En traversant les siècles et les continents, des salons moyen-orientaux aux chambres nord-américaines, le pouf s’est constamment réinventé, loué pour son confort, son esthétique et son côté pratique. Il a ainsi adopté toutes sortes de formes au service d’une seule d’entre elles : celle de votre derrière. Voici quelques options pour rembourrer son inspiration dans son habitation.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

Le pouf marocain, indémodable

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Voici un des motifs des plus classiques du pouf marocain.

Tout de cuir vêtu, on ne le présente plus. Ses teintes et motifs orientaux apportent une touche élégante dans un petit salon ou une chambre. « On peut en disposer plusieurs autour d’une table basse, comme on le fait au Maroc, suggère Khalid Benthami, propriétaire de la boutique Marrakech Store, à Montréal. Mais on peut aussi le disposer comme décoration, isolé. »

Selon les magasins, les prix s’échelonnent de 60 $ à 180 $, souvent pour des produits d’importation, offerts en divers coloris : doux et naturels pour les plus traditionnels ou plus vifs pour les contemporains.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le propriétaire du Marrakech Store, Khalid Benthami, nous montre que le pouf marocain peut aussi présenter des couleurs vives. 

Pour l’entretien, les deux boutiques orientales que nous avons consultées ont été unanimes : le nettoyage n’est pas nécessaire, et même déconseillé. « Ce sont des colorations végétales, mieux vaut ne rien toucher. Ou, à la rigueur, utiliser de l’huile de vison pour aller chercher un peu plus de souplesse », recommande M. Benthami.

Pour le rembourrage ? On trouve diverses écoles : ouate, tissus déchiquetés ou papier journal.

Où en trouver : magasins orientaux (Marrakech Store, Medina Palais, etc.), grandes enseignes, vente en ligne. 

Le beanbag, moderne et local 

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Simple et design, les couleurs des poufs de Beanbag Montréal peuvent être très vives.

En franchissant le seuil de Beanbag Montréal, ce n’est pas seulement le client qui meurt d’envie de sauter sur ces dizaines de gros poufs accueillants, ce sont aussi les couleurs et formes éclectiques qui leur sautent aux yeux. Jaune poussin, rouge tomate, poires, zébrures, alouette…

Plus de 70 modèles sont présentés et, pour les besoins précis, des poufs peuvent être réalisés sur mesure. Du cylindre classique à la poire, les modèles et couleurs s’adaptent à tous les types d’ambiance, et semblent particulièrement adaptés à une déco moderne et épurée. Rembourrés avec un sac de billes en polyester, ils épousent les formes fessières de tout un chacun.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Toutes sortes de formes sont offertes, comme ce modèle en poire.

« Tout est fabriqué au Québec à 100 %, et ils sont déhoussables et lavables », indique Richard De Petrillo, qui a fondé la boutique il y a huit ans, après avoir fabriqué des beanbags (très gros poufs accueillant tout le corps) pour ses enfants.

Pour l’emplacement, tout est permis : sous-sol, chambre d’enfant, terrasse et, puisqu’il y a des modèles étanches, patio et bord de piscine.

Côté tarifs, tout ceci varie de 50 $ à 140 $ pour le gros beanbag

Des matières pour plaire

PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DE SIMONS

Pour les petits farceurs pas à cheval sur le chic, on trouve aussi des poufs déguisés en billot de bois — avec lesquels l’expression « tire-toi une bûche » n’aura jamais eu autant de sens…

Si le style marocain ou épuré ne fait pas votre bonheur, on trouve dans le commerce toutes sortes de poufs originaux pour harmoniser les matières avec votre déco. IKEA et Simons, par exemple, proposent des modèles avec housse tressée ou tricotée, que ce soit en coton ou en chanvre, voire en laine. Ces matières conférant un petit côté rustique siéront parfaitement à l’ambiance d’un chalet, ou encore aux pièces d’un logis dans lesquelles le bois prédomine. Les modèles Sandared, vendus par IKEA, ou le « Méga tricot Coton », chez Simons, remplissent très bien ce rôle, avec des coloris neutres et un aspect chaleureux (n’oubliez pas, l’hiver est à nos portes…). 

PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DE SIMONS 

Le « Méga tricot Coton » vendu par Simons apportera sans doute une touche de chaleur en vue de l’hiver. 

Le zafu, zen et de bon goût

PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DE FUTON D’OR

Plusieurs boutiques commercialisent des zafus, qui servent pour la méditation, mais pas seulement.

On va se le dire : un bloc de yoga, c’est bien pratique, mais esthétiquement, c’est rarement l’extase. Connaissez-vous les zafus ? Ce sont de petits coussins bas servant pour la méditation, pouvant aussi faire office de bloc pour yogis ou de pouf occasionnel. Bonne nouvelle : inutile de s’offrir une retraite en Inde pour pouvoir en rapporter, puisque plusieurs créateurs québécois fabriquent localement de très beaux modèles, qu’on trouve dans de nombreuses boutiques (dont Futon d’or et La massagerie).

Avec ou sans motifs, nombre d’entre eux présentent la particularité d’être rembourrés avec des écales de sarrasin. « C’est une matière hypoallergène et locale, qu’on peut ajuster en fonction des besoins, en en rajoutant ou en en enlevant selon la fermeté désirée », explique Renée-Claude Surprenant, propriétaire de Créations Mariposa, un atelier québécois produisant divers zafus stylisés. Et qui ne sont pas réservés à la méditation.

« On peut s’y asseoir, s’y accoter, ça peut être décoratif. Certains de nos clients l’utilisent dans le lit, pour surélever les jambes, par exemple », précise Mme Surprenant.

Il va sans dire que le zafu sera en parfaite harmonie avec une déco orientée zen.