Fini, les rayons bleutés de l'éclairage à DEL? Plus abordable et mieux adaptée au secteur résidentiel, cette technologie gagne du terrain rapidement.

Publié le 16 sept. 2014
Claudia Guerra LA PRESSE

«Cette année, je trouve que c'est la première fois que la DEL convient au résidentiel, car maintenant, on peut contrôler l'intensité et la couleur», affirme Fred Naimer, de Montréal Luminaire&Quincaillerie. En constante évolution depuis trois ans et beaucoup plus accessible, puisqu'on trouve maintenant sur le marché différents prix et diverses qualités, la lumière à diode électroluminescente (DEL) n'est plus froide et désagréable comme on se l'imagine. «Elle est plus intéressante et plus proche de l'ampoule ordinaire», indique Greg Arevian, propriétaire d'Arevco Lighting.

Elle est aussi plus performante, car contrairement à ses concurrentes, elle ne dégage pas de chaleur, est beaucoup plus durable (50 000 heures) et consomme moins d'énergie. «Une DEL de 4 watts produit autant de lumière qu'une halogène de 50 watts», ajoute l'expert en éclairage.

Design plus flexible

Autre avantage, la DEL donne plus de place à la créativité sur le plan de la conception. «Avec les halogènes, il faut prévoir un espace pour insérer un encastré, à cause de la chaleur que l'ampoule dégage et de sa grandeur. On n'a pas ce problème avec la DEL. Les luminaires peuvent être plus nets, minces et simples», dit Andrée Naimer. De plus, il y a quelques années, on devait se départir des lampes défectueuses, puisque le design ne permettait pas de remplacer les puces électroniques, mais ce n'est plus la norme aujourd'hui.

Définir l'espace

Pas étonnant, donc, de voir davantage de DEL dans le secteur résidentiel. Ce type de luminaires sert par exemple à structurer l'espace et à concevoir des effets graphiques dans la salle de bains, la penderie, le sous-sol, le dessous des comptoirs, l'escalier, l'îlot de la cuisine... «On la travaille beaucoup en tant qu'éclairage mural pour faire des accents. On crée l'architecture par la lumière qui devient sculpturale, car les appareils sont dissimulés dans les murs», constate Stéphanie Cardinal, d'Humà Design.

La fin des ampoules

La popularité de la DEL est accrue par les réglementations gouvernementales qui favorisent les solutions éco-énergétiques. Les ampoules à incandescence de 40 et 60 watts ne pourront plus être fabriquées ou importées à compter du 31 décembre (ce qui est déjà le cas avec celles de 75 et 100 watts). «Je pense que les ampoules vont disparaître au profit de la DEL», dit Stéphanie Cardinal. Avec tout ce qu'on peut accomplir avec cette technologie, l'investissement semble gagnant.