Source ID:c17194e2-894c-4e03-b10d-d2e6a77dd5ef; App Source:alfamedia

Aménagement: bonheur à l'ombre

D'une zone à l'autre de la cour, le... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

D'une zone à l'autre de la cour, le bois change de sens. «Le fait d'aller chercher des angles irréguliers permet aux yeux de se poser partout dans la cour plutôt que d'aller seulement vers la porte», précise le designer.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Votre nouvelle cour est... à l'ombre. Tant pis  pour le rêve du parterre gazonné, car rien - mais rien - n'y pousse. Or, en réalisant l'aménagement extérieur d'un duplex du quartier Villeray à Montréal, le designer Dave Jean fait la démonstration qu'on peut faire vert, à l'ombre ou pas, sans même planter de gazon.

Les balcons de sortie ont été teints avec... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Les balcons de sortie ont été teints avec une huile naturelle de couleur anthracite.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

D’une zone à l’autre de la cour, le... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 1.1

Agrandir

D’une zone à l’autre de la cour, le bois change de sens. « Le fait d’aller chercher des angles irréguliers permet aux yeux de se poser partout dans la cour plutôt que d’aller seulement vers la porte », précise le designer.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Les propriétaires du duplex ont tôt fait de découvrir que l'herbe était toujours plus verte chez le voisin. «Le gazon ne poussait pas à cause des trois grands arbres dans la cour. C'était plus bouetteux qu'autre chose. D'entrée de jeu, les clients m'ont mis sur la piste de surfaces en bois ou en pavé», raconte Dave Jean, designer de jardin pour l'entreprise Réflex Paysage.

Une fois la pression de faire pousser de l'herbe à tout prix tombée, les trois arbres et l'ombre qu'ils apportent ont été conservés. Le plus imposant, un frêne, a été évalué, et on a jugé qu'il était en bonne santé malgré l'agrile qui menace plusieurs arbres de son espèce.

«Le frêne est en super bon état, mais comme le problème de l'agrile est assez sérieux à Montréal, on a pris de l'avance au cas où il devrait un jour être abattu. On a planté un érable de l'Amur», dit Dave Jean. Si le frêne résiste à la maladie, il cohabitera harmonieusement avec l'érable, qui ne deviendra ni trop grand ni trop gros.

Trois zones

La cour de 875 pi2 a été subdivisée en trois zones. «Nous devions planifier un espace repas, un espace de jeu pour les enfants et un secteur pour la détente. Quand on a une petite cour, chaque pied carré est important», explique Dave Jean.

Ce sont les lignes formées par le bois qui délimitent les différents usages de la cour. «Pour les enfants, ces lignes donnent aussi plusieurs possibilités de chemin. Ils peuvent tourner autour de l'amélanchier sur un trottoir en pavé, ils peuvent circuler de plusieurs façons. Ç'a été un beau moment de voir leur petit garçon courir partout dans la cour», se réjouit Dave Jean.




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer