Les avantages et vertus du jardinage sont connus depuis longtemps, mais plus que jamais, mettre ses mains à la terre et en récolter les fruits, légumes et autres petits trésors fait du bien

Isabelle Morin Isabelle Morin
La Presse

« Souvent, les gens veulent recréer l’esprit de leurs voyages dans des endroits exotiques, au jardin. C’est une tendance assez forte actuellement », témoigne Jocelyn Lussier, de l’entreprise Topia. Pour camper ce style, l’horticulteur et architecte paysagiste utilise des matériaux et des végétaux qui rappellent le Sud et les tropiques, en misant, dans les deux cas, sur les textures et les contrastes.

Sur le plan architectural, les volumes adoptent des lignes courbes pour un style naturel. L’expert aime toutefois marier ce style à des lignes graphiques qui donnent une allure contemporaine à l’ensemble et mettent en valeur la souplesse des végétaux. Pour éviter un effet surchargé, conseille-t-il, on met l’accent sur une à trois plantes, selon les dimensions de sa cour, et cinq ou six autres variétés qui serviront de liant entre les massifs.

PHOTO SAMY BENAMMAR, FOURNIE PAR TOPIA

Une piscine invite des lignes plus épurées qui mettent ici en valeur les diverses tonalités et formes de feuillages.

Un arbre comme le magnolia ou l’érable japonais prennent des airs de parasol avec des plantes tapissantes à leur base. Le vinaigrier, qui reprend la forme d’un bonsaï, sera mis en vedette par un massif de fougères. « Ce sont autant de compositions où les végétaux se mettent mutuellement en valeur, illustre l’architecte en paysagement. Quand les plantes sont en compétition pour attirer le regard, l’effet s’annule. »

Dans la forêt tropicale

La végétation est stratifiée et le feuillage, dense, nuancé, enveloppant, dans la jungle. Est-ce pour aller chercher un maximum de lumière que les feuilles des végétaux y sont de dimensions imposantes ? C’est une hypothèse très plausible, selon Jocelyn Lussier. Quant aux fleurs, elles sont peu nombreuses, contrairement à ce qu’on retrouve dans les jardins anglais. Mais elles sont larges et flamboyantes.

Les plantes exotiques sont frileuses, mais certaines se plaisent dans nos jardins en été. C’est le cas notamment du cana, des palmiers, de l’alocasia, de l’hibiscus ou des plantes fruitières, comme le grenadier, l’oranger, le citronnier ou le figuier, dont on retrouve une gamme de plus en plus étoffée dans les centres jardins. Avec une protection adéquate l’hiver et de bons soins, l’étonnant bananier Musa basjoo s’acclimate même à nos régions plus tempérées.

PHOTO SAMY BENAMMAR, FOURNIE PAR TOPIA

Le cœur d’une fleur d’échinacée

« Comme il faut généralement rentrer les plantes exotiques à l’intérieur en fin d’été et qu’elles exigent plus d’entretien, il est préférable de ne pas en inclure trop dans l’aménagement, conseille l’expert en jardins. Utilisez surtout des plantes rustiques qui simplifient le jardinage et prendront de l’expansion d’année en année. »

Des végétaux adaptés à notre climat

Certains végétaux rustiques ont les caractéristiques des belles du Sud, sans les exigences. Du côté des vivaces, on pense aux fougères aux feuillages lancinés, incontournables en format surdimensionné ou dans leurs plus petites variantes japonaises. C’est le cas aussi de plusieurs variétés de graminées et de hostas géants, comme le Blue mammoth.

Avec leurs feuilles larges et de forme arrondie, la pétasite, l’astilboïde ou le darmera ressemblent aux plantes à ombrelles des milieux chauds. Les tapissantes pachysandre ou brunnera soulignent, quant à elles, le caractère exotique du jardin avec discrétion, en agissant comme traits d’union entre les plantes vedettes.

PHOTO SAMY BENAMMAR, FOURNIE PAR TOPIA

Il existe plus de 70 espèces d’alocasia. Au sol, les feuilles à la teinte jaune sont celles de la vinca panaché.

Chez les arbres et arbustes, le parfumé chletra et l’hydrangée (on trouve plusieurs nouveaux cultivars intéressants d’arborescens ou de macrophylla, comme le Paris) mettent des accents de couleurs au jardin avec leurs fleurs imposantes. On ne peut ignorer, non plus, l’effet gracieux des vinaigrier, magnolia, catalpa ou érable japonais dans une petite oasis. Les conifères y ont peu leur place, mis à part quelques exceptions comme l’if et la pruche, mais certains feuillages persistants (rhododendron, houx) apportent une touche de vert à la cour, même en hiver.

Mettez-y de l’ambiance

« L’éclairage a un rôle important dans ce type d’aménagement. Il donne un effet dramatique à l’ensemble. Comme les plantes exotiques ont des feuillages très larges, on peut les utiliser pour faire de belles projections sur les murs, suggère Jocelyn Lussier. En éclairage d’appoint, on ajoute des lanternes ou de grosses bougies. »

L’ipé, un bois franc exotique, adopte une teinte brun-roux une fois huilé. On l’utilise généralement pour les terrasses dans ce style de décor, tandis que le mobilier se pare de teck. « On crée des contrastes de couleurs pour les matières inertes, avec des bois foncés et des pierres de couleur pâle, ou l’inverse », ajoute le spécialiste. Les galets se présentent dans des teintes allant du plus pâle au plus foncé et ont un effet des plus intéressants, selon lui. Mieux vaut garder les clôtures foncées pour mettre en valeur la végétation. Recouvertes de vigne, elles s’effacent par ailleurs pour créer un décor enveloppant.

PHOTO SAMY BENAMMAR, FOURNIE PAR TOPIA

Les terrasses n’échappent pas à la tendance comme en fait foi ce projet de Topia, en cours au Charlotte, sur le canal de Lachine.

Pour les accessoires, que vous inspirent les tropiques ? Les hamacs, les toiles d’ombrage, les poteries, les souvenirs ramenés de vacances ? Sachez que les matières rustiques ont leur place dans les aménagements exotiques. On évite d’ailleurs le métal et les autres matériaux froids au profit de ceux qui ajoutent de la chaleur à l’ambiance et rehaussent la beauté d’une végétation luxuriante.

Dans cette réalisation de Topia, des touches d’exotisme se marient aux lignes droites pour créer une composition très contemporaine.

Consultez le site de Topia