Source ID:; App Source:

Le bois, objet de noblesse architecturale

Les entrailles de la résidence Roubert.... (Photo Pierre Thibault architecte)

Agrandir

Les entrailles de la résidence Roubert.

Photo Pierre Thibault architecte

Pierre Thibault (collaboration spéciale)
Le Soleil
Salle de bains dans le hangar à bateaux... (Photo tirée du livre Architecture Canada 04) - image 1.0

Agrandir

Salle de bains dans le hangar à bateaux de Muskoka.

Photo tirée du livre <i>Architecture Canada 04</i>

C'est une belle journée ensoleillée du mois de janvier. Il a neigé hier. Le soleil matinal me réchauffe à l'intérieur malgré les - 20ºC à l'extérieur. J'ai la démonstration éloquente que l'orientation sud de la maison est primordiale pour s'assurer de profiter du solaire passif. Cette dose de soleil nous donne l'énergie de sortir pour vivre dans la lumière quelques heures. En route pour une petite expédition jusqu'au refuge Saint-Anselme, situé sur le versant sud de la montagne derrière le mont Sainte-Anne, non loin du mont Ferréol. Nous sommes une dizaine avec mes enfants à affronter le froid pour le plaisir de cette balade en forêt. J'aime marcher dans la forêt. Les arbres se découpent, leurs ombres sur la neige font de superbes dessins. J'aime la forêt, mais j'aime aussi le bois, comme matériau.

Le bouleau blanc, le merisier, un peu plus jaune, le hêtre, qui garde toujours quelques feuilles comme de petits morceaux de parchemin que le vent agite, la pruche avec ses branches si délicates, le pin, dont les aiguilles au vent charment nos oreilles, les érables, qui craquent au grand froid... Je regarde admiratif les arbres et les membres de notre brève expédition qui marchent avec leurs raquettes parmi eux. Nous sommes subjugués par cet environnement naturel qui nous enveloppe de son microclimat formidable ; nous avons tous chaud dans l'effort malgré le froid. Une halte au refuge de bois rond permet une pause pour manger et reprendre nos forces. Cette simple architecture faite des arbres de la forêt nous réchauffe. Le bois a des propriétés qui conviennent à notre climat.

Mes amis européens sont toujours étonnés de retrouver si peu de bois dans nos maisons. Il est vrai que l'ossature de bois que l'on trouve dans la majorité d'entre elles est la plupart du temps recouverte de placoplâtre à l'intérieur et de divers matériaux à l'extérieur.

Propriétés du bois

Le bois est odorant, et chaque essence a un arôme particulier. Je trouve l'odeur du bois apaisante et agréable. Par exemple, le cèdre utilisé dans la salle de bains fera ressortir avec plus d'intensité son odeur.

Il y a aussi les bois mous, les bois durs, les bois avec ou sans noeuds, les bois sombres ou clairs. Le bois est très versatile et il entre dans plusieurs étapes de la construction et dans le développement de nouveaux procédés d'assemblage très performants. Ces dernières techniques permettent de laisser dans nos maisons la structure de bois apparent.

J'ai conçu un nouveau monastère pour les moines d'Oka. Les poutres et les colonnes qui resteront apparentes sont faites en lamellé collé par une compagnie établie à Chibougamau. Celle-ci utilise les têtes des arbres mises habituellement au rebut pour assembler des poutres impressionnantes. Chaque poutre et poteau est constitué de petites sections d'environ deux pouces sur deux pouces qui sont liées ensemble avec de nouvelles colles écologiques. L'effet d'ensemble est surprenant : de loin, on a l'impression de voir une poutre d'un seul morceau, alors que, de plus près, on voit la composition. Ces éléments remplacent avantageusement l'acier.

On utilise aussi beaucoup les poutrelles de bois. Ces dernières reprennent la logique des poutrelles d'acier et sont très économiques. Cette fois, l'assemblage est largement ajouré. On utilise un minimum de bois et on a des portées qui surpassent les madriers de bois massifs. La plupart du temps, on peut appuyer une poutrelle sur deux murs extérieurs opposés sans poteaux pour les soutenir, ce qui laisse toute la latitude pour aménager et modifier les espaces intérieurs. De plus, on peut passer facilement les tuyaux de plomberie, les fils électriques ou les conduits de ventilation à travers les poutrelles, ce qui évite de créer des plafonds surbaissés. Cependant, comme l'assemblage est réalisé avec de la colle et des sections de bois brut de peu de qualité, elles conviennent mieux pour les endroits où la structure sera dissimulée.

Du plancher au mur

On utilise principalement le bois pour les planchers. C'est déjà une surface agréable. Mais on peut aussi oser en mettre sur les murs et au plafond. Une pièce recouverte de la même essence de bois sur l'ensemble de ses surfaces donne un effet que j'appelle «cocon», car on a alors l'impression d'être dans un espace intime, très enveloppant. Cela convient particulièrement pour la chambre à coucher ou dans la salle de bains, qui prennent alors une teinte chaude.

Un autre «dérivé» du bois qui offre un potentiel surprenant est le contreplaqué. On le voit d'abord comme un matériau économique pour la structure de plancher, mais il est offert dans une très grande variété d'essences et de finis qui nous permettent de l'utiliser aussi bien pour les murs que pour le plafond.

Le bois sert aussi très bien à la fabrication de mobilier intégré. L'îlot de la cuisine, le comptoir peuvent être faits de lamellé collé comme pour les poutres sur lesquelles on applique des huiles naturelles. Les armoires s'y prêtent tout aussi bien.

Une règle très précieuse si on veut faire une utilisation importante du bois dans son habitat : minimiser les essences. On ne recherche surtout pas l'effet «salle de montre». Ensuite, il est recommandé de limiter la diversités de largeur des planches et aussi les finis. On cherche avant tout l'harmonie, car il ne faut pas oublier qu'il y aura ensuite tous les meubles. J'aime beaucoup les murs de bois et il ne faut surtout pas hésiter à les laisser naturels sans fini. C'est tellement agréable au toucher.

Le bois est pour le Québec une ressource importante. Le transformer en des matériaux à valeur ajoutée est une bonne chose pour l'habitat, mais aussi pour notre économie. Je crois qu'on pourrait imaginer des incitatifs pour favoriser son utilisation institutionnelle et commerciale. Le Code du bâtiment est également très restrictif pour l'utilisation du bois. Je crois qu'on pourrait l'adapter pour le plaisir de nos milieux de vie.

 _______________________

Pierre Thibault est architecte à Québec depuis plus de 20 ans. Diplômé de l'Université Laval, il partage dans nos pages sa vision de l'architecture et son expérience du milieu de l'habitation.

 




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer