Les municipalités encadrent habituellement l'utilisation des foyers extérieurs au bois: elles exigent que les appareils soient placés à une certaine distance des bâtiments ou des limites des terrains et qu'ils soient dotés de pare-étincelles. Dans la région métropolitaine, plusieurs villes ou arrondissements vont beaucoup plus loin et les interdisent carrément. C'est le cas notamment de Brossard, de l'agglomération de Montréal et de l'arrondissement du Vieux-Longueuil.

Danielle Bonneau LA PRESSE

Depuis février, en vertu du règlement sur le Service de sécurité incendie de Montréal, adopté par le conseil d'agglomération de Montréal, les feux de joie, de foyer, de brasero, de bûcher et tout autre feu en plein air sont interdits dans tout le territoire. Celui-ci englobe la Ville de Montréal et les 15 autres municipalités de l'île, qui ont commencé à leur tour à adopter un règlement harmonisé pour prévenir les incendies. Cela a déjà été fait à Montréal, Baie-d'Urfé, Sainte-Anne-de-Bellevue, Dorval, Beaconsfield, Kirkland, Dollard-des-Ormeaux, Hampstead, Montréal-Est, Mont-Royal et Westmount. «Une mise à jour a été effectuée pour moderniser et uniformiser la réglementation dans l'île», explique Stéphane Archambeault, chef de section au Service de sécurité incendie de Montréal pour l'expertise réglementaire.

L'interdiction d'utiliser des foyers extérieurs au bois s'applique dorénavant partout dans l'île. «Nous étions préoccupés par cela, précise M. Archambeault. Tous les règlements qui existaient auparavant disaient différentes choses. Il y a aussi le règlement 90 du conseil métropolitain de Montréal sur l'assainissement de l'air, qui établit la quantité maximale de produits polluants rejetés dans l'air et interdit les foyers ouverts au bois, car il n'y a aucun contrôle sur les émanations.»

Sécurité

Les foyers extérieurs au bois étant défendus partout dans l'agglomération de Montréal, aucune règle de sécurité liée à leur utilisation n'est donc prévue, explique Stéphane Archambeault.

Quant aux foyers extérieurs au gaz, ils doivent être homologués et utilisés selon les directives du fabricant. «Il ne faut pas les mettre sous une tente, à proximité de tissus ou d'autres matériaux combustibles, dit-il. Mais il n'y a pas de contre-indication, car le brûleur peut être fermé en cas de problème et l'intensité de la chaleur peut être contrôlée.»

Dans les municipalités où les foyers extérieurs au bois sont autorisés, certaines conditions dictent leur utilisation. Dans certains secteurs de Longueuil (Greenfield Park, LeMoyne, Saint-Hubert), à Sainte-Julie, à Laval et à Blainville, par exemple, ils doivent être placés à une distance minimale de la limite de propriété et de tout bâtiment, et doivent être dotés d'un pare-étincelles. Il faut aussi s'assurer que la fumée ne dérange pas les voisins. Ceux-ci pourraient s'en plaindre en vertu de règlements municipaux sur les nuisances.

Photo: Canadian Tire

Avec ses quatre panneaux ajustables, le modèle Luca peut servir à la fois de table, de foyer au bois et de glacière. Environ 300$.