Il n’y a pas si longtemps, on ne se posait pas trop de questions lorsqu’on invitait des gens chez soi. Malgré les précautions nécessaires, il est encore possible de recevoir à la maison dans le plaisir et sans sacrifier le style. La Presse a parlé à des experts qui nous donnent leurs conseils.

Sophie Ouimet Sophie Ouimet
La Presse

Demandez à Stéphanie Guéritaud si elle a reçu des gens chez elle en cette ère pandémique, et la réponse fusera : non. Trop compliqué, espace réduit dans la cour, risque trop grand. Ce que la styliste déco a fait, toutefois, ce sont des repas de distanciation physique avec ses beaux-parents, de balcon à balcon, puisqu’ils habitent tous le même triplex multigénérationnel !

« Mes beaux-parents vivent en Espagne, mais ils passent la moitié de l’année au Canada, explique l’auteure du blogue Déconome. Ils sont arrivés juste avant la pandémie, les frontières ont fermé, donc ils sont restés tout le long dans le petit appartement qu’ils louent à l’étage. »

Le triplex sur deux étages du quartier Villeray est effectivement séparé par familles : Stéphanie, son mari et les enfants vivent dans l’appartement qui s’étend au rez-de-chaussée et sur la moitié de l’étage, alors que l’autre moitié de l’étage du haut est occupée par un deuxième logement, habité par les beaux-parents quand ils sont en ville.

On ne voulait surtout pas risquer de les infecter, mais quand c’était le plus fort de la pandémie et qu’on n’avait pas le droit de recevoir, on s’était trouvé des petits trucs pour pouvoir quand même manger ensemble.

Stéphanie Guéritaud, styliste

Ils ont donc installé une table ronde sur le balcon à l’étage, entre les deux appartements. Ils peuvent ainsi s’asseoir – et même manger – en famille tout en respectant les règles de distanciation physique. Testée et approuvée, cette solution s’est avérée assez efficace pour partager un gigot d’agneau à l’occasion de Pâques. Puisque le balcon donne sur la cuisine de l’appartement du haut (où la table ronde, pliante, est habituellement rangée), les beaux-parents avaient déjà tranché la viande et préparé les assiettes, ne restait plus qu’à servir.

Ce fut un tel succès que l’arrangement a été réutilisé à d’autres occasions… et sert d’ailleurs toujours. « En fait, tous les jours, mes beaux-parents donnent des cours d’espagnol aux enfants, toujours avec les 2 m de distance, sur le balcon. Donc on a utilisé beaucoup cette technique de table ronde, depuis le début, et ça a bien marché. »

PHOTO GETTY IMAGES

En ville, l’espace dans les cours arrière est souvent réduit, mais il existe des façons de les aménager pour encourager la distanciation.

Tables et chaises pliantes

Si, personnellement, Stéphanie Guéritaud préfère ne pas recevoir d’amis en ce moment, la styliste déco a quand même réfléchi à quelques trucs qui pourraient permettre les occasions sociales en toute sécurité.

D’abord, un accessoire assez indispensable, selon elle, est la table pliante. « Ça permet de dédoubler une table pour avoir les 2 m de distance. Donc on a nous-mêmes notre table de jardin, et on vient ajouter cette table pliante, soit en L, soit en double, pour créer une tablée beaucoup plus grande, ce qui permet de tous nous asseoir autour sans avoir à nous approcher trop. »

La table est aussi munie d’une poignée, ce qui permet de la transporter facilement. Les invités peuvent arriver avec, à moins qu’on en ait une chez soi, qu’on peut ranger dans le hangar, toute prête pour les occasions spéciales.

PHOTO TIRÉE DU SITE DE CANADIAN TIRE

Table pliante avec poignée de transport, 89,99 $, chez Canadian Tire

L’autre conseil, qui va de pair avec le premier, est de laisser une chaise sur deux vide, question d’empêcher les gens de s’asseoir trop près les uns des autres. Et pour faire passer définitivement l’envie de jouer à la chaise musicale, on peut poser des objets dessus.

Il y a plusieurs façons de décorer ces chaises-là pour inciter les gens à ne pas s’y asseoir. On peut y mettre par exemple des ballons, y poser des plantes, ou encore dire aux enfants de mettre leurs toutous dessus. Donc on assigne une place vide chaque fois à côté d’une autre place, ce qui fait que les invités n’ont pas le réflexe de trop se rapprocher.

Stéphanie Guéritaud, styliste

En effet, plus une soirée avance, plus il est difficile de respecter les règles de distanciation, croit Stéphanie. « On arrive au début avec de bonnes intentions, et après avoir pris quelques coupes de vin, je pense que c’est adieu la distanciation pour tout le monde. »

D’où l’idée de miser sur l’arrangement des meubles plutôt que sur la volonté des gens, qui, aussi bonne soit-elle, a peu de chances de passer l’épreuve des heures. « Je pense que ça doit être clair dès le début, avec le mobilier placé de façon à ce qu’on le fasse bien respecter, que ce soit par la table double ou les chaises qui sont vides. »

Une ultime idée, non matérielle cette fois, pourra aussi aider à faire passer le tout : « Il faut qu’il y ait un maître de cérémonie qui boive un peu moins que les autres, et qui s’assure ainsi que tout le monde respecte les règles ! » conclut Stéphanie en riant.

On peut se procurer une table pliante notamment chez Canadian Tire.

> Consultez le site de Canadian Tire

> Consultez le blogue Deconome