Source ID:; App Source:

Le pin Wollemi, plus vieil arbre au monde

Le pin Wollemi dans sa prison dorée du... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Le pin Wollemi dans sa prison dorée du Jardin botanique de Montréal.

Photo François Roy, La Presse

Pierre Gingras
Véritable fossile vivant, le pin Wollemi est considéré... (Photo François Roy, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Véritable fossile vivant, le pin Wollemi est considéré comme l'arbre le plus ancien au monde. Son feuillage rappelle une fronde de fougères ou encore des feuilles géantes d'if.

Photo François Roy, La Presse

Il est arrivé de Vancouver au début mai et s'est discrètement installé au Jardin botanique, dans la serre des bonsaïs, où on lui avait réservé une place particulière. Bienvenue au pin Wollemi, l'arbre le plus ancien au monde.

 Compte tenu de son statut unique, il est même protégé par une clôture cadenassée pour éviter notamment que certains audacieux ne tentent de prélever quelques bouts de branche afin d'en faire des boutures. Plus encore, il est en quarantaine jusqu'en 2009 et soumis à des examens réguliers pour déterminer si la terre avec laquelle il a été importé ne contient pas une ou deux bibittes indésirables. La nouvelle coqueluche du Jardin botanique est un don de l'Université de la Colombie-Britannique. Âgée de 5 ou 6 ans, elle mesure 180 cm et provient d'une bouture prélevée en Australie.

 L'histoire du pin Wollemi est unique.

 En septembre 1994, David Noble, un garde forestier de la Société des parcs nationaux de Nouvelles-Galles- du-Sud, en Australie, fait une excursion dans une gorge isolée du parc Wollemi, à environ 200 km de Sidney. Il remarque plusieurs arbres à l'allure étrange, d'environ 40 m, au feuillage rappelant des fougères, aux troncs multiples et à l'écorce curieuse, comme recouverte de bulles de chocolat en ébullition, selon les commentaires de Noble.

Les experts qui tentent d'identifier l'arbre sont formels : il s'agit d'une nouvelle espèce, dont l'origine remonterait à 90 millions d'années, un arbre qui aurait fait le délice de certains petits dinosaures herbivores australiens. En dépit de son nom, ce n'est pas un pin mais plutôt un araucaria, comme c'est aussi le cas d'un cousin, le pin de Norfolk, un conifère d'intérieur bien connu. La situation exacte de la colonie de pins Wollemi fait presque l'objet d'un secret d'État. Et pour cause. On n'y compte qu'une centaine d'arbres.

 Mais la découverte ne devait pas en rester là.

 Le Jardin botanique de Sydney, le Service des parcs australiens et des pépinières privées ont formé au début des années 2000 une organisation à la laquelle s'est associée la National Geographic Society afin de commercialiser des boutures de pins Wollemi un peu partout dans le monde. Par exemple, le spécimen du Jardin botanique de Montréal nous vient du site No 1, de l'arbre No 19 qui répond au nom de John Banks (tous les arbres du parc ont un nom). Il s'agit d'un spécimen qui compte 13 troncs. L'un d'entre eux est mort et gît sur le sol. Sa hauteur atteignait les 40 m et son âge, autour de 350 ans.

 Les royautés de l'opération servent à financer la protection du parc de Wollemi, à mettre sur pied des projets en vue de protéger les espèces menacées tout en sensibilisant la communauté internationale au problème de la biodiversité. Les boutures sont actuellement vendues en Europe et aux États-Unis. Au Canada, les ventes ont commencé il y a un mois à peine. C'est la pépinière Nordic Plants Nursery, de la Colombie-Britannique, qui détient les droits de reproduction mais son stock limité à 1500 spécimens ne sera pas renouvelé avant plusieurs années. Il s'agit d'un arbre de climat doux. Au Québec, il faut donc le traiter comme une plante d'intérieur que l'on peut installer à l'extérieur durant l'été. Chaque plant (45 à 60 cm de hauteur) se vend 200,34 $, en incluant les frais de livraison et la TPS. De cette somme, 20 $ sont versés à la National Geographic Society et à l'Association pour la protection du pin Wollemi. En France où la plante est vivace, un spécimen de 80 cm coûte autour de 400 euros (environ 600 $).

 Aux États-Unis, le pin devait être offert en jardinerie ce printemps, mais la demande s'est avérée tellement grande que les livraisons ont été remises à l'an prochain. Vous pouvez obtenir votre pin en cliquant www.nordicplants.com et en contactant ensuite Loraine Martin par courriel (en anglais seulement). Tél : 1-604-607-7074. Vous pouvez aussi lui rendre visite au Jardin botanique.

 




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer