Source ID:593263; App Source:cedromItem

Les chasseurs de maisons

  • Denis Paquette fait carrière comme directeur des lieux de tournage depuis 1997. «Et j'ai commencé comme recherchiste», rappelle-t-il. Parmi ses maisons vedettes, notons, outre le duplex d'<em>Un sur 2</em>, la maison qui sert de lieu de tournage pour la comédie <em>Les beaux malaises</em>. Il a aussi travaillé pour la série <em>Les rescapés</em> et le court-métrage <em>Henry</em>. (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

    Plein écran

    Denis Paquette fait carrière comme directeur des lieux de tournage depuis 1997. «Et j'ai commencé comme recherchiste», rappelle-t-il. Parmi ses maisons vedettes, notons, outre le duplex d'Un sur 2, la maison qui sert de lieu de tournage pour la comédie Les beaux malaises. Il a aussi travaillé pour la série Les rescapés et le court-métrage Henry.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

  • 1 / 4
  • Véritable doyenne du milieu, Michèle St-Arnaud a repéré des lieux de tournage alors que le métier n'existait pas encore officiellement. Parmi ses premiers films, on note Les bons débarras. Son tableau de chasse est impressionnant et comporte beaucoup de tournages américains en sol québécois, dont <em>X-Men: Days of Future Past</em> et <em>The Curious Case of Benjamin Button</em>. Dernièrement, elle a travaillé sur le tournage du film <em>Stonewall</em>. (PHOTO NINON PEDNAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Véritable doyenne du milieu, Michèle St-Arnaud a repéré des lieux de tournage alors que le métier n'existait pas encore officiellement. Parmi ses premiers films, on note Les bons débarras. Son tableau de chasse est impressionnant et comporte beaucoup de tournages américains en sol québécois, dont X-Men: Days of Future Past et The Curious Case of Benjamin Button. Dernièrement, elle a travaillé sur le tournage du film Stonewall.

    PHOTO NINON PEDNAULT, LA PRESSE

  • 2 / 4
  • Parmi les trophées de la «chasseuse» de lieux, Mélanie Lessard, on note la maison du film <em>C.R.A.Z.Y.</em> (à titre d'assistante) et celles du film <em>Café de Flore</em>. Sans compter la maison principale du prochain film réalisé par Ricardo Trogi. Elle a aussi travaillé sur la série <em>19-2</em> (2e saison) et le nouveau film <em>Henri Henri</em>, de Martin Talbot, qui sortira en salle cet automne. (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

    Plein écran

    Parmi les trophées de la «chasseuse» de lieux, Mélanie Lessard, on note la maison du film C.R.A.Z.Y. (à titre d'assistante) et celles du film Café de Flore. Sans compter la maison principale du prochain film réalisé par Ricardo Trogi. Elle a aussi travaillé sur la série 19-2 (2e saison) et le nouveau film Henri Henri, de Martin Talbot, qui sortira en salle cet automne.

    PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

  • 3 / 4
  • D'abord technicienne en laboratoire de photos professionnelles, Suzanne Laverdure a débuté comme recherchiste des lieux de tournage pour le film <em>La Conciergerie</em>. Au fil des ans, elle a multiplié les tournages. On lui doit plusieurs bonnes «prises», dont les maisons qui figurent dans les films <em>Les 3 p'tits cochons</em>, <em>Le règne de la beauté</em> et <em>Le vrai du faux</em>. (PHOTO HUGO-SéBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    Plein écran

    D'abord technicienne en laboratoire de photos professionnelles, Suzanne Laverdure a débuté comme recherchiste des lieux de tournage pour le film La Conciergerie. Au fil des ans, elle a multiplié les tournages. On lui doit plusieurs bonnes «prises», dont les maisons qui figurent dans les films Les 3 p'tits cochons, Le règne de la beauté et Le vrai du faux.

    PHOTO HUGO-SéBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

  • 4 / 4
Lucie Lavigne
Lucie Lavigne
La Presse

Ils «chassent» les maisons et les appartements, mais aussi les restos, les entrepôts, les hôtels... Bref, tous les lieux de tournage à l'extérieur des studios. Des «chasseurs de maisons» nous font entrer dans les coulisses du métier.

Ils ont d'abord porté le titre de régisseur d'extérieurs (location manager, en anglais). Aujourd'hui, on les appelle directeurs des lieux de tournage, et on en dénombre 59 parmi les membres de l'Alliance québécoise des techniciens de l'image et du son (AQTIS).

