Du brut, de l'apparent, du dégarni, du récupéré, le tout lié par une esthétique inspirée et un bon dosage de personnalité. Les propriétaires de ce duplex du Plateau, Hugo Gagnon et Delphine Beauchamp, ont donné une âme volontairement inachevée à leur habitation. Ils inventent un appartement dépouillé où récupération et trouvailles esthétiques font bon ménage.

Mis à jour le 30 mars 2009
Marie-France Léger LA PRESSE

Du brut, de l'apparent, du dégarni, du récupéré, le tout lié par une esthétique inspirée et un bon dosage de personnalité. Les propriétaires de ce duplex du Plateau, Hugo Gagnon et Delphine Beauchamp, ont donné une âme volontairement inachevée à leur habitation. Ils inventent un appartement dépouillé où récupération et trouvailles esthétiques font bon ménage.

 >> Visitez le duplex en photos.

 «On a refait toute l'enveloppe de la maison, tous les systèmes...» affirme le propriétaire. La construction d'une mezzanine de 500 pieds carrés sur le toit a évidemment nécessité des travaux majeurs de solidification de la structure. Dans le nouvel espace, on a aménagé deux chambres, une salle de bains et un coin toilette, séparé.

 Hugo Gagnon, directeur de création pour la firme Blanc Bagno - spécialisée en aménagement de spa et d'hôtellerie - a vécu en France, et on le sent. Il est de ceux qui connaissent l'esprit brocante pour qui «chiner» est un véritable passe-temps. C'est un peu cet univers qu'ont tenté de recréer les propriétaires en récupérant çà et là des objets et des matériaux de seconde main ayant du «vécu», en installant des étagères de livres dans des endroits insolites, en concevant des mariages improbables: comme un ancienne huche à pain québécoise surmontée d'un grand miroir doré d'inspiration française...

 Le charme du défraîchi

 À l'étage existant, on n'a pas touché au cachet du Plateau, gardant toutes les vieilles moulures et les vieilles portes, préservant la division originale des pièces. Pour alléger le grand séjour, on a notamment ouvert la colonne qui abritait l'ancien système de chauffage en y déposant un plateau. Les anciens planchers ont perdu leur vernis - petite fille de trois ans oblige, nous assure-t-on. À certains endroits, on a rajouté des matériaux trouvés ailleurs dans la maison. À d'autres, on a installé du bois apparent où il n'y avait rien.

 Au bout du salon, on tombe en arrêt sur l'escalier, la pièce de résistance. Pour mener à la nouvelle mezzanine, le propriétaire a conçu un escalier sans limon, sur pliage d'acier. L'équerre qui soutient les marches côté mur est cachée sous le gypse. Les marches, peintes en noir, affichent un look semi-fini. Un garde-corps composé de deux panneaux de plexiglas orangé contribue à soutenir l'ensemble. Le propriétaire a beaucoup travaillé de ses mains pour mener à bien le projet. Avec la mezzanine, la surface habitable de l'appartement du haut a été augmentée du tiers. Le duplex s'étend maintenant sur 2500 pieds carrés. «Nous avons acheté pour 220 000$. Nous avons mis la même somme en rénovations. Je ne sais pas comment dans toute ces émissions de télé on nous dit qu'on peut refaire son appartement pour 18 000$! Je n'y crois pas. Il faut compter au moins 100$ le pied carré», soutient le Montréalais.

 Sur Internet: www.blancbagno.com