED à ce critère. Deux réservoirs (200 et 1000 litres) satisfont à cette exigence, pour cette eau qui servira aux besoins de la cour et du jardin.

AVANTAGES POUR LES MUNICIPALITÉS

 «La décision d'encourager une maison LEED coulait de source pour nous, affirme le maire de Sainte-Martine, François Candeau, d'autant plus que l'approvisionnement en eau est difficile à Ste-Martine, et que nous touchons à notre limite en terme de traitement des eaux usées.» En favorisant l'implantation de bâtiments certifiés LEED sur son territoire, une municipalité augmente ses revenus de taxation et diminue ses frais d'exploitation. La maison LEED demande moins d'eau potable, rejette moins d'eau sale et moins d'eau de ruissellement. Construite sur un site déjà dense, elle utilise moins les routes et ne demande pas d'extension du réseau d'eau. Enfin, les maisons LEED génèrent moins de déchets, tout au long de la construction et une fois habitées. Les municipalités peuvent créer un incitatif en accordant une subvention, un congé fiscal, ou encore en réduisant les frais (ou les délais d'obtention) du permis de construire.

 ASSURANCES ET HYPOTHÈQUE

 La Capitale assurances générales offre un rabais de 15% sur les primes d'assurance des constructions certifiées LEED. «Nous le faisons simplement par conscience environnementale, dit Audrey Bouchard, des relations publiques. Il n'y a aucune raison ni étude actuarielle faisant le lien entre la certification LEED et un moindre risque pour la sécurité.» Une autre institution financière, la Caisse d'économie solidaire Desjardins, octroie une ristourne de 1000$ au signataire d'une hypothèque de 100 000$ et plus, pour le financement d'une maison certifiée LEED ou Novoclimat.LEED for homes, lancé en 2008, demeure le dernier-né des différentes versions de cette certification de construction durable (Leadership in Energy and Environmental Design) décernée par le United States Green building council (www.usgbc.org).

 QU'EST-CE QUE LEED FOR HOMES?

 L'aspirant au LEED for homes doit répondre à 80 questions d'examen dont les réponses seront notées pour un maximum possible de 136 points. Pour une maison de taille moyenne, on obtient la certification de base avec 45 à 59 points, le grade argent avec 60 à 74 points, l'or avec 75 à 89 et le platine avec 90 à 136 points. Les candidats s'inscrivent auprès de l'agence de vérification de leur région, soit Écohabitation dans le cas du Québec (www.ecohabitation.com). L'agence vérifie directement sur le chantier, tout au long de la construction, si le projet satisfait aux exigences.

 _______________________

Benoit Lavigueur détient l'accréditation d'entrepreneur Novoclimat, attribuée par l'Agence de l'efficacité énergétique du Québec. Sa compagnie : BL Ecoconstruction. Sur le web: www.bl-ecoconstrution.com.

 

Photo Robert Skinner, La Presse

Ces piles de «coeurs de portes» (les morceaux enlevés en usine pour faire place à la fenêtre), constitués d'uréthane qui leur donne une valeur isolante de R-15, serviront d'isolant pour le plancher de la cave. «Ce sera un peu plus long que de poser des panneaux de polystyrène (R-10), explique M. Lavigueur, mais ce sera plus efficace et j'aurai sauvé environ la moitié du prix en matériaux.» On voit au fond le mur de la cave, coulé dans un coffrage de polystyrène laissé en place (ça demande moins de béton), avec du béton écologique (qui contient 30% de matières recyclées).