Selon l'ampleur d'un film ou d'une télésérie, un directeur des lieux de tournage, un travailleur pigiste qui est embauché par la maison de production, s'entourera d'assistant(s) directeur(s) des lieux de tournage et de recherchiste(s). Il lui arrive aussi de faire lui-même du repérage.

«Dès que les caméras sortent d'un studio, nous entrons en action, explique Denis Paquette, directeur des lieux de tournage. Notre rôle est de développer et de régir les liens avec les propriétaires, leurs voisins... Nous sommes responsables du lieu pendant toute la durée du tournage, et nous veillons à obtenir les permissions et les autorisations requises.»

La maison idéale

Le travail du directeur des lieux de tournage commence avec la lecture du scénario, suivie d'une rencontre avec le réalisateur et le directeur artistique. C'est à cette étape que les ambiances et les caractéristiques des lieux, dont les maisons, sont établies. Aucun style d'habitat n'est ignoré, car c'est le scénario qui dicte la maison idéale à trouver, rappelle Michèle St-Arnaud, directrice des lieux de tournage, qui travaille principalement pour les tournages américains au Québec.

Porte-à-porte

Dès que le repérage commence, les «chasseurs» se plongent dans leur banque de photos. Sans oublier Google Maps et Google Earth, de précieux outils. Dans la foulée, recherchistes, assistants et même parfois directeurs partent sur la route et déposent des lettres. «Pour une maison particulièrement intéressante, on peut y retourner le soir afin d'observer l'intérieur. Et quand le propriétaire d'une maison que l'on convoite ne nous rappelle pas, on peut (c'est déjà arrivé) se garer devant la propriété, à l'heure du souper, afin de pouvoir lui parler», admet Mélanie Lessard, directrice des lieux de tournage.

Visites

Lorsqu'un propriétaire rappelle et qu'il se montre intéressé, le recherchiste ou l'assistant revient faire des photos. Dès qu'une maison semble appropriée, une deuxième visite et même une troisième, dite technique, sont organisées. «Il faut alors prévoir l'arrivée d'une quinzaine de personnes», calcule Mélanie Lessard. Enfin, si cette dernière visite s'avère concluante, une entente de location est signée entre le propriétaire et la maison de production, qui est représentée par le directeur des lieux de tournage.

Attention à ma maison!

Parquets, murs, objets précieux... Pendant le tournage, des tapis et parfois même des cartons sont installés pour protéger l'intérieur. Mais un accident est vite arrivé. «Malheureusement, on entend encore des histoires d'horreur, déplore Denis Paquette. Mais dans notre métier, comme dans tous les métiers, il y a des gens qui travaillent moins bien que d'autres.» Il rappelle que l'ultime objectif d'un directeur des lieux de tournage est de ramener un lieu dans son état d'origine. «Je rassure les gens en leur rappelant que je les accompagnerai du début à la fin. Dans le fond, on prend soin de leur maison comme si c'était la nôtre», ajoute Suzanne Laverdure, directrice des lieux de tournage.

Les voisins

Un tournage demeure une expérience envahissante non seulement pour les occupants, mais aussi pour le voisinage, qui peut être importuné par l'arrivée de toute une équipe. Places de stationnement occupées, roulottes, camions... C'est d'ailleurs le directeur des lieux de tournage qui veille à distribuer une lettre circulaire (comportant ses coordonnées) aux voisins, afin de les avertir des dates et heures du tournage.

«Ma principale crainte était le dérangement des voisins, surtout pendant un tournage en soirée ou de nuit. J'ai insisté pour que le voisinage immédiat soit dédommagé», témoigne Sabine Karsenti, propriétaire de la maison Ecologia Montréal, qui a servi de lieu de tournage.

À Montréal, dans le cas d'un tournage de nuit ou d'envergure (qui limiterait l'accès à des commerces ou des résidences, par exemple), le Bureau du cinéma et de la télévision de Montréal requerra le consentement du voisinage.

