Source ID:; App Source:

La neige, un bel igloo pour les plantes

Les branches de cet if du Japon se... (Photo Armand Trottier, La Presse)

Agrandir

Les branches de cet if du Japon se sont littéralement écrasées sous le poids de la neige en décembre. Si l'arbre ne se redresse pas au cours de l'hiver, il devra être tuteuré au printemps pour lui aider à retrouver sa forme dressée.

Photo Armand Trottier, La Presse

Pierre Gingras

Pour les amateurs de sport d'hiver, les tempêtes de décembre ont été une bénédiction. Grand bonheur aussi pour les jardiniers car cette neige devrait persister au sol jusqu'à la fin de l'hiver même si la pluie et le temps doux que nous avons connus a réduit un peu l'épaisseur de la couche protectrice.

Cet étonnant isolant est un cadeau providentiel pour nos plantes. Les vivaces et les arbustes, notamment certains rosiers fragiles comme les hybrides de thé, profitent d'une protection exceptionnelle.

Des études menées en Alaska, il y a belle lurette, ont indiqué qu'en dépit d'une température extérieure de -50 °C, le mercure indiquait - 5 °C sous une couche de neige de 60 cm. Ce qui explique d'ailleurs que certains oiseaux nordiques comme les lagopèdes des saules (perdrix blanches) et nos petits sizerins flammés vont souvent passer la nuit sous la neige, comme dans un igloo. Même la gélinotte huppée, notre célèbre perdrix fait parfois la même chose.

Salutaire, le manteau de flocons réduit les écarts de température qui provoquent souvent le déracinement des plantes lorsque le sol est nu et sujet au dégel durant le jour, et au gel au cours de la nuit.

Mais la neige peut aussi causer problème, notamment lors du déneigement. Attention aux chasse-neige, surtout aux machines industrielles qui nettoient l'entrée de votre garage ou le chemin d'accès à la maison. Le jet de neige compactée projeté sur les conifères brise souvent l'extrémité des petites branches sans que cela ne paraisse trop. Les haies de thuyas sont particulièrement sensibles. Au printemps, non seulement les aiguilles meurtries jauniront et mourront, mais tous les bourgeons brisés ne produiront pas de nouvelles pousses. Le résultat est parfois désastreux.

Un coup de main aux arbres!

Le poids de la neige dans les arbres peut aussi être dommageable. Le sujet préoccupe d'ailleurs certains lecteurs, comme Clotilde Seille qui demandait récemment s'il fallait donner un coup de main aux arbres qui plient dangereusement après une tempête. «À chaque tempête, je m'évertue à faire le tour du jardin pour délester mes thuyas et les aider à se redresser. Ai-je raison d'agir ainsi ou devrai-je faire confiance à la nature?»

Normalement, la neige ne persiste pas très longtemps sur nos arbres, même sur les conifères. Le vent et le redoux doux règlent habituellement la situation. Mais pas tout le temps. À preuve, dans la nature, une foule d'arbres ne se sont jamais remis du grand verglas de 1998 et sont restés inclinés depuis ce temps. Seules les nouvelles branches ont poussé à la verticale attirées par la lumière, un phénomène appelé phototropisme.

Si la neige est très abondante et légère, on peut facilement l'éliminer en tapant très délicatement sur les branches avec un balai. Ce que je fais habituellement. Si l'arbre reste trop penché à votre goût, vous pouvez utiliser un support de bois pour le reste de l'hiver, mais en ayant soin de placer un morceau de tissus ou de caoutchouc mousse au point de contact avec l'arbre pour éviter que votre tuteur temporaire n'endommage l'écorce. Sinon, le remède fera plus de mal que de bien.

Au printemps, les arbres qui ont conservé une courbure trop grande, du moins d'un point de vue esthétique, devraient être redressés délicatement et maintenus dans leur position avec un tuteur approprié.

Attention ! Si l'arbre n'est pas redressé, il poursuivra sa croissance normale ajoutant une couche de cellules ligneuses autour de son tronc, sous l'écorce, ce qui le figera à jamais dans sa position. Si on le dresse par la suite, il risque d'être endommagé sérieusement. À défaut de mourir, il sera marqué à jamais par son expérience. Même si certaines espèces, comme les thuyas, sont plus flexibles que d'autres, particulièrement les jeunes arbres, il faut installer les tuteurs le plus rapidement possible.

 




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer