Durant les premiers mois de sa vie, le teckel de Sébastien Yan Duguay et Patrick Delisle entretenait une passion dévorante pour les coussins décoratifs et les fils du cinéma maison. Ses poils roux s'accumulaient, malgré les balayages quotidiens, et les meubles portaient les stigmates de son mordant naturel, au grand désespoir de ses propriétaires.

Mis à jour le 21 févr. 2012
Julie Champagne, collaboration spéciale LA PRESSE

Quand ces deux amoureux du design ont troqué leur appartement pour un condo dans le Vieux-Longueuil, ils ont choisi les matériaux en fonction du nouveau membre de la famille: «Nos objectifs étaient de ne plus voir les poils de Cocktail sur le sol, les meubles ou les divans, minimiser l'apparence des égratignures sur les planchers de bois franc et éviter que notre terreur utilise les fils électriques comme soie dentaire, explique Sébastien Yan. C'est fou comme un toutou de 20 livres peut finir par prendre le dessus sur notre mode de vie!»

Depuis deux ans, Érik Maillé, designer d'intérieur et propriétaire d'un labrador-caniche de trois ans, observe une volonté accrue de concilier les tendances en décoration et les besoins de la gent animale: «Les clients veulent intégrer leur chien ou leur chat au décor sans pour autant sacrifier la qualité de leur intérieur.»

Une mission possible à la condition de prendre les bonnes décisions.

Revêtement de sol

Si les planchers de bois surclassent les tapis au chapitre de l'entretien, ils ne résistent pas aux griffures et peuvent absorber les odeurs. Il importe de choisir une essence de bois qui se distingue par sa dureté, comme en témoigne Danielle Faulkner, propriétaire de la petite chatte Phoebe. «Nos planchers de bois exotique ont survécu au passage de trois chats et un teckel, affirme-t-elle. Ils sont élégants, indestructibles et faciles à nettoyer.»

Le designer d'intérieur Érik Maillé propose également les planchers huilés: «Sur des parquets de bois vernis, les égratignures ressortent davantage et ne peuvent être aisément corrigées. Il est plus avantageux de choisir des planchers de bois huilés, car on pourra plus facilement leur donner une seconde vie si les marques sont trop visibles.»

Les inconditionnels de tapis miseront sur le jonc de mer, une fibre végétale qui résiste aux taches et se rapproche visuellement du sisal, tout en offrant une texture plus douce pour les coussinets sensibles des animaux. Son aspect cireux le rend imperméable aux liquides, ce qui nous laisse un sursis non négligeable en cas de fuite accidentelle chez notre colocataire à quatre pattes.

Au-delà du choix des matériaux, Sébastien Yan et Patrick sont devenus de véritables maîtres dans l'art du mimétisme: «Nous avons sélectionné des planchers brun-roux, une nuance qui se rapproche du pelage de notre teckel, pour camoufler les poils un jour ou deux sans passer le balai. Pour minimiser l'apparence des griffes sur le sol, nous avons troqué nos commutateurs de lumières par des gradateurs, question de pouvoir tamiser l'éclairage lorsque nous accueillons des visiteurs. Dans le couloir, la piste de course préférée de Cocktail, nous avons installé des plafonniers qui créent un maximum de texture lumineuse et camouflent les imperfections.»

Divan et habillage des fenêtres

Quand la chute de poils est un enjeu de premier plan, un divan de cuir de la couleur du pelage de Mistigri offre une avenue prometteuse: «Notre chatte Phoebe est dégriffée, mais elle perd énormément de poils, explique Danielle Faulkner. Au lieu de jeter notre dévolu sur des tissus qui alourdissent l'entretien, nos fauteuils et nos chaises sont tous en cuir.» Dans cette même optique, les fenêtres sont habillées avec des toiles de polyester ou des stores cellulaires avec un revêtement antistatique qui repousse les poils au lieu de longues draperies qui se transformeraient en étoffe de fourrure en seulement quelques jours.

Comme le cuir se marque facilement, les propriétaires de chiens ou de chats non dégriffés apprécieront plutôt la résistance quasi invincible de l'ultra-suède, un matériau doux et non tissé qui allie luxe et performance. Il suffit de passer une brosse anti-peluche pour enlever les poils indésirables et de nettoyer les taches avec un peu d'eau savonneuse.

Peinture et papier peint

Fido démontre une affection particulière pour les murs? Il vaut mieux oublier la peinture au fini mat. Les lustres satinés ou semi-lustrés éviteront bien des grognements aux propriétaires qui doivent effectuer des nettoyages fréquents.

«Je conseille de choisir du papier peint en vinyle épais, comme ceux des grands hôtels, car ils sont plus résistants», propose le design d'intérieur Érik Maillé.

Aménagement

Les propriétaires rivalisent d'ingéniosité pour adapter leurs plans intérieurs aux gabarits parfois imposants de leurs protégés: «Un de mes clients avait deux saint-bernards dans un mini-loft, raconte le designer. J'ai aménagé les pièces en conséquence, en choisissant par exemple de mettre un banc au lieu de chaises autour de la table à manger, ce qui permettait aux chiens de circuler plus facilement.»

Accessoires de décoration

Dans la maison jumelée de Marie-France Quintal et Nelson Interiano, propriétaires de Pakkun, un boston terrier et Faith, un labrador-mix, le décor est aménagé pour garantir le bien-être de la petite famille: «Notre intérieur se compose d'objets solides placés en hauteur pour éviter les bris et les blessures, explique Nelson. Les tables d'appoint, les commodes et les tablettes basses sont libres de toute décoration fragile. Mais pour être honnête, même sans les chiens, nous n'aurions probablement pas encombré nos meubles de bibelots ou de plantes: nous préférons les décors minimalistes et épurés.»

«Pour préserver l'intégrité de nos planchers, toutes nos entrées sont munies de carpettes et de serviettes qui se fondent avec les rideaux, enchaîne Marie-France. Nous essuyons ainsi les pattes de Pakkun et Faith avant qu'ils aient le temps de salir la maison. Leurs jouets et accessoires sont tous rangés dans un meuble réservé exclusivement pour eux.»

Même les sempiternels paniers pour chien peuvent être optimisés au nom de la beauté intérieure: «Mon objectif est que les visiteurs ne puissent jamais deviner la présence d'un animal en regardant le décor, explique Érik Maillé. J'installe donc de gros poufs d'aménagement qui offrent un bien meilleur coup d'oeil que les paniers en polar. Les invités peuvent même s'y asseoir... à la condition que Fido accepte de partager son trône!»