Le designer montréalais André Couture aime jouer avec les couleurs, les mélanger, produire des effets. Pour lui, couleurs riment avec lumière. «L'une ne va pas sans l'autre», dit-il au téléphone. Un éclairage naturel ou artificiel inadéquat peut dénaturer la personnalité d'une couleur, la rendre quelconque.

Lise Fournier LE SOLEIL

Or du point de vue d'André Couture, toutes les teintes, de très claires à foncées, ont leur charme, mais l'environnement - accessoires de décoration, papiers peints, moulures - influence tout autant l'apparence d'une pièce que la couleur.

 

Afin d'offrir un aperçu de ce que la couleur peut engendrer, André Couture a effectué un tour d'horizon des tendances 2010-2011 sur www.unevieencouleurs.com en y ajoutant des commentaires. «C'est un exercice d'information qui m'amuse, mais que je ne fais pas à chaque année», tient-il à préciser. Le designer ajoute de plus qu'il n'y a pas d'obligation à suivre les tendances. On le fait parce que les leaders de l'industrie, que ce soit celle de l'automobile, de la mode et des produits de beauté, ont besoin de nouveautés pour inciter les gens à consommer. Et la couleur est un facteur de changement facile à introduire», poursuit-il.

Malgré les courants zen et dépouillés des dernières années, André Couture maintient qu'il faut respecter ce que l'on est, l'architecture de la maison qu'on habite et ses acquis. «Les blancs-gris ont beau s'afficher dans toutes les publicités, si personnellement, c'est le jaune moisson qui vous branche, eh bien allez-y. À la limite, on pourra toujours l'actualiser avec des coussins, des tentures amusantes ou autres fantaisies. L'important, c'est de rester dans sa zone de confort.»

Volonté d'imiter

En décoration, les consommateurs ont tendance à vouloir imiter ce qu'ils voient ailleurs. «On trouve que le décor du voisin est beau; on en veut un semblable. Il s'agit d'un comportement normal», souligne M. Couture. Mais le résultat après quelques années, c'est que tout le monde a des causeuses en cuir brun, des cuisines presque à l'identique. Si bien que le jour où le cycle du brun arrive à maturité, que la couleur disparaît des boutiques et magasins, elle devient out pour les créateurs qui justement ont comme mission d'anticiper les tendances.

Aussi, sans être devin, André Couture est d'avis que le règne des blancs a de belles années devant lui. «Et on ne le verra pas que sur les murs, dit-il, mais beaucoup dans l'ameublement et les accessoires de décoration : sculptures, bases de meubles, vases, etc.» Il prédit aussi une belle percée du pop moderne, entraînant dans son sillage les tables de verre, les pieds de métal chromés, les papiers peints aux géométries étonnantes.

Et dans cette ère où l'environnement compte, rappelez-vous qu'en décoration, les plantes restent une très belle façon d'humaniser les styles, d'habiller le décor et de l'oxygéner sans qu'il en coûte une fortune.

Courriel : acdecorateur@gmail.com