L’espace est bien souvent un luxe, surtout lorsqu’on habite une grande ville. Mais certains passionnés n’hésitent pas à sacrifier une partie de leur aire habitable pour ménager une place à leur activité, même si celle-ci a tendance à empiéter sur leur lieu de vie. Instrument de musique volumineux, atelier d’artiste envahissant, machine artisanale encombrante… trois particuliers nous parlent de ces petits moments de bonheur gagnés en dépit de quelques mètres cubes perdus.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

Une passion, deux métiers

Thérèse Goulet a deux métiers. Étonnant pour une retraitée, non ? Précisons : elle possède deux métiers à tisser, le premier étant un cadeau pour ses 60 ans, le second ayant été récupéré dans une grange.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Thérèse Goulet a fait le choix de consacrer une pièce à ses deux métiers à tisser.

De très belles machines de bois, mais si imposantes (45 po de large et 5 pi de hauteur, soit 1,14 m sur 1,52 m) qu’elles impliquent des choix, notamment celui de leur consacrer une pièce entière. Aussi, alors que Mme Goulet aurait très bien pu les installer dans le sous-sol de sa demeure du Vieux-Québec, elle a préféré opter pour la suppression d’un petit salon du rez-de-chaussée, qui était auparavant la chambre de l’un de ses fils. Une idée qu’elle a jugée… lumineuse. « J’ai choisi de consacrer cette pièce au tissage, parce que ça prend beaucoup d’éclairage. Je ne voulais pas les descendre au sous-sol, car c’est agréable de tisser au soleil, avec la belle lumière qui entre par les deux fenêtres », justifie celle qui consacre souvent plusieurs heures par jour à travailler sur les métiers, pour confectionner du linge de table ou à vaisselle.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Le tissage est un art précis qui requiert beaucoup de lumière. C’est pourquoi Mme Goulet préfère installer les machines au rez-de-chaussée plutôt qu’au sous-sol.

Pas de regrets pour cette passionnée des arts manuels, qui dispose également d’un atelier de vitrail chez elle ; en revanche, il arrive que les invités aient gentiment leur mot à redire sur le duo de métiers qui a délogé le petit salon cosy. « C’est plus mes amis qui aimeraient avoir le salon en haut. Après un repas, on reste assis dans la salle à manger et on se dit parfois que ça serait plus confortable d’être au salon sur l’étage. Des fois, j’y pense, j’aimerais pouvoir lire avec la belle lumière dans cette pièce, mais mettre les métiers en bas, ça serait ennuyant », tranche celle qui a tout de même convaincu une amie de l’accompagner dans ses activités de tissage.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Même s’il en existe de diverses tailles, les métiers à tisser peuvent être volumineux. Le plus grand, à gauche, mesure 45 po de large et 5 pi de haut.

En plein milieu, un piano à queue

PHOTO FOURNIE PAR JEAN-SÉBASTIEN LAVOIE

Durant plusieurs mois, Jean-Sébastien Lavoie a partagé son loft avec un piano quart de queue Behr Brothers datant de 1913.

Durant près de deux ans, Jean-Sébastien Lavoie a partagé son loft avec un colocataire pas si discret : un piano quart de queue Behr Brothers datant de 1913.

Ce designer graphique et illustrateur aux multiples talents nourrit un éventail de passions, dont celle de la composition musicale sur claviers. Pour les besoins de l’enregistrement d’un album solo, il tenait mordicus à obtenir un son acoustique très caractéristique. Après avoir sondé le marché de l’occasion, il est tombé sur cet instrument centenaire capable de lui fournir le timbre recherché, puis a ménagé une place pour ses larges épaules au sein de son habitation montréalaise, quitte à expulser quelques meubles pour ce faire. « Pendant un temps, j’avais encore un sofa en trop et un piano droit, qui sonnait très mal, alors le piano à queue était placé de façon ridicule au bout de la table de cuisine. Après m’être débarrassé de quelques meubles, j’ai pu le placer dans un coin, mais pour l’enregistrement, le piano était carrément au milieu de la pièce pour favoriser le son », raconte-t-il. Qui plus est, le matériel nécessaire à la prise de son gravitant autour de l’instrument amplifiait l’effet d’encombrement.

PHOTO FOURNIE PAR JEAN-SÉBASTIEN LAVOIE

« Ça a quand même pris pas mal de place dans l’appartement. Mais j’étais très content, et l’expérience d’enregistrement directement à la maison a été très intéressante », indique-t-il. De cette cohabitation de plusieurs mois est finalement né, en août 2018, l’album Hippocampe signé sous le pseudonyme Papier Panier Piano.

PHOTO FOURNIE PAR JEAN-SÉBASTIEN LAVOIE

Par la suite, Jean-Sébastien Lavoie a continué à pianoter sur le Behr Brothers, jusqu’à ce qu’un déménagement se profile. Malheureusement, la nouvelle habitation n’aurait pas été capable d’accueillir un si volumineux colocataire. « Ayant terminé le projet pour lequel je l’avais acheté, j’avais l’impression qu’une aventure s’achevait », s’est résigné l’artiste, ayant finalement revendu l’instrument à une jeune professeure de musique qui rêvait d’avoir un piano à queue chez elle.

Dormir parmi les (é)toiles

PHOTO FOURNIE PAR VINCE BEAUCHEMIN

Pour Vince Beauchemin, les logements qu’il a occupés au fil du temps ont presque toujours fait office d’atelier.

Ce n’est pas Vince Beauchemin qui a aménagé une place pour son atelier. C’est plutôt l’atelier qui a bien voulu céder une petite place à l’artiste peintre et illustrateur.

PHOTO FOURNIE PAR VINCE BEAUCHEMIN

Dans les logements montréalais qu’il a occupés au fil des années, de la chambre au salon, son matériel a toujours donné le ton : toiles, chevalets, rouleaux, cadres, stocks d’encre et de peinture, et on en passe. « Quand je déménageais, il y avait plus de boîtes d’atelier que de boîtes personnelles », remarque-t-il, dressant le portrait (sa spécialité) d’un ancien trois et demie, victime totale de sa ruée vers l’art, où toutes les pièces habitables étaient submergées de peintures et croquis : la chambre avait été mutée en atelier et le salon faisait office d’entrepôt pour les œuvres produites. « Je montais le lit sur le mur pour avoir de l’espace pour peindre. En général, je dormais dans le salon, entre les tableaux. Pas besoin de préciser qu’il n’y avait pas de place pour un téléviseur », évoque l’artiste.

PHOTO FOURNIE PAR VINCE BEAUCHEMIN

Un déménagement plus tard, la cannibalisation se reproduit, cette fois dans un quatre et demie pris d’assaut par les pinceaux et les toiles de personnages anonymes qu’il dessine : le salon double s’est rapidement converti en atelier, et la chambre à coucher, épargnée en premier lieu, finit par lâcher du terrain et faire office de demi-entrepôt. Seule pièce épargnée : la petite chambre de sa fille.

PHOTO FOURNIE PAR VINCE BEAUCHEMIN

Ce n’est que lorsqu’il a emménagé avec sa conjointe qu’un hiatus s’est créé : « J’ai loué un atelier externe au début, car c’était trop petit pour jumeler une vie “normale” avec l’atelier. Ensuite, on s’est trouvé un endroit plus grand et j’ai rapatrié l’atelier à la maison ». Aujourd’hui installé à L’Assomption, Vince Beauchemin est finalement parvenu à circonscrire sa passion dévorante à son sous-sol. « J’aime mieux travailler seul, j’ai toujours préféré avoir mon espace à moi, être dans “mes choses” », conclut-il.