Vous êtes séduit par l'idée d'avoir des poules dans votre cour pour récolter tous les matins, encore en pyjama, les oeufs frais pour votre omelette aux tomates fétiche, mais l'idée d'avoir à vous en occuper aussi cet hiver quand il fera froid et qu'il neigera vous rebute? Ou vous craignez que, malgré les promesses, les enfants risquent de ne plus trouver si drôle l'entretien de leur petite basse-cour et que tout le boulot retombe sur vos seules épaules?

Violaine Ballivy LA PRESSE

La solution serait bien simple si vous habitiez Traverse City, au Michigan, où il existe depuis quelques années un système de «location de poules», permettant aux citadins de tester pendant quelques semaines, voire un été complet, leur aptitude à élever les volailles. Quand le bail arrive à échéance, les poules sont rendues au fermier membre d'une coopérative d'élevage, et le poulailler portable qu'on vous avait fourni aussi. Aux États-Unis, ce service a la cote et s'est répandu entre autres au Massachusetts, au Maryland et en Alabama, mais il n'est pas donné: il faut calculer environ 50$ par semaine pour deux volatiles.

Source: modernfarmer.com