Source ID:; App Source:

Hémérocalle: la vivace presque parfaite

L'hémérocalle «Ruby Spider»... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

L'hémérocalle «Ruby Spider»

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Larry Hodgson (collaboration spéciale)
Le Soleil
L'hémérocalle «Strawberry Fields forever»... (Photo Ivanoh Demers, La Presse) - image 1.0

Agrandir

L'hémérocalle «Strawberry Fields forever»

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Existe-t-il une vivace aussi facile à cultiver, aussi belle et florifère que l'hémérocalle? Sans doute que oui, mais cette belle plante est nettement au haut de la liste des meilleures. Peu de jardiniers, aussi noir soit leur pouce, peuvent se vanter d'en avoir tué une.

 Le mot hemerocallis vient du grec signifiant «beauté d'un jour» (kallos = beau, hemera = jour) car les fleurs, généralement en forme de trompette, ne durent qu'une seule journée. Par contre, chaque tige produit plusieurs fleurs, ce qui étire la saison sur deux semaines et plus, et plusieurs cultivars, dont la célèbre «Stella de Oro», refleurissent durant presque tout l'été. De plus, en mélangeant des variétés hâtives, mi-saison, tardives et très tardives, on peut obtenir une variété de formes et de couleurs pendant tout l'été et même une bonne partie de l'automne.

 Que de variétés

 Quand j'étais enfant, il n'y avait que des hémérocalles orange ou jaunes sur le marché, mais une foule d'hybrideurs, dont plusieurs Québécois, ont réussi à faire ressortir une vaste gamme de roses, rouges, pourpres, verts et blancs et plusieurs variétés bicolores ou même tricolores. Aujourd'hui, il existe même des hémérocalles doubles et d'autres à feuillage panaché. De plus, elles viennent dans toutes les tailles, de 40 cm à presque 2 m de hauteur.

Une seule à éviter

 De ces milliers de variétés une seule est à éviter pour la plate-bande : l'hémérocalle fauve (Hemerocallis fulva). Cette grande plante à fleurs orange est l'une des rares hémérocalles envahissantes. Elle produit de longs stolons souterrains qui envahissent rapidement même les plus vastes plates-bandes. C'est l'hémérocalle que l'on trouve le long de nos chemins, où elle étouffe tout sur son passage. Attention donc si quelqu'un vous offre une hémérocalle déterrée en cadeau : c'est peut-être la redoutable hémérocalle fauve!

 Sa culture

 L'hémérocalle est très tolérante aux diverses conditions, pouvant pousser même à l'ombre dans un sol très sec et pauvre. Par contre, pour de bons résultats et surtout pour une belle floraison, préférez le plein soleil ou presque ainsi qu'un bon sol riche en matière organique et bien drainé. On peut la planter en toute saison : il suffit de creuser un trou et de l'y planter à la même profondeur qu'elle était en pot. Arrosez la première année si la pluie fait défaut : une hémérocalle établie, par contre, a rarement besoin d'arrosages. Si vous aimez supprimer les fleurs fanées, vous pouvez le faire; sinon, laissez la plante pousser en paix, elle n'en a pas besoin.

Côté insectes et maladies, il y a peu de choses à raconter. Oui, il peut parfois y avoir de petites infestations, mais rarement quelque chose qui exige des traitements.

 Les hémérocalles sont presque toutes d'origine hybride; leurs graines ne donneront donc pas des plantes identiques au plan mère. On les multiplie plutôt par division, et ce, en toute saison.

 Enfin, si jamais vous vous tannez de vos hémérocalles, sachez que vous pouvez les manger. Eh oui, les boutons floraux et les fleurs sont comestibles, tout comme les pousses printanières et même les racines.

 Décidément, elle a tout pour plaire!

 




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer