Dès qu'on franchit le seuil de cette maison patrimoniale d'Ahuntsic, on est immédiatement frappé par l'élégance des lieux. Que ce soit grâce à la hauteur du plafond, aux moulures délicatement travaillées ou aux vitraux qui reflètent la lumière du soleil, la résidence impose immédiatement le respect.

Publié le 9 mars 2019
Sophie Ouimet LA PRESSE

On serait tenté de la laisser telle quelle pour l'éternité, mais la vie moderne exige quand même quelques adaptations. En plus, le couple nouvellement propriétaire avait des goûts différents : bien qu'ils soient tous deux tombés amoureux de leur nouvelle maison, elle préférait le cachet d'époque, alors qu'il était un peu plus féru d'architecture moderne.

C'est ainsi que les deux designers de l'atelier Catherine Catherine ont dû déployer tout leur doigté pour insuffler un peu de nouveauté dans une demeure construite il y a plus de 100 ans.

Elles ont donc joué le tout pour le tout en venant créer un important contraste avec leurs ajouts.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Même s'il s'agit d'un objet distinct, les proportions font que la bibliothèque s'intègre à l'ensemble, tout en s'en détachant.

Ainsi, elles ont pris le pari que ces deux styles complètement différents se mettraient en valeur l'un l'autre en cohabitant, résument Catherine Breton-Potvin et Catherine Gomes-Aubin. Elles ont d'ailleurs été mandatées pour intervenir à quelques endroits dans la maison ancestrale, dont au sous-sol, au grenier et à l'étage des chambres, mais la pièce qui nous intéresse particulièrement est la salle d'étude des enfants, située à l'avant de la maison.

Il s'agit en fait d'une grande pièce double, dont la partie arrière est occupée par le bureau des « grands », soit les parents. L'avant est réservé aux enfants, au nombre de quatre, afin qu'ils disposent d'un endroit pour faire leurs devoirs.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Quand elles ont dessiné la bibliothèque, les designers ont voulu souligner quelques lignes fortes.

Nouvelle stratégie

Catherine et Catherine étant habituellement portées vers les meubles intégrés, elles ont changé de stratégie cette fois-ci. Les deux jeunes designers ont plutôt opté pour des meubles qui viennent se déposer dans l'espace, pour qu'on les sente détachés de l'architecture. En d'autres mots, plutôt que de se fondre dans le décor, ces ajouts sont traités comme des objets à part entière. En tout, trois structures distinctes viennent habiller la pièce : une grande bibliothèque, une table ovale ainsi qu'un petit bureau.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Les designers ont joué le tout pour le tout en venant créer un important contraste avec leurs ajouts. Elles ont pris le pari que ces deux styles complètement différents se mettraient en valeur l'un l'autre en cohabitant.

Quand elles ont dessiné la bibliothèque, les designers ont voulu souligner quelques lignes fortes, expliquent-elles. Par exemple, la hauteur des pattes est la même que celle des moulures qui courent le long du mur, une façon simple et efficace de créer une harmonie visuelle. Même s'il s'agit d'un objet distinct, les proportions font que la bibliothèque s'intègre à l'ensemble, tout en s'en détachant.

Quant à la longue table près de la fenêtre, sa hauteur a été choisie pour que les enfants puissent s'asseoir sur le calorifère pour travailler. La forme ovale, elle, vient se nicher dans l'habitacle de la baie vitrée, créant un coin chaleureux.

Finalement, elles ont utilisé un recoin de la pièce pour installer une petite table en équerre, que les enfants peuvent aussi utiliser. Les trois meubles ont été construits par Il fabrique, un autre tandem, mais masculin cette fois !

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

La forme ovale de la longue table près de la fenêtre vient se nicher dans l'habitacle de la baie vitrée, créant un coin chaleureux.

Et pourquoi le bleu ? Catherine et Catherine se sont permis d'utiliser une couleur un peu plus ludique puisqu'elles s'adressaient ici à des enfants. Du même coup, la teinte permet aussi d'accentuer le contraste entre les moulures en bois et celles, peintes en blanc, des murs.

Avec une aussi belle salle d'étude, plus aucune excuse pour ne pas faire ses devoirs !

CONSULTEZ le site de l'atelier Catherine Catherine

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Les designers ont utilisé un recoin de la pièce pour installer une petite table en équerre, que les enfants peuvent aussi utiliser.