Source ID:; App Source:

De bien étranges kalanchoés

Le Kalanchoe beharensis est souvent vendu sous le...

Agrandir

Le <i>Kalanchoe beharensis </i>est souvent vendu sous le nom de kalanchoé à oreilles d'éléphant.

Pierre Gingras

Les kalanchoés sont considérés comme les potées fleuries les plus populaires qui soient. On en vend partout, ils sont peu coûteux, faciles d'entretien, leurs coloris sont innombrables et ils fleurissent facilement durant un bon mois.

Et avec quelques soins particuliers, leur floraison peut se poursuivre encore plus longtemps. Les plants peuvent même pousser durant des années. La plante familière nous vient de l'île de Madagascar et répond à l'appellation de Kalanchoe blossfediana, du nom d'un certain Blossfeld, commerçant en horticulture de Postdam, en Allemagne.

Par contre, le terme kalanchoé, lui, reste une des mystères de la nomenclature botanique puisque qu'il serait une déformation inintelligible d'un terme chinois. D'ailleurs, ce nom énigmatique convient bien à cette grande famille qui compte autour de 130 membres, tous plus étranges les uns que les autres et dont l'allure n'a rien à voir avec notre célèbre kalanchoé que l'on jette souvent à la poubelle après usage. Bon nombre sont d'origine malgache, mais les autres nous viennent de divers horizons, de l'Arabie Saoudite à l'Afrique du Sud en passant par l'Asie, l'Australie et même de l'Amérique tropicale.

Annuelles, vivaces ou bisannuelles, toutes des plantes grasses de milieux semi-désertiques prennent des formes rampantes, arbustives ou même de petits arbres. Certaines d'entre elles sont commercialisées depuis des décennies, mais restent des plantes méconnues souvent difficiles à trouver malgré leur aspect très intéressant. Je vous en présente trois aujourd'hui, des espèces qui ont attiré mon attention au cours des récentes semaines. Des kalanchoés que vous ne trouverez pas au dépanneur du coin, mais qui sont offerts dans certaines jardineries ou pépinières ouvertes en hiver. Il est parfois possible de les découvrir dans les grandes surfaces. Si je me suis attardé à ces curiosités, c'est qu'elles sont aussi vendues par des grossistes et ne sont pas exclusives à un commerce en particulier.

Kalanchoe thyrsifolia

Vendu à plusieurs endroits et offert par au moins deux grossistes, Kalanchoe thyrsifolia possède de grosses feuilles charnues, plutôt rondes ou ovales, de 10 à 15 cm de diamètre. Elles sont vert tendre ou grisâtres, mais leur pourtour est rougeâtre, souvent très foncé, ce qui produit un contraste saisissant. Quand la température de la pièce est assez fraîche, les feuilles peuvent devenir presque entièrement rouge vif.

Habituellement, lors de la vente, les feuilles sont reliées entre elles à la base, au niveau du terreau. Mais avec l'âge, le plant formera des tiges qui pourront atteindre 30 à 40 cm. Ce kalanchoé fleurit rarement à l'intérieur. Dans son milieu d'origine, la région du Cap, en Afrique du Sud et là où on peut le cultiver à l'extérieur, il produit au printemps plusieurs panicules de petites fleurs jaunes odorantes. Kalanchoe thyrsifolia n'a pas de véritable nom en français. En anglais, on utilise parfois le terme «paddle plant» (en forme d'aviron) ou encore, «pancake plant» (en forme de crêpe), une allusion à la forme des feuilles.

Kalanchoe tomentosa

En anglais, on l'appelle plante panda, plante en peluche ou oreille de chaton, autant d'expressions qui lui conviennent à merveille. Originaire de Madagascar, l'original Kalanchoe tomentosa produit de petites feuilles oblongues de 5 à 9 cm de longueur, charnues, vert jade, grisâtres ou argentées, très duveteuses, presque poilues. (En latin, le terme tomentosa fait toujours allusion à l'aspect laineux d'une plante). Le pourtour des feuilles est marqué de taches brunes tirant sur le rouge foncé, taches qui forment parfois des aspérités leur donnant un charme très particulier. Avec le temps, la plante peut se ramifier à la base et former quelques tiges ligneuses qui porteront toutes des feuilles. Par contre, elle fleurit rarement à l'intérieur.

Kalanchoe beharensis

Parfois appelé kalanchoé à feuilles de feutre ou à feuilles de velours en anglais, Kalanchoe beharensis doit son nom à sa région d'origine, Béhara, dans l'île de Madagascar. Dans le commerce, on l'appelle souvent kalanchoé «oreille d'éléphant» à cause de ses feuilles triangulaires à la bordure finement dentelée qui peuvent rappeler vaguement les oreilles d'un éléphant, du moins chez ceux qui ont l'imagination fertile. Ces feuilles verdâtres mais parfois brunâtres sont recouvertes d'un doux duvet. La plante dépasse rarement les 40 à 50 cm à la maison, mais en milieu naturel, elle forme un arbuste ramifié qui peut atteindre 3 m.

Comme tous les autres kalanchoés en vedette aujourd'hui, cette plante est difficile à faire fleurir à l'intérieur. Et comme chez les deux autres espèces, la floraison, quand floraison il y a, survient durant la période de jours courts, c'est à dire de l'automne jusqu'à la fin février, début mars. Tous exigent une lumière très vive, si possible une position ensoleillée, sinon leurs coloris seront atténués, notamment dans le cas de K. thyrsifolia. Il faut aussi laisser sécher tout le terreau entre les arrosages et réduire les apports d'eau durant l'hiver. Ces kalanchoés peuvent d'ailleurs mourir si le sol est trop humide. Ils s'adaptent par ailleurs très bien à la sécheresse de nos appartements en hiver.




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer