Quel bouquet! La photo parle d'elle-même. Et le plus incroyable, c'est que cette amaryllis est âgée de 30 ans. Imaginez, une quarantaine de hampes florales surmontées de deux à trois fleurs, qui fleurissent fidèlement chaque année dans le temps de Noël. La floraison s'étale toujours sur quelques semaines.

Pierre Gingras
Pierre Gingras LA PRESSE

Quel bouquet! La photo parle d'elle-même. Et le plus incroyable, c'est que cette amaryllis est âgée de 30 ans. Imaginez, une quarantaine de hampes florales surmontées de deux à trois fleurs, qui fleurissent fidèlement chaque année dans le temps de Noël. La floraison s'étale toujours sur quelques semaines.

Mais attendez, ce n'est pas tout. Cette splendeur fleurit... trois fois par année: à Noël, à Pâques et au mois d'août. Incroyable mais vrai! La floraison la plus abondante survient durant la période des Fêtes alors qu'au mois d'août, la plante est moins exubérante, bien qu'elle donne une vingtaine de hampes florales.

Cette amaryllis prolifique répond au nom de Hippeastrum striatum, une espèce originaire du Brésil qui produit des fleurs de couleur saumon. Elle appartient à Louise Tardif, de Montréal, qui se souvient très bien de sa première floraison. «J'avais obtenu un bulbe du bouquet que ma mère possédait depuis une quinzaine d'années. Je l'entretenais depuis trois ans sans qu'il ne donne de fleurs. Puis à mon retour à la maison à la suite de la naissance de mon fils, il y a de cela 27 ans, je découvre que la plante est en fleurs, raconte-elle. Depuis, elle n'a cessé de prendre de l'importance car les bulbes se multiplient régulièrement, même si je fertilise plutôt rarement.»

D'ailleurs, la plante a atteint une telle dimension qu'il faut la transplanter, une opération qui risque de la faire souffrir, craint Mme Tardif. Sa solution? «Je vais conserver un seul bulbe et offrir le bouquet au Jardin botanique de Montréal où je pourrai aller le visiter régulièrement.»

Un appel à tous

Contrairement à la plupart des cultivars d'amaryllis sur le marché (on en compte des dizaines) qui ont habituellement besoin d'une période de repos pour refleurir, Hippeastrum striatum, lui, se montre infatigable. Ses feuilles restent vertes toute l'année. Dans son milieu naturel, la plante fleurit aussi plusieurs fois par année et produit de nombreuses bulbilles, ce qui assure sa multiplication. Son coloris peut varier d'une population à l'autre. Collectionneurs et horticulteurs ont réalisé plusieurs croisements avec H. striatum et certains ont donné une lignée d'amaryllis à petites fleurs dont feraient partie notamment deux variétés assez connues, «Pamela» et «Scarlet Baby», des cultivars qui n'ont cependant pas conservé la caractéristique de fleurir à répétition.

Où peut-on trouver la petite merveille? Louise Tardif indique que sa mère avait obtenu ses bulbes d'une vieille tante résidant dans le nord de l'Ontario. Elle se souvient d'avoir revu cette plante à une seule occasion, il y a longtemps, en Abitibi, dans un foyer pour personnes âgées.

Pour ma part, après de longues recherches sur l'internet et plusieurs contacts auprès d'importants grossistes, je n'ai toujours pu trouver une réponse satisfaisante. De rares entreprises européennes en offrent, mais comme c'est toujours le cas quand du matériel vivant doit traverser une frontière, il faut obtenir des certificats phytosanitaires démontrant que le plante est exempte de toutes formes de maladie. Cela exige des frais, parfois assez élevés, mais surtout beaucoup de paperasse officielle. C'est pourquoi, une foule de comptoirs postaux américains, par exemple, ne livrent jamais de bulbes, de rhizomes ou de plantes au Canada.

Où peut-on trouver cette amaryllis? Chers amis, je fais donc appel à vous pour essayer de dénicher la perle rare, un service dont tous les lecteurs profiteront.