L'ébéniste Jocelyn Belleville a consacré une grande partie de sa carrière à la fabrication de bateaux et de canots. Puis, l'an dernier, il a mis le cap sur un projet tout autre : la confection de baignoires, de douches et de lavabos en bois.

Isabelle Audet
Isabelle Audet LA PRESSE

L'ébéniste Jocelyn Belleville a consacré une grande partie de sa carrière à la fabrication de bateaux et de canots. Puis, l'an dernier, il a mis le cap sur un projet tout autre : la confection de baignoires, de douches et de lavabos en bois.

Oubliez les bassines de planches dans lesquelles se lavaient nos ancêtres: les baignoires de l'artisan de Sainte-Émélie-de-l'Énergie ont un aspect contemporain et surtout, elles ne fuient pas. «Pendant des années, je me suis dit que si on pouvait fabriquer des bateaux résistants aux tempêtes, il était certainement possible d'appliquer les mêmes techniques à la conception d'équipement de salle de bains tout aussi étanche», raconte Jocelyn Belleville.

 Des entreprises européennes et japonaises fabriquent depuis des lustres de l'équipement de salle de bains en bois. Par contre, au Canada, la production est quasi inexistante. Les baignoires de l'ébéniste ont une forme ovale allongée. Les lattes de cèdre qu'il colle les unes aux autres restent bien visibles, couvertes de 12 couches d'un durcisseur à base d'époxyde. En séchant, le produit se vitrifie, conférant un aspect lustré au bain.

L'artisan applique le même procédé aux lavabos arrondis et aux bases de douche qu'il fabrique. Pure question d'apparence, il ceinture enfin ses produits d'étroites bandes d'acier inoxydable. «Ces produits ont vraiment un look particulier, lance Sylvain Perreault, directeur des boutiques Eaudace, spécialisées dans la vente d'équipements de salle de bains. Les lavabos que nous vendons attirent le regard et plaisent à une clientèle dont le décor se marie bien avec le bois.»

Depuis le mois d'août dernier, l'entreprise a vendu deux lavabos, environ 750 $ chacun. D'après M. Perreault, le prix n'a fait sourciller aucun acheteur. «Ils s'attendent à payer plus cher parce que c'est fait à la main, explique-t-il. Peu de propriétaires savent qu'il existe des bains et des lavabos en bois, et quand ils les voient, ils sont agréablement surpris.»

Le détaillant ne s'inquiète pas de la solidité des baignoires en bois ni de leur entretien. Un produit non abrasif suffit à en nettoyer les surfaces. Et si par malheur elles s'égratignaient, l'ébéniste n'aurait qu'à appliquer une nouvelle couche de durcisseur pour redonner du lustre à son produit. Un bémol toutefois: bien que l'époxyde qu'utilise Jocelyn Belleville n'émette que très peu de polluants, certaines personnes hypersensibles pourrait être incommodées par les composés organiques qui en émanent. L'application du produit se fait par contre dans l'atelier de l'ébéniste.

Photo fournie par Jocelyn Belleville