Elles forment désormais davantage qu’un trio et, entre-temps, le coussin a pris le bord, mais l’enseigne de Trois femmes et un coussin reste depuis bientôt 20 ans une référence pour les amoureux des arts de la table.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

La gastronomie a beau être axée sur les saveurs, franchir les portes de cette boutique montréalaise de la rue Gilford, c’est en prendre plein les yeux. Soupières, assiettes à dessert, couverts, beaux verres, bols blancs, bleus ou verts… un véritable festival de porcelaine et de grès finement ciselés s’offre au visiteur.

Des pièces de vaisselle les plus sobres aux services soigneusement détaillés et signés par de grands noms (Christian Lacroix, Sam Baron, Oscar de la Renta…), impossible de ne pas dénicher une forme, une texture ou une matière qui aurait sa place sur la table.

PHOTO ROBERT SKINNER LA PRESSE

Annick D’Amours et Sandrine Leduc sont cofondatrices de la boutique. Elles travaillent avec trois employées et du personnel supplémentaire.

D’abord réservées pour les besoins des professionnels de la restauration, ces collections constamment renouvelées, pour la plupart issues de la réputée manufacture portugaise Vista Alegre, ont été rendues accessibles au public il y a 15 ans.

« Au début, nous faisions de tout, dont des draps et de la literie, mais les clients du milieu de la restauration venaient tous acheter une collection de vaisselle. On a bifurqué vers cette voie, en important de la vaisselle d’Europe. Comme on avait pignon sur rue et que les gens étaient curieux, on a voulu en faire profiter le public », rapporte Annick D’Amours, cofondatrice de la boutique.

Classe et couleur

Au fil des ans, alors qu’au départ les trois femmes misaient tout sur le blanc, la couleur s’est invitée sur les assiettes et services. Exemple tiré du large éventail proposé, la collection Amazonia, conçue par des designers brésiliens, présente des espèces végétales et animales en danger, soulignées par des teintes de vert forestier.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Des collections pour tous les goûts sont disponibles, allant des couleurs et formes les plus sobres aux pièces très détaillées. 

Une autre des beautés de la boutique : il est possible de piocher à la pièce dans n’importe quelle collection pour se composer son propre service, avec les conseils avisés des tenantes de la boutique pour obtenir des mariages harmonieux.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Les designers jouent parfois avec les traditions, dont celles du Portugal. Sur l’étagère du bas, on trouve une collection dessinée par le Brésilien Brunno Jahara. Sur celle du haut, un service mettant en valeur la finesse des dorures. 

« Nous ne vendons pas que du haut de gamme, on a aussi bien du Christian Lacroix que de la vaisselle blanche qui va au lave-vaisselle », précise Mme D’Amours, soulignant que les différentes collections, même celles d’il y a 20 ans, sont toujours offertes afin de permettre le remplacement de l’une des pièces, advenant un bris malencontreux.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Cette collection se veut un hommage aux broderies de Castelo Branco, jouant sur le jaune et le bleu. 

L’an prochain, l’enseigne soufflera ses 20 bougies avec quelques projets sur la table : participation au salon Ambiente à Francfort en février, pour rencontrer les fournisseurs, changements cosmétiques de l’image de marque, notamment du site internet de la boutique. À noter que Trois femmes et un coussin sera fermée du 1er au 13 janvier.