Il n’y a pas si longtemps, on ne se posait pas trop de questions lorsqu’on invitait des gens chez soi. Malgré les précautions nécessaires, il est encore possible de recevoir à la maison dans le plaisir et sans sacrifier le style. La Presse a parlé à des experts qui nous donnent leurs conseils.

Sophie Ouimet Sophie Ouimet
La Presse

« Le concept d’hôtesse n’existe plus dans le contexte de la pandémie », lance d’emblée Karine Matte. La styliste d’intérieur jouit pourtant d’un lieu sans pareil pour recevoir, dans son immense cour colorée du Vieux-Longueuil. Elle a ainsi réfléchi à des manières de continuer à inviter des gens à la maison sans avoir à trop se rapprocher.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Un exemple de station que l’on peut aménager : un long banc jaune, des chaises, une petite table, une glacière.

« Dans une cour, ce qui est intéressant, c’est qu’on peut créer des zones, énonce la professionnelle du design aux mille idées. Le but, c’est de ne pas mélanger les familles. » Ainsi, ceux qui reçoivent prennent la table principale, comme dans le bon vieux temps. Pour les invités, on aménage des stations qui sont indépendantes et situées à bonne distance les unes des autres.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Chaque famille possède ses propres assiettes, verres et ustensiles. Afin de réduire les risques en temps de pandémie, il est malheureusement plus pratique et sécuritaire d’opter pour des couverts jetables.

Dans chacune de ces sections, les familles ont tout ce qu’il faut pour éviter de partager les mets et les boissons. Chaque cellule possède sa propre glacière, ses propres couverts et sa propre poubelle, même. « Les gens amènent leurs boissons et leur glacière, dans laquelle c’est eux-mêmes qui pigent. Donc c’est plutôt un libre-service ; on ne peut plus dire ‟c’est bon, je m’en vais te chercher une bière” comme à l’époque ! », précise-t-elle.

Chacun a sa petite indépendance dans la cour, en respectant évidemment la distanciation. On peut tout de même se parler, mais l’idée est que chacun est indépendant.

La styliste d’intérieur Karine Matte

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

La table principale entourée des différentes zones qui peuvent être déployées dans la cour.

Pour les stations, il ne faut pas s’attendre au même niveau de confort qu’offre la table classique, mais cela fait aussi partie de l’expérience, souligne la styliste. Par exemple, on peut aménager un banc devant une petite table basse, avec une glacière posée à côté, qui s’apparentera davantage à un style lounge. « On s’entend qu’on mange sur nos genoux un peu ! Parce que ça ne sert à rien d’acheter trois tables de salle à manger. Un, on n’a pas les sous, et deux, ce n’est pas ça, le but. C’est plutôt de s’arranger avec ce qu’on a, pour créer quelque chose d’hyper convivial. »

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Un autre exemple (tout aussi ludique) d’aménagement pour une zone familiale

Oser la couleur

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Dans la cour de Karine Matte, il n’y a jamais trop d’accessoires colorés

Karine Matte insiste sur un autre élément, qui fait aussi partie de sa marque de commerce : la couleur. En ces temps difficiles où l’actualité est un peu morose, ces petites taches vives agissent comme un baume pour chasser les mauvaises nouvelles le temps d’une soirée.

« C’est le temps de sortir les couleurs, fait-elle valoir. Il y en a trop ? Ce n’est pas grave ! » Chez elle, ce n’est pas le choix qui manque : les fanions mexicains côtoient les anciennes boules du Village gai ainsi que toutes sortes d’articles décoratifs, souvent des souvenirs de voyage qui rappellent le bord de mer.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Pas besoin d’acheter tout le nécessaire pour l’extérieur non plus, puisqu’elle invite les gens à utiliser quelques éléments de leur déco intérieure dans la cour. « Sors-le, ton jeté en tissu, mets-le par terre ! lance-t-elle en riant. Au pire, si on craint qu’un vase en verre se renverse, on peut toujours utiliser de vieilles bouteilles de vin pour les transformer en vases à fleurs. Ça ne coûte rien, la créativité. » Et, en plus de joindre l’utile à l’agréable, ces objets peuvent facilement mettre de la vie dans une soirée.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LAPRESSE

« L’idée, c’est de rendre ça joyeux et d’avoir du plaisir quand même », résume Karine Matte. Et ce, même chacun de son côté !

> Consultez le site de Matte & Glossy