Le chalet Nomadeck est le fruit de huit ans de recherche et de développement pour la compagnie gaspésienne Habitations Mont-Carleton.

Gilles Gagné (collaboration spéciale) LE SOLEIL

Le chalet Nomadeck est le fruit de huit ans de recherche et de développement pour la compagnie gaspésienne Habitations Mont-Carleton.

 Un processus qui a coûté 300 000$, sans compter la campagne de promotion qui s'annonce. «C'est le chalet idéal pour les nomades sédentaires», dit Éric Harisson, président de l'entreprise, en faisant référence à la chanson d'un autre Gaspésien, Kevin Parent.

 C'est en pliant le toit que la hauteur du chalet Nomadeck est ramenée à 13 pieds, le seuil permettant un déplacement assez facile sur les routes du Québec. La largeur de 15 pieds requiert toutefois un permis de transport à largeur excessive, avec escorte avant et arrière.

 Le mécanisme d'abaissement du toit est intégré dans les murs, permettant l'ouverture autonome de la structure. Il a été conçu pour un temps d'installation d'une heure, sans outils. «Il n'y a pas de vis, de clou, de tournevis. Ça prend un escabeau ou une échelle», note M. Harisson, assurant que les meubles peuvent demeurer en place pendant le déménagement, sauf ceux de la mezzanine.

 Côté plomberie, l'équipe de conception travaille au développement d'un système septique autonome.

 Éric Harisson espère faire une percée d'une centaine d'unités d'ici la fin de 2009, notamment auprès de propriétaires de pourvoiries.