La récolte du liège, qui provient de l'écorce du chêne-liège, a quant à elle relativement peu d'impact sur l'environnement. Mais les deux produits proviennent de loin, ce qui les rendent moins attrayants aux yeux des tenants de l'architecture verte, qui privilégient les produits locaux.

Publié le 4 oct. 2006
Danielle Bonneau
Danielle Bonneau LA PRESSE

La récolte du liège, qui provient de l'écorce du chêne-liège, a quant à elle relativement peu d'impact sur l'environnement. Mais les deux produits proviennent de loin, ce qui les rendent moins attrayants aux yeux des tenants de l'architecture verte, qui privilégient les produits locaux.

Le bambou et le liège sont-ils des matériaux écologiques? C'est une question difficile à trancher, avoue l'architecte et designer d'intérieur Maryse Leduc, réputée pour ses maisons de campagne bâties dans le respect de l'environnement. «J'essaie de trouver un équilibre dans le choix des matériaux que j'utilise, dit-elle. Je ne serais pas à l'aise de faire des maisons avec plein de choses qui proviennent d'ailleurs. Mais d'en avoir un peu, cela fait partie de la vie. Le liège et le bambou figurent donc parmi les alternatives que je propose à mes clients.»

Le choix d'un revêtement de plancher est une question de goût et de coup de coeur, précise-telle. «Le bambou est un matériau original, qui est génial si on veut créer une ambiance de style zen. Il est exotique. Mais ce n'est pas évident d'en installer partout dans la maison.»

Très peu de ses clients, en fait, choisissent d'en poser. «S'il était économique, les gens oseraient peut-être davantage, croit-elle. Mais à prix égal, les gens optent pour des valeurs sûres comme le merisier, qui est classique et ne se démode pas. Un parquet, cela ne se change pas comme une lampe ou un rideau.»

Sylvain Roy, président de Plancher PM, accorde beaucoup d'importance à la provenance et à la légalité du bois qu'il vend. Le bambou est le seul produit importé de Chine qu'il propose aux consommateurs dans ses trois succursales, situées à Montréal, Laval et Longueuil. «Nous en vendons très peu, mais nous l'offrons pour accommoder nos clients, explique-t-il. Comme il se regénère rapidement, cela lui donne un plus au niveau de l'écologie, même s'il est transporté par bateau. La réalité veut que beaucoup de choses sont fabriquées en Chine. On ne peut pas boycotter tout ce qui est fait là-bas.»

«Le bambou offre une très bonne performance, au niveau de la stabilité et de la dureté, poursuit-il. Mais le choix de couleurs est limité et il faut en aimer le look, qui est très particulier.»

Et le liège?

Les qualités écologiques du lièges sont difficiles à cerner, car le chêne-liège est en voie de disparition... De plus, il n'est pas local. Mais c'est un matériau naturel, qui peut se poser directement sur le béton. «Si on ne veut pas de plancher flottant, à cause des émanations toxiques qui contaminent la maison, le liège est une option intéressante, estime Maryse Leduc. C'est très bien pour une salle de jeu, où les enfants jouent par terre.»

Elle rappelle qu'aucun produit n'est parfait. «L'important est de faire des choix selon ses valeurs et de se questionner.»