Véronique Picard effectue de façon méthodique les rénovations majeures de sa maison, située à la jonction de Granby et de Shefford. L’an dernier, lorsque le tour de la terrasse est venu, la femme d’affaires a considéré le bois traité et le bois composite, avant de finalement opter pour le plastique recyclé, même si le prix, de prime abord, était plus élevé.

Danielle Bonneau
Danielle Bonneau La Presse

« Je cherchais un produit qui demeurerait beau longtemps et n’exigerait pas d’entretien, explique-t-elle. Je ne veux pas sabler et teindre régulièrement mon patio. Je suis une mère seule avec trois enfants et une entreprise à mener. Il faut que ce soit simple. La terrasse faite de planches de plastique recyclé de marque Dekavie a coûté plus cher au départ, mais je sais qu’à plus long terme, ce sera plus rentable pour mon bonheur. »

Il faut dire qu’elle a eu son lot de difficultés par le passé et qu’elle recherche la paix d’esprit. Elle a en effet dû composer avec des fourmis charpentières, à l’étage, et des problèmes de fondation, qui l’ont poussée à installer un nouveau drain à pierres sèches (« drain français »). Sa décision a été mûrement réfléchie.

« Les planches de plastique recyclé Dekavie ont les rainures du bois et elles sont installées l’une dans l’autre comme un plancher de bois franc, précise-t-elle. Il n’y a pas d’espace entre les planches, donc peu de risque que de l’eau s’infiltre et fasse pourrir la structure en bois traité située dessous. Surtout, la saleté logée dans les petites craques est facile à déloger. Une fois de temps en temps, quand le soleil plombe et que le produit est dilaté, j’utilise un jet d’eau. C’est le seul entretien nécessaire. Les égratignures par ailleurs ne paraissent pas parce que le produit est de la même couleur de bord en bord. »

  • Véronique Picard veut profiter de sa cour et se détendre lorsqu’elle est à la maison avec ses trois enfants.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Véronique Picard veut profiter de sa cour et se détendre lorsqu’elle est à la maison avec ses trois enfants.

  • Mme Picard a choisi des planches de deux teintes différentes. Les surfaces horizontales sont de couleur sable, tandis que les surfaces verticales sont de couleur cèdre.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Mme Picard a choisi des planches de deux teintes différentes. Les surfaces horizontales sont de couleur sable, tandis que les surfaces verticales sont de couleur cèdre.

1/2
  •  
  •  

Espérant que sa terrasse soit encore belle dans 20 ans, Mme Picard a déboursé plus de 30 000 $. La facture comprend l’installation de pieux pour supporter une structure de bois traité, les planches de plastique recyclé Dekavie, un garde-corps de verre et la main-d’œuvre. Elle a fait confiance à Alain Boulianne, de Patio Boulianne & Fils. Environ la moitié des réalisations qu’il effectuera, cette année, comporteront ce matériau.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, LA PRESSE

Alain Boulianne

Les jeunes des générations X-Y veulent des produits sans entretien. Ils sont beaucoup moins manuels que les boomers.

Alain Boulianne, de Patio Boulianne & Fils

M. Boulianne est tombé amoureux du produit, allant jusqu’à l’installer chez lui, à Chambly, il y a trois ans. « Les planches sont hyper résistantes, faciles à nettoyer et ne tachent pas, énumère-t-il. Et c’est un produit du Québec, d’une compagnie super consciencieuse. Cela m’a attiré beaucoup. Et le fait d’être en plastique recyclé, c’est écologique. »

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, LA PRESSE

Alain Boulianne a opté pour le plastique recyclé à 100 %, de marque Dekavie, pour sa propre terrasse.

Au moment de l’achat, une terrasse de planches recyclées de marque Dekavie coûte plus cher que le bois traité, mais moins cher que le bois composite, dont la quincaillerie requise fait augmenter le prix, indique l’entrepreneur. « Le Dekavie coûte moins de 10 $ le pied carré, contre environ 13 $ ou 14 $ le pied carré pour le bois composite et 5,50 $ ou 6 $ le pied carré pour le bois traité, précise-t-il. Cette année, le prix du bois traité a augmenté d’environ 25 %. Sauf qu’un contrat d’entretien vient avec. »

L’augmentation du prix du bois traité joue en faveur du produit Dekavie, qui était auparavant considéré comme inabordable, fait remarquer Emmanuel Cosgrove, directeur général d’Écohabitation.

Le plastique recyclé va durer plus longtemps que le bois traité. C’est en plus un produit du Québec sur toute la ligne, étant issu de la récupération du plastique.

Emmanuel Cosgrove, directeur général d’Écohabitation

Les produits de marque Dekavie sont fabriqués à l’aide de plastique récupéré post-consommation et post-usinage, ce qui permet d’en contrôler la couleur. Ils sont distribués par l’entreprise familiale Agriclé, située à Sainte-Cécile-de-Milton, fondée par Véronique Dion et René Cloutier. Leur fille, Elisabeth Cloutier, donne le crédit à sa mère et à son frère, Jean-Rémi, pour avoir redonné aux planches de plastique recyclé à 100 % leurs lettres de noblesse, travaillant sans relâche au cours des dernières années. La clé ? Fournir de l’accompagnement pour l’installation afin d’obtenir de bons résultats.

Reculer pour mieux rebondir

L’entreprise Produits Re-Plast fabrique quant à elle sa propre collection de planches de plastique recyclé à 100 %, de marque Perma-Deck, dans son usine située à Notre-Dame-du-Bon-Conseil. Il s’agit de l’une des trois divisions de l’entreprise, qui s’est dissociée de Cascades en 2014. Cette division a alors été acquise par Laurent Lemaire, qui en assure toujours la présidence.

PHOTO JULIE ALLARD, FOURNIE PAR PRODUITS RE-PLAST

Produits Re-Plast travaille dans les coulisses pour refaire l’image des produits Perma-Deck. De nouvelles couleurs devraient être offertes à l’automne.

La firme a décidé de prendre un pas de recul, en 2017, retirant ses produits Perma-Deck des magasins de grande surface, explique Marc Francœur, directeur général de l’entreprise.

C’est un produit luxueux, qui gagne à être bien installé. Notre créneau est plus celui du marché spécialisé, on aime travailler avec des installateurs certifiés.

Marc Francœur, directeur général de Produits Re-Plast

Pour l’instant, simplement en répondant à la demande, la vente de produits Perma-Deck représente environ 25 % du chiffre d’affaires de Produits Re-Plast, révèle M. Francœur. Son équipe compte relancer la marque à l’automne, dotée d’une nouvelle image. Ayant mis au point de nouvelles couleurs, elle espère doubler les ventes.

Le moment est bien choisi, croit M. Francœur. La nouvelle génération veut consacrer son temps aux loisirs et à sa famille. Pas à décaper des fenêtres et des terrasses.

Consultez le site de Dekavie Consultez la page Facebook de Patio Boulianne Consultez le site de Produits Re-Plast