Diminuer l'effet d'envahissement n'est pas sans préoccuper les producteurs. «Pour la production de la télésérie Nouvelle adresse, on a loué une maison à proximité de celle du personnage principal afin d'y loger l'équipe, le matériel, etc. Ainsi, on a pu éliminer des roulottes et des camions dans la rue et minimiser l'impact sur le voisinage», affirme Gilles Legaré, producteur délégué.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • «On a loué notre duplex»

    Maisons

    «On a loué notre duplex»

    C'est dans le duplex d'André Brunet et de Marie Adam qu'évolue la famille d'Un sur 2. Diffusée à TVA, cette télésérie met en scène un couple... »

  • Votre maison sur un plateau: bon à savoir

    Maisons

    Votre maison sur un plateau: bon à savoir

    Avant d'accepter de louer sa propriété pour un tournage, il importe de se renseigner et de se poser des questions. Voici quelques pistes. »

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer
  • Les chasseurs de maisons
    Denis Paquette fait carrière comme directeur des lieux de tournage depuis 1997. «Et j'ai commencé comme recherchiste», rappelle-t-il. Parmi ses maisons vedettes, notons, outre le duplex d'<em>Un sur 2</em>, la maison qui sert de lieu de tournage pour la comédie <em>Les beaux malaises</em>. Il a aussi travaillé pour la série <em>Les rescapés</em> et le court-métrage <em>Henry</em>. (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Denis Paquette fait carrière comme directeur des lieux de tournage depuis 1997. «Et j'ai commencé comme recherchiste», rappelle-t-il. Parmi ses maisons vedettes, notons, outre le duplex d'Un sur 2, la maison qui sert de lieu de tournage pour la comédie Les beaux malaises. Il a aussi travaillé pour la série Les rescapés et le court-métrage Henry.

  • Les chasseurs de maisons
    Véritable doyenne du milieu, Michèle St-Arnaud a repéré des lieux de tournage alors que le métier n'existait pas encore officiellement. Parmi ses premiers films, on note Les bons débarras. Son tableau de chasse est impressionnant et comporte beaucoup de tournages américains en sol québécois, dont <em>X-Men: Days of Future Past</em> et <em>The Curious Case of Benjamin Button</em>. Dernièrement, elle a travaillé sur le tournage du film <em>Stonewall</em>. (PHOTO NINON PEDNAULT, LA PRESSE)

    PHOTO NINON PEDNAULT, LA PRESSE

    Véritable doyenne du milieu, Michèle St-Arnaud a repéré des lieux de tournage alors que le métier n'existait pas encore officiellement. Parmi ses premiers films, on note Les bons débarras. Son tableau de chasse est impressionnant et comporte beaucoup de tournages américains en sol québécois, dont X-Men: Days of Future Past et The Curious Case of Benjamin Button. Dernièrement, elle a travaillé sur le tournage du film Stonewall.

  • Les chasseurs de maisons
    Parmi les trophées de la «chasseuse» de lieux, Mélanie Lessard, on note la maison du film <em>C.R.A.Z.Y.</em> (à titre d'assistante) et celles du film <em>Café de Flore</em>. Sans compter la maison principale du prochain film réalisé par Ricardo Trogi. Elle a aussi travaillé sur la série <em>19-2</em> (2e saison) et le nouveau film <em>Henri Henri</em>, de Martin Talbot, qui sortira en salle cet automne. (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

    PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

    Parmi les trophées de la «chasseuse» de lieux, Mélanie Lessard, on note la maison du film C.R.A.Z.Y. (à titre d'assistante) et celles du film Café de Flore. Sans compter la maison principale du prochain film réalisé par Ricardo Trogi. Elle a aussi travaillé sur la série 19-2 (2e saison) et le nouveau film Henri Henri, de Martin Talbot, qui sortira en salle cet automne.

  • Les chasseurs de maisons
    D'abord technicienne en laboratoire de photos professionnelles, Suzanne Laverdure a débuté comme recherchiste des lieux de tournage pour le film <em>La Conciergerie</em>. Au fil des ans, elle a multiplié les tournages. On lui doit plusieurs bonnes «prises», dont les maisons qui figurent dans les films <em>Les 3 p'tits cochons</em>, <em>Le règne de la beauté</em> et <em>Le vrai du faux</em>. (PHOTO HUGO-SéBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    PHOTO HUGO-SéBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    D'abord technicienne en laboratoire de photos professionnelles, Suzanne Laverdure a débuté comme recherchiste des lieux de tournage pour le film La Conciergerie. Au fil des ans, elle a multiplié les tournages. On lui doit plusieurs bonnes «prises», dont les maisons qui figurent dans les films Les 3 p'tits cochons, Le règne de la beauté et Le vrai du faux.