Les avantages et vertus du jardinage sont connus depuis longtemps, mais plus que jamais, mettre ses mains à la terre et en récolter ses fruits, légumes et autres trésors fait du bien.

Isabelle Morin Isabelle Morin
La Presse

Le jardin est garni d’herbes aromatiques qu’on trépigne d’intégrer à nos plats. Quelques astuces permettent d’en tirer le meilleur tout au long de la belle saison. Renée Gélineau, cheffe horticultrice pour l’entreprise d’aménagement de potagers urbains Semis urbains, nous présente ses conseils et répond à nos questions.

À partir de quand peut-on prélever des fines herbes après leur plantation ?

Il est préférable d’attendre trois semaines, le temps que la plante développe son système racinaire et qu’elle s’établisse dans son nouvel environnement.

Combien de la plante peut-on prélever à chaque récolte ?

On peut en récolter le tiers sans que la plante n’en souffre. Si on a procédé à une coupe généreuse, il est toutefois préférable d’attendre deux ou trois semaines qu’elle gagne en volume avant de se servir de nouveau. On peut aussi faire une première grande récolte à la mi-saison, au moment où apparaissent les premiers bourgeons, puis récolter la plante entière à la seconde floraison à la fin de l’été.

Comment tailler nos fines herbes ?

Mieux vaut récolter une portion de tige plutôt que des feuilles éparses. En procédant de la sorte, on permet à la plante de se diviser en générant deux tiges plutôt qu’une à l’endroit de la coupe. La plante devient ainsi plus fournie. Ce procédé retarde également le moment de sa floraison. Pour conserver l’aspect ornemental des herbes aromatiques, on récolte des tiges çà et là en favorisant une cueillette sur le pourtour de la plante, où sont situées les tiges plus anciennes. On procède délicatement et au ciseau, pour ne pas abîmer le plant.

PHOTO ARCHIVES MGC

L'horticultrice Renée Gélineau, de Semis urbains

Doit-on retirer ou non les fleurs ?

Les pollinisateurs les adorent. Les cuisiniers, beaucoup moins. Une fois la floraison amorcée, la plante se concentre en effet sur sa production de fleurs. Les feuilles perdent alors de leur saveur. Certains cuisiniers les conservent sur le plant pour le plaisir de les déguster. Celles de ciboulette sont d’ailleurs excellentes. Mais à moins de vouloir les intégrer à ses plats, on doit couper les bourgeons dès qu’ils se pointent. On pourra toujours les récupérer dans nos préparations culinaires. Dans le doute, plantez deux plants de la même fine herbe : l’un que vous utiliserez pour ses fleurs et l’autre, pour ses feuilles.

Quand sait-on que la plante est en fin de cycle ?

Lorsque la plante fleurit et monte en graines, ce qui se produit de façon hâtive dans le cas de la coriandre, qu’on a intérêt à ressemer toutes les trois semaines. Petite astuce : en laissant ses graines retomber au sol, la plante se ressèmera d’elle-même pour repousser l’année suivante. C’est aussi le cas pour l’aneth, l’agastache ou la mélisse. Le défi sera de se souvenir de l’emplacement de ces herbes l’année d’après. Prenez des notes ou des photos du jardin afin de repérer les nouvelles pousses au printemps.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Une fois la floraison amorcée, la plante se concentre sur sa production de fleurs. Les feuilles perdent alors de leur saveur.

Pincer les tiges… oui, mais encore ?

Pincer les tiges signifie qu’on retire, du bout des doigts, le nœud de nouvelles feuilles qui s’installe à l’extrémité des tiges. Le principe s’applique aux plantes qui ont des tiges tendres comme le basilic. Elles deviennent ainsi plus denses.

Les fines herbes ont-elles besoin d’un entretien particulier ?

Si on leur a donné du compost et un bon terreau au moment de la plantation, il n’y a pas de raison de les fertiliser plus tard en saison. L’important est de veiller à ce que les plants soient bien hydratés. L’arrosage devrait se faire tous les deux ou trois jours, ou quotidiennement en temps de canicule. En pots, les fines herbes se déshydratent plus rapidement puisqu’elles ont accès à un moins grand volume de terre. Elles ont donc besoin d’un arrosage plus régulier. Dans tous les cas, on peut savoir si la plante a besoin ou non d’être arrosée en enfonçant une phalange dans son terreau. Si le doigt en sort sec, c’est que la plante a soif !