Source ID:; App Source:

Grange: un refuge hors du temps

  • La petite grange d'Annick Alder jouxte sa maison ancestrale. Le rez-de-chaussée n'a pas été rénové, seul l'étage a été converti en loft. (Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale)

    Plein écran

    La petite grange d'Annick Alder jouxte sa maison ancestrale. Le rez-de-chaussée n'a pas été rénové, seul l'étage a été converti en loft.

    Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale

  • 1 / 5
  • Annick Alder dans son refuge, avec son chier Fred. (Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Annick Alder dans son refuge, avec son chier Fred.

    Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale

  • 2 / 5
  • Contrairement aux granges sombres, celle d'Annick Alder a beaucoup de lumière naturelle. (Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Contrairement aux granges sombres, celle d'Annick Alder a beaucoup de lumière naturelle.

    Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale

  • 3 / 5
  • Non sans travailler, la propriétaire est parvenue à transformer la grange en petit refuge idéal. (Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Non sans travailler, la propriétaire est parvenue à transformer la grange en petit refuge idéal.

    Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale

  • 4 / 5
  • Un vieux tourne-disque décore la grange d'Annick Alder, une habituée des virées chez les antiquaires. (Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Un vieux tourne-disque décore la grange d'Annick Alder, une habituée des virées chez les antiquaires.

    Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale

  • 5 / 5

Lorsque Annik Alder a trouvé sa maison de rêve en Estrie, elle n'a pas seulement vu la belle ancestrale rénovée. Juste à côté se dressait une petite grange grisonnante, qui ajoutait au charme de la maison.

«J'ai toujours rêvé d'habiter dans une grange. Quand j'étais jeune, on vivait à la campagne et je passais mes journées dans la grange. Ç'a été un coup de coeur. Je l'ai vue et j'ai fait wow!», se remémore-t-elle.

Les propriétaires précédents avaient aménagé une partie de la grange en petit loft. La nouvelle propriétaire a pris l'ensemble pour en faire un espace confortable, où elle se réfugie pour travailler. Lorsque des amis viennent à la maison, c'est là qu'ils passent la nuit, tandis que les enfants y amènent leurs copains pour bavarder et regarder des films.

Il a fallu une certaine dose de travail pour donner du lustre à l'endroit. «La partie non aménagée était un fouillis. J'en ai trouvé des choses là-dedans: des boîtes qui servaient à corder des pommes, des pièges, c'était une vraie caverne d'Ali Baba», raconte Annik Alder.

Oubliez les granges sombres et humides, celle de l'Estrienne est toute en lumière. Les murs ont été peints en blanc, les planchers d'origine ont été doucement sablés. De vieilles poutres de la maison ont été récupérées et bien des éléments du décor ont été chinés chez les antiquaires. Les belles fenêtres viennent de la maison, mais la porte originale de la grange a été conservée. Vu de l'extérieur, seul un balcon témoigne de la nouvelle vocation de la grange.

Annik Alder a songé un moment à installer des puits de lumière sur le toit, mais s'est ravisée. «Je veux que ça reste une grange», dit-elle. Même si elle s'y installe pour travailler, l'internet n'y est pas entré. Un vieux tourne-disque s'affiche aux côtés d'une télé à écran pas plat. «Quand il pleut, on entend la pluie tomber sur le toit. On se sent vraiment dans une grange», dit la propriétaire. Même chose quand les bibittes s'invitent: souris, chauves-souris et Kiki la couleuvre y élisent parfois domicile!

Bientôt, la maison et la petite grange d'Annik Alder seront à vendre. Mais ce n'est pas trop à regret que la propriétaire quittera son nid. Elle s'est déjà trouvé un autre projet, soit de déménager le vieux poulailler installé sur son terrain sur l'emplacement de sa future maison. «Je veux me faire une autre planque», dit-elle. À l'entendre parler, on la voit presque déjà installée dans sa petite cabane sans électricité et sans eau, rendue douillette sous sa gouverne.

Réussir la transformation

Rénover un vieux bâtiment n'est pas de tout repos. Annik Alder livre ses conseils pour une entreprise sans trop de soucis...

S'impliquer

«Si on fait tout faire et qu'on ne s'en mêle pas, c'est cher», dit Annik Alder. Elle a donc mis la main à la pâte, et c'est lentement que son petit loft a pris l'allure qu'il a aujourd'hui.

Chiner

«Rien n'a été payé plus de 5$!» Ce n'est pas parce qu'elle est chiche qu'Annik Alder n'a pas dépensé une fortune dans la rénovation de sa grange. «Je ne trouvais pas approprié d'avoir des choses trop fancy», dit-elle. Elle s'est donc promenée dans les ventes-débarras de garage et chez les antiquaires pour dénicher des trésors. Elle a même retrouvé chez un antiquaire des objets qui provenaient de la maison qu'elle habite! «Il y a toujours des bébelles que les gens essaient de vendre», dit-elle. De bien belles bébelles, il va sans dire!

Système D

De son propre aveu, la décoration est «une manie» pour Annik Alder. Elle suggère d'user de débrouillardise pour refaire un décor et de ne pas craindre de tester des idées de décoration... quitte à ce que ça ne fonctionne pas!




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Des granges pleines de vie

    Design

    Des granges pleines de vie

    De bric-à-brac à confiturerie, restaurer une vieille grange de l'île d'Orléans s'est avéré aussi passionnant qu'éprouvant pour un couple de la région. »

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer
  • Grange: un refuge hors du temps
    La petite grange d'Annick Alder jouxte sa maison ancestrale. Le rez-de-chaussée n'a pas été rénové, seul l'étage a été converti en loft. (Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale)

    Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale

    La petite grange d'Annick Alder jouxte sa maison ancestrale. Le rez-de-chaussée n'a pas été rénové, seul l'étage a été converti en loft.

  • Grange: un refuge hors du temps
    Annick Alder dans son refuge, avec son chier Fred. (Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale)

    Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale

    Annick Alder dans son refuge, avec son chier Fred.

  • Grange: un refuge hors du temps
    Contrairement aux granges sombres, celle d'Annick Alder a beaucoup de lumière naturelle. (Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale)

    Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale

    Contrairement aux granges sombres, celle d'Annick Alder a beaucoup de lumière naturelle.

  • Grange: un refuge hors du temps
    Non sans travailler, la propriétaire est parvenue à transformer la grange en petit refuge idéal. (Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale)

    Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale

    Non sans travailler, la propriétaire est parvenue à transformer la grange en petit refuge idéal.

  • Grange: un refuge hors du temps
    Un vieux tourne-disque décore la grange d'Annick Alder, une habituée des virées chez les antiquaires. (Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale)

    Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale

    Un vieux tourne-disque décore la grange d'Annick Alder, une habituée des virées chez les antiquaires.