Utiles et jolis, les blocs de verre sont un grand classique de la décoration. Ils résistent aux bris, ils coupent la chaleur et laissent passer la lumière. Et ils reviennent à la mode de façon cyclique depuis des décennies.

Michèle LaFerrière
Michèle LaFerrière LE SOLEIL

Utiles et jolis, les blocs de verre sont un grand classique de la décoration. Ils résistent aux bris, ils coupent la chaleur et laissent passer la lumière. Et ils reviennent à la mode de façon cyclique depuis des décennies.

Luc Désilets cherchait une façon de créer une «barrière» entre le poêle à bois et le meuble audiovidéo de son salon. Il lui fallait un matériau qui résiste à la chaleur. Mais il voulait aussi qu'il soit «beau au coup d'oeil, original et pas trop massif». Son menuisier lui a lancé l'idée des blocs de verre. Luc Désilets a fait le tour des grandes surfaces de la région de Québec pour se rendre compte qu'elles vendaient toutes les blocs de la compagnie américaine Pittsburgh Corning.

L'entreprise Giroux-Maçonnex confirme la popularité de ces blocs, mais elle propose aussi ceux de la maison italienne Vetroarredo. «Ils ont la particularité d'être offerts en 10 couleurs», explique Martin Lajeunesse, responsable des achats. Ils peuvent avoir un fini transparent ou satiné. Ils se présentent en plusieurs formats. Et ils peuvent être ornés d'une dizaine de motifs texturés. Mais le comble du raffinement, c'est d'insérer de la céramique sur la face de quelques blocs.

«Les blocs de verre, c'était très fort dans les années 70, fait-il observer. Ces années-ci, c'est constant, mais stationnaire.» Ils font le bonheur des propriétaires parce qu'ils peuvent être installés tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de leur maison. Ils coupent le son et ils offrent une bonne résistance à la chaleur et au froid. Ils sont également sécuritaires contre le vol. Ils font des divisions intérieures intéressantes.

Dans les salles de bains, par exemple, ils laissent passer la lumière, tout en préservant l'intimité des gens. Martin Lajeunesse constate que les dentistes les utilisent souvent pour que la lumière circule au maximum dans leurs nombreux cubicules. On peut aussi en faire des planchers. Luc Désilets a dépensé environ 500 $ pour un muret de 40 X 36 pouces qu'il a lui-même installé en une journée. «Les blocs de finition coûtent plus cher que les réguliers, mentionne-t-il. Mais en les utilisant, on n'a pas besoin de faire de cadrage.»