Le printemps annonce la floraison des bulbes plantés à l’automne, mais aussi le retour des bulbes d’été : dahlia, canna, glaïeuls ou bégonias tubéreux. Flamboyantes lorsqu’elles s’ornent de fleurs aux dimensions généreuses et vives en couleurs, ces plantes ont aussi l’avantage de se bonifier d’année en année. Généreuses ? Certes. Avec un peu de chaleur et quelques soins.

Isabelle Morin
Isabelle Morin La Presse

Contrairement aux bulbes de tulipes ou de jonquilles que l’on met en terre à l’automne pour les voir éclore au printemps, les bulbes d’été – aussi appelés bulbes tendres ou non rustiques – craignent le froid et la neige, puisqu’ils poussent naturellement dans des climats chauds. Plantés au printemps, ils offrent cependant une floraison spectaculaire au cours de nos chauds mois d’été et profitent de cette période pour multiplier leurs rhizomes. Si on les rentre à l’intérieur aux premiers gels, ils pourront être conservés pour perpétuer le cycle l’année suivante.

PHOTO PIERRE MCCANN, ARCHIVES LA PRESSE

Le canna est hautement ornemental et ajoute de l’exotisme au jardin, comme ici, avec ces Canna Tropicanna. Certaines variétés se retrouvent toutefois dans les assiettes en Amérique du Sud, et on en extrait la fécule à des fins culinaires en Australie.

On trouve en ligne un vaste éventail de bulbes d’été dans des coloris, des dimensions et des formes variées. Ils comptent, parmi leurs attraits, un petit côté exotique qui donne l’impression de voyager à même son jardin, note l’horticultrice Isabelle Caron, en évoquant ces cannas qui, une fois jumelés à quelques palmiers, nous transportent illico dans un univers emprunté aux tropiques !

C’est maintenant !

On plante leurs rhizomes en terre dès que les derniers gels sont écartés. C’est le cas, du moins, pour les glaïeuls et dahlias, dont les fleurs s’épanouiront en juillet et en août. Pour s’assurer de voir fleurir les cannas et les bégonias tubéreux, il faut cependant prendre une longueur d’avance en les plantant à l’intérieur dès le mois de mars ou d’avril, ou en achetant des plants en jardinerie, ce qui s’avère une option plus onéreuse, convient Isabelle Caron, qui est également propriétaire d’une jardinerie à L’Islet. Les rhizomes se seront toutefois multipliés, passant de trois à six chacun, fait-elle remarquer, et pourront être conservés puis replantés l’année suivante.

  • Le glaïeul produit de grandes grappes de fleurs d’une hauteur de 50 à 100 cm, qui font de magnifiques bouquets aux couleurs variées. À planter directement dans un sol réchauffé.

    PHOTO FOURNIE PAR LA SOCIÉTÉ DES GLAÏEULS DU QUÉBEC

    Le glaïeul produit de grandes grappes de fleurs d’une hauteur de 50 à 100 cm, qui font de magnifiques bouquets aux couleurs variées. À planter directement dans un sol réchauffé.

  • Les glaïeuls nains (Gladiolus nanus) sont naturellement plus rustiques que les grands glaïeuls (hybrides grandiflores). Recouverts d’une épaisse couche de paillis, puis de neige, certains arrivent à survivre au froid en pleine terre.

    PHOTO FOURNIE PAR LA SOCIÉTÉ DES GLAÏEULS DU QUÉBEC

    Les glaïeuls nains (Gladiolus nanus) sont naturellement plus rustiques que les grands glaïeuls (hybrides grandiflores). Recouverts d’une épaisse couche de paillis, puis de neige, certains arrivent à survivre au froid en pleine terre.

1/2
  •  
  •  

Plantés directement en terre à l’extérieur, les bulbes du canna n’auront pas l’occasion de développer leurs boutons floraux avant le gel. Bien sûr, il serait dommage d’ignorer de si jolies fleurs, mais elles génèrent toutefois un feuillage tropical bordeaux, vert ou panaché, qui vaut le coup d’œil à lui seul… Pour la première année du moins, si on choisit d’aller de l’avant avec des bulbes.

Frileuses, mais pas si douillettes

Ces plantes aiment le plein soleil, tolèrent parfois la mi-ombre et n’exigent pas de soins particuliers, ou presque, durant l’été, une fois plantées. Bien plantées, précisons-le, en respectant la bonne profondeur de sol inscrite sur le sachet de bulbes et en orientant la pointe de croissance du rhizome (qui se reconnaît à un petit renflement d’où émergera la tige) vers le haut, ce qu’omettent parfois les débutants. On les saupoudre ensuite de fertilisant mycorhizien, avant de les recouvrir de terreau riche, mais bien drainé. On pourra ensuite les oublier en attendant qu’ils nous épatent avec la beauté de leur panache.

PHOTO FOURNIE PAR ISABELLE CARON

Isabelle Caron, horticultrice

Évitez les arrosages trop intenses qui risquent de faire pourrir le rhizome. C’est un bulbe. Il ne va donc pas boire et capter l’eau autant que s’il avait un système racinaire développé.

Isabelle Caron, horticultrice

  • Le bégonia de Bolivie entre en dormance en automne. Il se multiplie et s’entretient comme le bégonia tubéreux.


    PHOTO CLAUDE VALLÉE, FOURNIE PAR LES EXCEPTIONNELLES 2013

    Le bégonia de Bolivie entre en dormance en automne. Il se multiplie et s’entretient comme le bégonia tubéreux.

  • On les traite souvent comme des annuelles dans les climats nordiques. Cependant, les bégonias tubéreux produisent généralement des tubercules qui peuvent être mis en dormance à l’intérieur, en hiver. Assurez-vous que c’est bien le cas auprès des experts de votre centre jardinier.

    PHOTO CLAUDE VALLÉE, FOURNIE PAR LES EXCEPTIONNELLES 2013

    On les traite souvent comme des annuelles dans les climats nordiques. Cependant, les bégonias tubéreux produisent généralement des tubercules qui peuvent être mis en dormance à l’intérieur, en hiver. Assurez-vous que c’est bien le cas auprès des experts de votre centre jardinier.

1/2
  •  
  •  

En dormance pour l’hiver

Pour conserver les bulbes, on les sort de terre à l’automne, après le premier gel, puis on les laisse sécher pendant quelques jours afin de les dégager du surplus de terre humide qui les recouvre. L’humidité pourrait entraîner la pourriture des bulbes. Coupez ensuite les tiges et entreposez les rhizomes dans un filet ou un sac de papier au frais (idéalement, de 5 à 10 °C) et à l’ombre, suggère Isabelle Caron. Au printemps suivant, on pourra séparer les rhizomes avant de les transplanter.

PHOTO VAN ZYVERDEN, FOURNIE PAR LE NATIONAL GARDEN BUREAU

Les fleurs du dahlia peuvent atteindre des dimensions étonnantes, certaines aussi grosses qu’une assiette !

Dans le cas du canna, si la plante est en pot, elle peut être rentrée telle quelle, sans être déterrée, mais en coupant le feuillage au sol, indique pour sa part Larry Hogdson sur son blogue horticole. Les rhizomes peuvent ainsi dormir dans le pot tout l’hiver.

Il est également possible de garder la plante en croissance à l’intérieur entre deux saisons de jardinage en la traitant comme une plante d’intérieur. Dans ce cas, elle continuera à pousser sans interruption dans la mesure où elle dispose d’un maximum de soleil. Veiller tout de même à diviser éventuellement les rhizomes qui feront autrement éclater le pot sous la pression, prévient l’horticulteur.